Egypte > Egypte >

Conférence contre la corruption à Charm Al-Cheikh

Mardi, 14 décembre 2021

La ville de Charm Al-Cheikh accueille jusqu’au 17 décembre les travaux de la 9e Conférence des Etats parties à la Convention des Nations-Unies Contre la Corruption (CNUCC).

Conférence contre la corruption à Charm Al-Cheikh

La session inaugurale de cette conférence s’est tenue lundi 13 décembre en présence du premier ministre, Moustapha Madbouli, du président de l’Autorité du contrôle administratif, Hassan Abdel-Chafie, de la directrice exécutive de l’Office des Nations-Unies contre les drogues et le crime, Ghada Wali, ainsi que des ministres de la Justice, de la Planification, de la Coopération internationale, de l’Emigration, du Développement local et de la Solidarité.

Cinq chefs d’Etat, 50 ministres et 30 présidents d’organisations y participent, outre 268 organisations internationales de la société civile, qui ont un statut consultatif auprès des Nations-Unies, 257 ONG ordinaires et 47 centres de recherche, avec un nombre total de participants d’environ 2 700.

Les Nations-Unies ont considéré la Conférence des Etats parties à la CNUCC comme étant un jalon mondial pour améliorer la coopération internationale contre la corruption et aider le monde à se remettre, avec intégrité, du coronavirus.

Il s’agit de la 2e conférence au cours de laquelle se réunissent les Etats parties à la CNUCC sur le continent africain. Des représentants de l’Union européenne, du Mouvement des non-alignés et du Groupe Asie-Pacifique à la CNUCC ont souligné l’importance des mesures globales et des actions efficaces, afin de prévenir et lutter contre la corruption et renforcer l’Etat de droit pour augmenter les taux de croissance des économies mondiales.

La corruption compromet la confiance dans les institutions et affecte négativement les droits de l’homme, a souligné Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures, signalant que « l’argent perdu en raison de la corruption nous empêche de le consacrer pour établir les services nécessaires ». Pour sa part, le représentant du Mouvement des non-alignés, l’ambassadeur d’Azerbaïdjan auprès de l’Onu à Vienne, a exprimé la préoccupation du groupe face à ce phénomène et son impact sur le développement durable et sur la sécurité, ainsi que la stabilité des sociétés.

L’action internationale conjointe pour relever les défis et renforcer la coopération reflète la forte volonté politique de la communauté internationale face à la corruption, a déclaré Mohamed Abdel Moheth, ambassadeur du Bangladesh auprès de l’Onu, reconnaissant le succès de l’Egypte dans l’organisation de cette conférence à la lumière de la pandémie de Covid-19.

Lien court: