Egypte > Egypte >

UA : Pour une stratégie antiterroriste commune

Chaïmaa Abdel-Hamid, Jeudi, 20 janvier 2022

Le premier ministre, Moustapha Madbouli, s’est réuni virtuellement, au nom du président Abdel-Fattah Al-Sissi, avec le Conseil exécutif de l’Union africaine. L’occasion d’appeler à une stratégie africaine antiterroriste.

L Egypte appelle   une strat gie africaine claire pour  liminer le terrorisme dans le continent.
L Egypte appelle une strat gie africaine claire pour liminer le terrorisme dans le continent.

« Le président Abdel-Fattah Al-Sissi appelle à formuler une stratégie africaine claire pour éliminer le terrorisme et assécher ses sources de financement », a déclaré le premier ministre, Moustapha Madbouli, au nom du président Sissi, dans un discours en ligne lors d’une réunion du Conseil exécutif de l’Union Africaine (UA) tenue samedi 15 janvier. « Le président a souligné les efforts de l’Egypte pour fournir une assistance aux pays africains en intensifiant les cours de formation pour leur peuple, en luttant contre le terrorisme et en participant aux missions de maintien de la paix de l’Onu, par le biais du Centre antiterroriste du Sahel et du Sahara au Caire », a poursuivi Madbouli, affirmant « la volonté de l’Egypte de fournir davantage de soutien au niveau bilatéral ou par le biais des mécanismes de l’UA ». Pour sa part, le président de la République Démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, président en exercice de l’UA, a salué la volonté de l’Egypte de renforcer les capacités de divers pays africains, notamment par le biais de formation dans le domaine de la lutte contre le terrorisme.

Soulignant l’importance de ce discours, le député Amr Hindi, sous-secrétaire de la commission des affaires africaines à la Chambre des députés, explique qu’il a pour objectif d’insister sur « la position ferme et solidaire de l’Egypte sur toutes les questions de paix et de sécurité sur le continent africain, étroitement liées à la sécurité nationale égyptienne ».

Deux axes de coopération

L’ambassadeur Ahmad Haggag, ancien sous-secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA, ancêtre de l’UA), explique que l’Egypte adopte effectivement depuis plusieurs années une stratégie de lutte antiterroriste dans le continent. Il affirme que la stratégie menée par l’Egypte est fondée sur deux principaux axes : la formation des forces africaines et la lutte contre la pauvreté et le chômage. « L’Egypte est consciente que l’environnement politique instable, la situation économique et les systèmes sécuritaires faibles sont autant de facteurs qui favorisent la croissance des organisations terroristes sur le continent africain. D’où l’importance accordée à ces axes nécessaires au développement », assure l’ambassadeur. Il explique que l’Egypte, ayant acquis une grande expérience en termes de lutte antiterroriste, a veillé à échanger son expertise avec ses voisins africains. « L’Egypte organise, pour ses confrères, des cours de formation par le biais du Centre antiterroriste du Sahel et du Sahara. Cette formation concerne la protection des personnalités, des établissements et des moyens de contrer les opérations terroristes et de les prévoir en avance », explique-t-il. Le second axe qui ne manque pas d’importance concerne l’entrée en vigueur, en janvier 2021, de la Zone de libre-échange continentale africaine qui réunit 54 pays. « Cette zone est une opportunité de dynamiser les échanges entre l’Egypte et les pays africains et de créer une chaîne de valeur propre au continent, ce qui contribue à promouvoir la croissance économique et à lutter contre la pauvreté et le chômage dans les pays africains », explique Haggag, qui conclut que le discours du président devant le Conseil exécutif prévoit un nouvel élan dans le cadre de cette coopération.

Lien court: