Egypte > Egypte >

Egypte-Soudan : Approfondir l’intégration économique

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 06 avril 2022

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu, cette semaine, le président du Conseil souverain de transition soudanais, le général Abdel-Fattah Al-Burhan. Au centre des discussions : la stabilité du Soudan et la sécurité hydrique.

Egypte-Soudan : Approfondir l’intégration économique
L’Egypte et le Soudan ont affiché leur engagement à approfondir la coopération sur les plans sécuritaire, militaire, commercial et politique.

En visite en Egypte le 30 mars, le président du Conseil souverain de transition soudanais, le général Abdel-Fattah Al-Burhan, a été reçu par le président Abdel-Fattah Al-Sissi. Cette visite, comme l’a affirmé le porte-parole de la présidence de la République, Bassam Rady, s’inscrit dans le cadre « des relations fraternelles entre l’Egypte et le Soudan, qui partagent le même destin ».

Au cours de leurs entretiens, les deux leaders ont passé en revue les relations bilatérales. Ils ont souligné l’importance de renforcer les liens économiques, d’accroître les échanges commerciaux, de réaliser l’intégration agricole et d’achever la liaison ferroviaire et électrique entre les deux pays. Le Caire et Khartoum ont fait également part de leur volonté d’approfondir leur coopération conjointe sur les plans sécuritaire et militaire. En ce qui concerne la question libyenne, les deux parties ont souligné la nécessité de préserver la stabilité, l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye.

L’Egypte a souligné sa pleine conscience quant à la situation délicate au Soudan, ainsi qu’à la nécessité d’un travail conjoint afin que les récentes évolutions sur la scène internationale n’affectent pas le pays. Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a affirmé lors de sa rencontre avec le chef de la Mission onusienne d’assistance à la transition au Soudan (UNITAMS), Volker Perthes, en visite au Caire le 30 mars, la nécessité de mobiliser l’aide internationale pour soutenir le Soudan pendant la période critique actuelle.

Les craintes des deux pays concernant leur sécurité hydrique, menacée par les agissements unilatéraux de l’Ethiopie, ont également occupé une grande partie des entretiens. Les deux parties ont publié une déclaration conjointe indiquant qu’elles poursuivraient leur coordination sur le dossier du barrage éthiopien de la Renaissance. Elles ont réitéré leur souhait de parvenir à un accord équitable et juridiquement contraignant avec l’Ethiopie sur le remplissage et le fonctionnement du barrage.

Une importante coopération

Les relations entre l’Egypte et le Soudan sont très fortes en raison des liens géographiques, historiques et culturels, affirme l’ancien diplomate Salah Halima. « Les deux pays sont touchés par l’inflation depuis le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne et s’inquiètent pour leurs importations de céréales. L’Egypte est le premier importateur de blé russe et ukrainien, et le Soudan, l’un des pays les plus pauvres au monde, souffre de la hausse des prix des céréales, de l’électricité et du pétrole. D’où l’importance de la coordination entre les deux pays pour renforcer les échanges agricoles, alimentaires et commerciaux ».

Le professeur de sciences politiques Hassan Salama explique que l’Egypte et le Soudan ont des intérêts communs, notamment en ce qui concerne la sécurité en Libye et en mer Rouge. « La stabilité de la Libye est d’un grand intérêt pour l’Egypte aussi bien que pour le Soudan. Les deux pays ont convenu de soutenir les efforts de stabilité en Libye, de préserver son unité et intégrité territoriale et de soutenir les efforts pour parvenir à une solution politique libyo-libyenne », explique Salama. Et d’ajouter : « Il en est de même en ce qui concerne la sécurité de la mer Rouge. Ces deux dossiers nécessitent une coordination et une coopération entre les deux pays ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique