Dossier > Dossier >

Mobilisation en faveur de la paix

May Al-Maghrabi, Vendredi, 24 mars 2017

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, était lundi en Egypte dans le cadre d'une tournée en Europe et dans la région.

Mobilisation en faveur de la paix
Une rencontre Sissi-Abbas, à quelques jours du Sommet arabe à Amman. (Photo : AFP)

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu, lundi 20 mars, au Caire, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. La rencontre Sissi-Abbas intervient peu de temps avant le prochain Sommet arabe à Amman, prévu le 29 mars, et à l’ap­proche de la visite du président Sissi à Washington prévue en avril. L’ambassadeur palestinien en Egypte, Jamal Al-Shobaky, a précisé dans un communiqué que le prési­dent Abbas « a été convié par Sissi afin de faire le point sur ses récents entretiens téléphoniques avec le pré­sident américain, Donald Trump, la semaine dernière, ainsi que ses pourparlers avec l’émissaire de la Maison Blanche, Jason Greenblatt, à Ramallah mercredi ». La visite de Abbas en Egypte fait partie d’une tournée régionale et européenne. Samedi, Abbas était en visite au Qatar, où il a évoqué les derniers développements dans les territoires palestiniens. Il devra se rendre ensuite en Allemagne, en Belgique et en Jordanie. Une tournée visant à obtenir le soutien régional et interna­tional à la relance des négociations de paix israélo-palestiniennes.

Selon le politologue Hicham Mourad, cette visite s’inscrit aussi dans le cadre des consultations inte­rarabes visant à créer une position unifiée sur le conflit israélo-arabe. « Les positions de la nouvelle Administration américaine vis-à-vis du conflit israélo-arabe sont très en retrait par rapport à celles des anciennes administrations, et cela complique la tâche des pays arabes en vue de parvenir à un règlement du conflit. D’où la nécessité de s’en­tendre sur un certain nombre de principes en prévision des négocia­tions avec les interlocuteurs améri­cains », précise Mourad. Et d’ajou­ter que l’Egypte et les pays arabes sont d’accord sur deux principes fondamentaux, à savoir la solution des deux Etats et l’arrêt de la coloni­sation dans les territoires palesti­niens.

L’Egypte tient depuis des années un rôle central de médiateur dans le conflit israélo-palestinien. En août dernier, une délégation israélienne avait rencontré des responsables égyptiens au Caire pour discuter des perspectives de relance des négocia­tions sur le conflit israélo-palesti­nien. « L’Autorité palestinienne mise toujours sur l’Egypte et sa capacité à influencer le cheminement de la crise qui l’oppose aux Israéliens. Mais il est encore prématuré de se prononcer sur l’attitude de l’Admi­nistration américaine vis-à-vis des initiatives arabes de relance du pro­cessus de paix », conclut Mourad.

Lien court: