Dossier > Dossier >

Des décrets, et encore des décrets

Amira Samir, Mardi, 07 février 2017

Tout juste élu président des Etats-Unis, Donald Trump a d’ores et déjà pris une série de décisions rapides, brutales et jugées choquantes dans divers domaines, « afin de corriger au plus vite les erreurs du passé et de lancer une politique privilégiant enfin l’Amérique », comme il déclare. Voici les plus importantes dans ses 10 premiers jours à la présidence.

Des décrets, et encore des décrets

Abroger l’Obamacare

Dès l’investiture de Donald Trump, il a commencé à détricoter la loi sur l’assurance-maladie « Obamacare » de son prédécesseur, en attendant son abrogation et son remplacement. C’est d’ailleurs ce qu’il avait promis durant sa campagne électorale. Il a donc signé, le 21 janvier, un décret contre cette loi qui aide les Américains à bénéficier d’une couverture maladie. Le décret ordonne les diverses agences fédérales de s’alléger du poids de l’Obamacare, promulguée en 2010 et honnie des conservateurs en raison de son coût et de sa lourdeur administrative.

Contre l’avortement

Le nouveau président américain a signé, le 23 janvier, un décret controversé interdisant le financement d’ONG américaines et internationales qui soutiennent l’avortement. Un décret qui a provoqué des manifestations de centaines de milliers de femmes à travers le pays.

Limites de libre-échange

Toujours le 23 janvier, Trump a décidé de retirer la signature des Etats-Unis du Traité Transpacifique (TPP) de libre-échange, signé fin 2015 entre les Etats-Unis et 11 pays du Pacifique, notamment asiatiques. Une mesure protectionniste qui figurait dans sa campagne électorale.

Construction d’un oléoduc contestée

Trump a signé, le 24 janvier, un décret relançant deux projets d’oléoducs, Keystone XL et Dakota Access Pipeline, bloqués auparavant par son prédécesseur Barack Obama dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Des experts affirment que Trump pourrait dans un deuxième temps retirer les Etats-Unis du Traité de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Un mur à la frontière mexicaine

Le 25 janvier, Trump a signé un décret présidentiel pour planifier la construction d’un mur de séparation entre les Etats-Unis et le Mexique. Ce décret, qui devrait être voté au Congrès, a provoqué une crise diplomatique entre les deux pays. Trump a annoncé aussi son intention concernant la renégociation de l’Accord de Libre-Echange Nord Américain (ALENA) qui, en 2016, a provoqué un déficit commercial de 61 milliards de dollars aux Etats-Unis en faveur du Mexique.

Contre les réfugiés

Le 27 janvier, Trump a signé un décret, de loin le plus controversé, visant les ressortissants de 7 pays musulmans, à savoir l’Iran, le Soudan, l’Iraq, la Syrie, le Yémen, la Libye et la Somalie, d’entrer aux Etats-Unis. Des dizaines de milliers de manifestants à travers le pays, et bien au-delà, sont descendus dans la rue pour exprimer leur dénonciation.

Un plan militaire anti-Daech

Le 28 janvier, Trump a signé un décret pour la mise en place d’un plan d’action militaire pour vaincre l’Etat islamique (Daech). C’est au Comité des chefs d’état-major interarmes de présenter ledit plan.

Un nouveau juge à la Cour suprême

Le 31 janvier, Trump nomme un juge ultra-conservateur au neuvième siège de la Cour suprême. Ce siège était resté vacant depuis février 2016.

Réformes économiques

Le 3 février, Trump a signé deux décrets renversant la loi « Dodd-Frank » et la « Règle Volcker », mises en place par Obama dans la foulée de la crise financière de 2008, afin de contrôler le marché financier et protéger davantage les consommateurs. Il s’agit là aussi d’une promesse électorale, où Trump s’était engagé à déréguler l’économie américaine, ce qui donne satisfaction à Wall Street.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique