Egypte > Egypte >

Lutte antiterroriste : L’approche globale de l’Egypte

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 21 septembre 2022

Le rapport national sur la lutte contre le terrorisme pour l’année 2022 vient d’être publié. Il met en lumière les efforts entrepris par l’Etat, ainsi que les politiques destinées à s’attaquer aux racines du problème.

Lutte antiterroriste : L’approche globale de l’Egypte
Entre 2011 et 2016, l’économie égyptienne a enregistré des pertes de 386 milliards de L.E. à cause du terrorisme.

Le ministère des Affaires étrangères a publié cette semaine le rapport national 2022 sur la lutte contre le terrorisme. Il s’agit du troisième rapport publié par l’Egypte, le premier préparé en 2020 et le deuxième en 2021. Ces rapports sont préparés en coordination avec les différents ministères et organismes d’Etat concernés, afin de mettre en relief les efforts continus de ces organismes pour poursuivre la lutte de l’Etat contre la menace terroriste, ainsi que les politiques nationales entreprises pour préserver la stabilité. Ainsi, ce rapport passe en revue les efforts de l’Etat égyptien et son approche globale de la lutte contre le terrorisme et l’idéologie extrémiste.

Le ministre plénipotentiaire Mohamed Fouad, directeur de l’Unité internationale de lutte contre le terrorisme au ministère des Affaires étrangères, a déclaré que le rapport fournissait une présentation détaillée des axes de l’approche globale suivie par l’Egypte pour faire face aux différentes dimensions du phénomène du terrorisme et de l’extrémisme, en particulier pour s’attaquer aux racines de ces deux problèmes. Le rapport passe également en revue les efforts déployés pour préserver la société, en particulier les jeunes, contre les idéologies extrémistes, explique Fouad.

Le rapport souligne l’impact des incidents terroristes sur les taux de croissance économique, qui ont directement diminué suite à la baisse des investissements étrangers et privés en raison de l’environnement instable dû aux opérations terroristes. Ainsi les pertes totales subies par l’économie égyptienne ont enregistré entre 2011 et 2016 environ 386 milliards de L.E. au niveau du produit national brut et environ 176 milliards de L.E. de pertes dans le secteur des investissements.

Concernant le secteur du tourisme, le rapport a révélé que les pertes financières du secteur du tourisme entre 2011 et 2021 ont atteint un total de 207,5 milliards de dollars dont environ 64 milliards de pertes directes dans le secteur du tourisme, 45 milliards de pertes dans les recettes fiscales de l’Etat et un taux de 40% de pertes dans le secteur des antiquités.

Quatre piliers

Selon le rapport, les efforts déployés par les différents organes étatiques sont basés sur les quatre piliers de la stratégie antiterroriste des Nations-Unies, à savoir les mesures visant à éliminer les conditions propices à la propagation du terrorisme, celles visant à prévenir et combattre le terrorisme, celles destinées à étoffer les moyens dont les Etats disposent pour prévenir et combattre le terrorisme et à renforcer le rôle joué en ce sens par l’Organisation des Nations-Unies, ainsi que les mesures garantissant le respect des droits de l’homme et la primauté du droit en tant que base fondamentale de la lutte antiterroriste. Le rapport jette aussi la lumière sur les amendements législatifs entrepris par l’Etat dans le cadre de la lutte antiterroriste et souligne l’expérience pionnière égyptienne dans le domaine de la sensibilisation et de la prévention contre l’extrémisme.

Le président de République a lancé en 2014 une initiative pour réviser le discours religieux. En parallèle, les efforts sécuritaires déployés pour poursuivre les organisations terroristes, saper leurs capacités et assécher leurs sources se poursuivent.

Revenant sur l’importance de la publication de ce rapport, le général Nasr Salem, expert sécuritaire et conseiller auprès de l’Académie militaire Nasser, explique que depuis 2020, l’Egypte a veillé à publier annuellement un rapport sur la lutte contre le terrorisme afin d’avoir une vision intégrée de son plan de lutte contre le terrorisme. Ce plan est très important car il trace une feuille de route pour l’avenir, afin d’éviter et de lutter contre tous les facteurs contribuant à la propagation du terrorisme. Le général explique : « Le terrorisme n’est pas simplement lié aux opérations militaires et sécuritaires, mais affecte directement tous les secteurs de développement dans le pays. Ce rapport démontre le lien fort entre la lutte contre le terrorisme et le processus de développement, mais met surtout en relief les efforts déployés par l’Etat pour lutter contre ce phénomène destructif ». Et d’enrichir : « Ces efforts ont contribué au développement de divers secteurs, notamment le développement des zones informelles, des services publics et autres, en plus de fournir des moyens de soutien et de soins aux familles des martyrs et blessés des opérations terroristes ». Il conclut que « la lutte contre le terrorisme et l’idéologie extrémiste, ainsi que leur prévention représentent l’une des priorités de la diplomatie égyptienne. L’Egypte joue un rôle de premier plan dans le renforcement du système international de lutte contre le terrorisme ». Des efforts qui ont été traduits par le choix de l’Egypte en avril 2022, avec l’Union européenne, pour coprésider le Forum mondial de la lutte antiterroriste, qui est considéré comme l’un des mécanismes internationaux les plus importants pour le développement du système de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique