Egypte > Egypte >

Nouvelle opportunité aux agriculteurs

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 07 décembre 2022

5000 agriculteurs iront travailler en Grèce dans le cadre d’un programme saisonnier expérimental. Objectifs: combler les besoins de la Grèce en main-d’oeuvre agricole tout en luttant contre la migration illégale.

Nouvelle opportunité aux agriculteurs

Un nouvel accord a été signé cette semaine entre l’Egypte et la Grèce, en vertu duquel 5000 agriculteurs égyptiens iront travailler temporairement en Grèce pour aider à répondre aux besoins du secteur agricole grec. Cet accord s’inscrit dans le cadre d’un programme expérimental dont le but est d’offrir aux agriculteurs des emplois à l’étranger. L’accord, signé entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, pourrait servir de « guide » pour de futurs accords signés par la Grèce et l’Union Européenne (UE) avec des pays tiers pour lutter contre l’immigration illégale. « Nous espérons que les premiers travailleurs égyptiens seront dans les champs grecs avant la prochaine récolte au début de l’année prochaine », a affirmé le vice-ministre grec des Affaires étrangères, Miltiadis Varvitsiotis.

En vertu de l’accord, les agriculteurs égyptiens auront le droit d’entrer et de séjourner en Grèce jusqu’à neuf mois, période maximum autorisée par les règles de l’Union européenne. Les contrats sont renouvelables en cas de besoin. La Grèce seule manque actuellement de 50000 travailleurs dans le domaine de l’agriculture. L’accord avec l’Egypte, en suspens depuis 2021 et qui s’est accéléré cet été sur ordre du premier ministre, devrait ouvrir la voie à des accords similaires avec des pays hors l’UE, à l’exemple du Vietnam, l’Inde et peut-être les Philippines.

Concernant les critères de choix des agriculteurs, Hussein Abou-Saddam, le président du syndicat des Agriculteurs, explique que chaque pays enverra les caractéristiques de la main-d’oeuvre demandée, notamment l’âge, la spécialité, l’expérience, et autres. Le ministère de la Main-d’oeuvre enverra ce bulletin à tous les gouvernements, qui devront voir les demandes de voyages correspondantes. Pour Abou-Saddam, cet accord relève d’une grande importance pour les agriculteurs, non pas seulement car cela leur procure des chances de travail légales à l’étranger, mais plus important encore les protège contre toutes mauvaises exploitations. « Les travailleurs qui partent de manière illégale sont exploités par les réseaux de trafic de migrants. Désormais, ce ne sera plus le cas. Les candidats au départ pourront le faire légalement en respectant les règles de leur contrat, ce qui leur permettra aussi de renouveler leur contrat après la période initiale de neuf mois ».

Sur la même voie, le député Ahmed Mehani, membre de la commission de la main-d’oeuvre au parlement, explique que le recours, par l’Europe, à une main-d’oeuvre agricole égyptienne est une indication de la compétence des travailleurs égyptiens dans divers domaines. « Malgré les conditions mondiales difficiles actuelles, qui ont poussé les pays à expulser la majorité de la main-d’oeuvre étrangère, l’Egypte reste parmi les pays cibles de l’Europe en termes de main-d’oeuvre, en raison de ses compétences et ses salaires convenables, et sa spécialisation dans divers domaines », raison pour laquelle, conclut le député, « on s’attend très prochainement à ce que le nombre de travailleurs demandé par l’Europe augmente de manière substantielle et que les offres arrivent d’un nombre de pays plus important ».

Lien court: