Dossier > Dossier >

Assassinats politiques : Une histoire mouvementée

Hana Afifi, Lundi, 06 juillet 2015

L’Egypte a témoigné de plusieurs assassinats politiques à l'époque du roi Farouq sous l’occupation britannique, mais aussi de tentatives d’assassinats dans des temps plus récents.

Assassinats politiques : Une histoire mouvementée
L’ex-ministre de l’Intérieur, Mohamad Ibrahim, a échappé à un attentat à la voiture piégée, dirigée contre son convoi. (Photo : AP)

20 février 1910 : Le premier ministre, Boutros Ghali, est assassiné par Ibrahim Al-Wardani, journaliste et membre du Parti National, qui lui tire plusieurs coups de fusil. Al-Wardani avoue son crime en qualifiant Ghali de « traître de la patrie ».

24 février 1945 : Le premier ministre, Ahmad Maher pacha, est assassiné par un jeune homme dénommé Mahmoud Al-Essaoui qui lui tire dessus au parlement. En 1944, le roi Farouq soutenait les pays de l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale. Or, Ahmad Maher pacha annonce que l’Egypte soutient les Britanniques et les Alliés. Le 24 février, les membres du parlement se réunissent pour discuter de la déclaration de guerre contre l’Allemagne et le Japon. Ahmad Maher pacha est assassiné suite à son discours, où il a annoncé que le gouvernement a accepté la déclaration de guerre.

28 décembre 1948 : Le premier ministre, Mahmoud Fahmi Al-Noqrachi, est tué par un membre des Frères musulmans, de trois balles dans son dos. Al-Noqrachi avait mené campagne contre les Frères musulmans qu’il accusait d’être impliqués dans l’assassinat d’Ahmad Maher pacha, ancien premier ministre. Al-Noqrachi a pris des mesures strictes face aux manifestations qui demandaient le départ des Britanniques du pays. De plus, il a pris la décision de dissoudre la confrérie des Frères musulmans en 1948 et d’arrêter ses membres. Hassan Al-Banna, fondateur de la confrérie des Frères musulmans, condamne l’assassinat.

12 février 1949 : L’assassinat d’Ahmad Maher pacha et d’Al-Noqrachi mobilise de nombreux partis politiques et le gouvernement, contre le fondateur de la confrérie des Frères musulmans Hassan Al-Banna. Alors que Banna sortait des locaux de l’association de la jeunesse musulmane, il est victime de coups de feu. Il meurt à l’hôpital et l’enquête montre que la voiture qui transportait son assassin appartenait au directeur général des enquêtes criminelles au ministère de l’Intérieur.

6 octobre 1981 : Le président égyptien, Anouar Al-Sadate, est tué durant les célébrations de la victoire du 6 Octobre 1973.

5 mai 1987 : Le ministre de l’Intérieur, Hassan Abou-Bacha, survit à une tentative d’assassinat lorsque des djihadistes appartenant au groupe « Survivants de l’enfer » lui tirent dessus. Il est gravement blessé.

13 août 1987 : Des inconnus tirent des coups de feu en direction du domicile de l’ancien ministre de l’Intérieur sous Sadate, Al-Nabawy Ismaïl, avant de prendre la fuite.

16 décembre 1989 : Le ministre de l’Intérieur, Zaki Badr, survit à une tentative d’assassinat par des djihadistes en utilisant une voiture piégée conduite par un étudiant de médecine à l’Université d’Assiout. Celle-ci explose près du pont Ferdo sur la rue Salah Salem au Caire.

12 octobre 1990 : Le président du parlement et membre du parti National Démocrate au pouvoir , Réfaat Al-Mahgoub, est assassiné par des membres du Djihad islamique, qui ont tiré sur son convoi sur le pont Qasr Al-Nil devant l’hôtel Semiramis au Caire.

20 avril 1993 : Le ministre de l’Information, Safouat Al-Chérif, survit à une tentative d’assassinat des djihadistes. Les suspects sont jugés devant un tribunal militaire.

18 août 1993 : Le ministre de l’Intérieur, Hassan Al-Alfi, survit à une tentative d’assassinat devant l’Université américaine du Caire au centre-ville du Caire, lorsqu’un membre du djihad islamique se fait exploser. Al-Alfi est gravement blessé.

23 novembre 1993 : Le premier ministre, Atef Sedqi, survit à une tentative d’assassinat du Djihad islamique. Le mouvement fait exploser une voiture piégée, contrôlée à distance, devant une école d’Héliopolis et visant le convoi du premier ministre. Il n’est pas blessé, une petite fille est tuée.

6 septembre 1999 : L’ancien président, Hosni Moubarak, survit à une tentative d’assassinat à Port-Saïd. Lorsque Moubarak ouvre la fenêtre pour saluer la foule, un homme, Hussein Mahmoud Soliman, l’attaque au couteau et le blesse. Soliman est tué par les forces de sécurité.

5 septembre 2013 : Une tentative d’assassinat du ministre de l’Intérieur, Mohamad Ibrahim, échoue. Une voiture piégée explose près de son convoi dans la rue de Moustafa Al-Nahas dans le quartier de Madinet Nasr. L’explosion fait 21 blessés, dont des forces de sécurité et civils. Ansar Beit Al-Maqdès annonce être responsable de l’attentat.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique