Egypte > Egypte >

Sommet UE-UA : Une participation fructueuse de l’Egypte

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 23 février 2022

En visite à Bruxelles, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a participé au 6e sommet UE-UA et a tenu un certain nombre de rencontres bilatérales. L’occasion de présenter la vision de l’Egypte sur plusieurs questions.

Sommet UE-UA : Une participation fructueuse de l Egypte
Le président Sissi a appelé à maximiser les investissements belges en Egypte.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a participé, les 17 et 18 février, au 6e sommet de l’Union Européenne (UE) et l’Union Africaine (UA) qui s’est tenu à la capitale belge, Bruxelles. Ce sommet UE-UA a abordé des sujets-clés, notamment le changement climatique, l’énergie et la production de vaccins, et vise à garantir un partenariat renouvelé et approfondi entre l’UA et l’UE, fondé sur la confiance et une compréhension claire des intérêts communs (voir article page 10). A son arrivée, le président Sissi, qui effectuait sa première visite en Belgique, a été reçu par le roi Philippe de Belgique qui a salué les efforts égyptiens en termes de lutte contre la migration irrégulière et le terrorisme, et ceux visant à parvenir à la coexistence entre les religions et soutenant les solutions pacifiques aux crises régionales. Pour sa part, le président Sissi a salué les relations égypto-belges et a affirmé que l’Egypte soutient le développement de ces relations sur les plans économique et commercial en maximisant les investissements belges en Egypte.

Le président Sissi s’est également entretenu avec le premier ministre belge, Alexander De Croo, sur la nécessité de renforcer le partenariat entre les deux parties. L’entretien a porté sur un certain nombre de questions bilatérales, notamment le développement et la gestion des ports, la logistique, les énergies propres et renouvelables, ainsi que la transformation au vert liée au développement que connaît l’Egypte dans ce secteur, surtout à la lumière de son accueil de la COP27 en novembre 2022.

Dans ce contexte, Sissi a précisé que l’Egypte dispose d’une infrastructure développée au plus haut niveau, construite au cours des sept dernières années, ce qui permet une coopération et un partenariat efficaces dans le domaine de l’énergie, que ce soit en termes de production ou de distribution. Les entretiens ont également abordé un certain nombre de dossiers régionaux d’intérêt commun.

De même, le président Sissi a profité de sa visite pour rencontrer plusieurs PDG et responsables d’entreprises belges pour discuter de l’approfondissement de la coopération avec l’Egypte, surtout dans les domaines de l’énergie, des infrastructures et de la défense.

Plusieurs rencontres

Outre la rencontre égypto-belge, la visite du président Sissi à Bruxelles a aussi été l’occasion de tenir plusieurs rencontres bilatérales avec plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement portant sur le renforcement des relations conjointes et la consultation sur divers sujets régionaux et internationaux. Le président a rencontré notamment le président du Conseil européen, Charles Michel, le président chypriote, Nikos Anastasiadis, le président sénégalais, Macky Sall, le président nigérian, Muhammadu Buhari, le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Pour ce qui est du sommet UE-UA, l’ancien diplomate Mohamed Hégazi voit en la participation du président une occasion en termes d’un rapprochement politique et de développement durable pour l’Egypte. Ce sommet a permis d’échanger les visions entre l’Egypte, les pays africains et les pays européens sur les moyens de coopérer pour atteindre un développement dans divers domaines, comme l’éducation, la santé, l’investissement, l’infrastructure, l’électricité et l’énergie, et autres, affirme le diplomate. Il explique que « la coopération dans ces différents domaines relève d’une importance réciproque pour l’Egypte aussi bien que pour l’Europe, puisque le développement durable permet une lutte contre la migration illégale et le terrorisme. Deux dossiers qui menacent le continent européen et dans lesquels l’Egypte est devenue un pays modèle en termes de lutte ». Et d’ajouter : « Il en est de même pour les rencontres élargies avec les dirigeants africains qui sont une occasion pour l’Egypte de confirmer sa vision sur l’importance d’accentuer la coopération conjointe et l’ouverture d’horizons pour les investissements intra-africains, surtout dans le cadre du lancement de l’Accord de libre-échange en Afrique ».

La coopération sur le volet sanitaire relève également d’une grande importance, explique le professeur de sciences politiques à l’Université du Caire Hassan Salama, qui affirme que ce sommet est une occasion pour appeler les organisations internationales et les institutions de financement à renforcer leur soutien aux pays africains, afin de fournir un financement durable pour répondre à leurs besoins en matière de soins sanitaires. « Le choix de l’Egypte parmi six pays africains pour l’obtention de la technologie de la fabrication de vaccins est l’un des gains les plus importants à être réalisés, car il permettra le transfert de la technologie moderne dans le domaine de la fabrication des vaccins, et pas seulement contre le coronavirus ».

Hassan Salama explique que dans le cadre de l’accueil de l’Egypte de la COP27, les questions environnementales se sont imposées au menu des rencontres menées par le président Sissi. « Les pays africains sont parmi les plus touchés par les problèmes environnementaux. D’où la nécessité de pousser l’Europe à soutenir l’Afrique en créant notamment un fonds pour financer les projets d’économie verte et de préservation de l’environnement dans le continent noir », conclut l’analyste.

Mots clés:
Lien court: