Egypte > Egypte >

Dialogue national : C'est parti !

May Al-Maghrabi , Mercredi, 06 juillet 2022

Le coup d'envoi du dialogue national a été donné mardi. Celui-ci réunit l’ensemble du paysage politique.

Dialogue national : C'est parti !
La première réunion du conseil des curateurs du dialogue national s'est tenue le mardi 5 juillet.

Mardi 5 juillet, la première session préparatoire du dialogue national, proposé par le président Abdel-Fattah Al-Sissi, a été lancée au siège de l’Académie nationale de formation, en coordination avec tous les courants de la société. Une conférence de presse a été organisée en présence du conseil des curateurs, qui regroupe 19 personnalités chargées de gérer l'agenda du dialogue et ses recommandations. Diaa Rashwan, coordinateur général du dialogue national, a déclaré que « tous les dossiers peuvent être inclus à l'agenda du dialogue national sauf la Constitution sur laquelle est basée la légitimité de l’Etat ». Et d’ajouter : « En 1953, la République a été déclarée en Egypte, mais aujourd’hui nous jetons les fondements d’une nouvelle République via ce dialogue national. Toutes les propositions et les visions qui seront présentées seront prises en considération par le conseil des curateurs. Les recommandations qui en déboucheront seront de même transférées aux instances concernées ».

Rashwan a affirmé que l'opinion publique s'attend à des résultats concrets. Il a évoqué le rôle « important » du conseil des curateurs dans l’organisation du dialogue. Il appartient à celui-ci d’établir les règles du dialogue, ainsi que son code de déontologie. Concernant les mécanismes de travail, l'écrivain Mohamed Salmawy, membre du conseil des curateurs, a proposé que des séances réservées aux citoyens soient organisées parallèlement à celles du conseil.

Racha Ragheb,  présidente de l'académie nationale de formation, a dit que l’Académie nationale de formation est « fière » d’accueillir ce dialogue qui intervient à un moment important où l'Egypte aspire à un meilleur avenir. « L’académie est complètement neutre et impartiale dans la gestion du dialogue. Son objectif est que le dialogue soit constructif et efficace », a déclaré Ragheb.

Un travail ardu

Le secrétariat technique du dialogue, dirigé par le conseiller Mahmoud Fawzi, comprend quatre équipes de travail (relations publiques, contenu, médias et logistique). Le conseiller Mahmoud Fawzi a indiqué que le secrétariat avait reçu plus de 15 000 documents qui ont été étudiés et compilés. « Nous avons envoyé des invitations à toutes les forces politiques sauf celles dont les mains sont souillées de sang », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que le secrétariat « suit en permanence » les réactions au dialogue national et « rédige des communiqués de presse ». L'Académie nationale de formation a reçu 96 532 propositions de la part des citoyens. Les propositions portent sur des questions comme les droits de l'homme, la sécurité nationale, la politique étrangère, la réforme législative et les municipalités.

Des indices positifs selon Gouda Abdel-Khaleq, ancien ministre de la Solidarité sociale, professeur d’économie à l’Université du Caire et membre du conseil des curateurs. « Le véritable dialogue national n’a pas encore commencé. Le travail du secrétariat technique doit encore être discuté par le conseil des curateurs », affirme Abdel-Khaleq.

Samir Morcos, chercheur et écrivain politique, affirme que l’appel au dialogue national « marque le début d’une nouvelle phase de travail politique en Egypte ». Et d’ajouter : « Le dialogue vise à préparer l’avenir. Il ne faut pas oublier que 80 % de la population égyptienne ont moins de 40 ans et que près de 40 millions de personnes ont moins de 20 ans en Egypte ». La deuxième séance du dialogue se tiendra le 19 juillet.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique