Egypte > Egypte >

Un procès à rebondissements

May Al-Maghrabi, Mardi, 30 septembre 2014

Accusé du meurtre de manifestants, Moubarak est en procès depuis 2011. Rappel des dates-clés.

Moubarak

11 février 2011 : Moubarak démissionne et remet les pouvoirs à l’armée, chassé par la rue au terme de 18 jours d’une révolte populaire. Les violences ont fait près de 850 morts. Moubarak quitte Le Caire pour la station balnéaire de Charm Al-Cheikh, sur la mer Rouge.

21 février : Gel des avoirs de Moubarak et de sa famille.

13 avril : Moubarak est placé en détention préventive dans un hôpital de Charm Al-Cheikh.

21 mars : L’UE gèle les avoirs de Moubarak et de 18 de ses proches.

3 août : Début au Caire du procès de Moubarak, transféré le jour même de Charm Al-Cheikh, pour corruption et meurtres de manifestants. Son ex-ministre de l’Intérieur, Habib Al-Adely, et six hauts responsables de la police sont jugés pour les mêmes motifs, ses fils Alaa et Gamal sont poursuivis pour corruption.

2 juin 2012 : Moubarak et Habib Al-Adely sont condamnés à la réclusion à perpétuité pour la mort de manifestants pendant la révolution. Six anciens hauts responsables de la sécurité sont acquittés.

13 jan 2013 : La justice ordonne un nouveau procès pour Moubarak, qui avait fait appel après sa condamnation à la prison à vie.

15 avril 2013 : Moubarak est libéré sous caution. Toutefois, il reste en résidence surveillée à l’hôpital militaire de Maadi.

11 mai 2013 : Moubarak comparaît au Caire dans son nouveau procès, avec ses fils, son ex-ministre de l’Intérieur et 6 anciens responsables des services de sécurité.

29 mars 2014 : Le tribunal écoute la plaidoirie du ministre de l’Intérieur Habib Al-Adely et de 6 de ses assistants accusés dans le même procès. Ils présentent la révolution du 25 janvier comme un complot contre la sécurité de l’Etat.

7 août 2014 : Moubarak plaide lui-même son innocence et rappelle son rôle au cours des 30 ans passés au pouvoir.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique