Egypte > Egypte >

Un 6 Octobre aux couleurs patriotiques

May Al-Maghrabi, Mercredi, 07 octobre 2020

Célébrant le 47e anniversaire de la victoire d’Octobre, des milliers d’Egyptiens sont descendus pour afficher leur soutien à l’Etat et à l’armée. Décryptage.

Un 6 Octobre aux couleurs patriotiques

A l’occasion de la commémoration du 47e anniversaire de la victoire d’Octobre, le premier ministre, le ministre de la Défense, celui de l’Intérieur, le président du parlement et les institutions religieuses ont tenu à féliciter le président Sissi et le peuple de l’anniversaire de cette victoire militaire qu’a investie l’Egypte au fil de plus de 4 décennies pour instaurer la paix, la sécurité et réaliser le développement. A cette occasion, les forces armées ont annoncé l’ouverture, mardi 6 octobre, de tous les musées militaires gratuitement au public. A l’appel d’un nombre de partis politiques dont Mostaqbal Watan, le néo-Wafd et le parti du Congrès, des milliers d’Egyptiens ont afflué dans les grandes places des villes d’Egypte pour célébrer l’anniversaire de la victoire du 6 Octobre 1973. Une importante célébration a été organisée devant le podium à Madinet Nasr, animée par de grands artistes. Hissant les drapeaux de l’Egypte à côté des photos du président, les participants ont scandé des slogans pour la stabilité du pays, saluant les efforts de l’armée dans sa guerre contre le terrorisme, notamment au Sinaï et soutenant les efforts de développer le pays.

Commentant ces rassemblements, Yéhia Al-Kedwani, membre de la commission de la défense et de la sécurité nationale au parlement, a salué la conscience d’un peuple qui avait soutenu son pays lors de la guerre d’Octobre et continue à le soutenir aujourd’hui face aux complots visant sa stabilité. « Il s’agit d’un message important à l’intérieur comme à l’extérieur que l’Egypte demeurera toujours une patrie victorieuse. Les Egyptiens sont plus que jamais conscients de l’ampleur des menaces de nouvelles guerres menées contre leur pays et des véritables motifs derrière les appels au chaos lancés par le groupe terroriste des Frères », affirme Al-Kedwani, qui explique que ces guerres, lancées via les plateformes médiatiques et les réseaux sociaux, sont « basées sur la duperie, les mensonges et les rumeurs dans le but de démoraliser le peuple et nuire à la confiance entre les citoyens et les institutions de l’Etat ». Un objectif qui ne sera pas atteint, dit-il. « La victoire d’Octobre s’est transformée cette année en une manifestation de soutien au régime et à l’armée, auteure de cette victoire et qui poursuit sa guerre contre le terrorisme », ajoute le député.

Sur la même longueur d’onde, le général Nasr Salem, expert militaire et conseiller à l’Académie militaire Nasser et chef de l’appareil de détection de l’armée en 1973, a salué la volonté invincible de l’armée et du peuple à faire face aux guerres au passé et au présent. Selon lui, si la victoire d’Octobre reste une grande fierté, c’est parce c’était un miracle selon toutes les normes militaires et stratégiques de l’époque. « Aujourd’hui, la guerre que mène l’Egypte contre le terrorisme et pour le développement n’est pas moins importante », estime Salem. Faisant le bilan de l’opération militaire globale Sinaï 2018, il affirme qu’elle a réussi à atteindre la majorité de ses objectifs et à avorter les plans des groupes terroristes de transformer la péninsule du Sinaï en un sanctuaire terroriste. Il précise que l’opération est parvenue notamment à démanteler les structures organisationnelles des groupes terroristes, dessécher leurs ressources en armes et éléments, à couper tous les moyens de communication entre ces éléments et renforcer le contrôle des zones stratégiques frontalières.

Nouveaux projets

La lutte contre le terrorisme au Sinaï va de pair avec un plan du développement de la péninsule. A l’occasion de la célébration du 6 Octobre, le gouverneur du Nord-Sinaï a annoncé l’inauguration d’un nombre de projets de développement dont des stations d’épuration d’eau à Arich, une école technique et un centre de jeunesse à Bir Al-Abd, ainsi qu’un parc à la ville de Cheikh Zoweid. Une stratégie indispensable, estime Ahmad Ban, spécialiste des groupes islamistes, qui indique que « l’Etat est convaincu que l’option militaire ne peut pas à elle seule apporter une solution durable au problème multiforme du terrorisme ». « Pour vaincre le terrorisme et éviter sa résurgence, il était nécessaire de mieux intégrer les bédouins dans la société et de développer la péninsule pour créer des emplois et améliorer les conditions de vie. Bref, combler les lacunes exploitées par les groupes terroristes pour recruter de nouveaux éléments. D’ailleurs, les tunnels reliant le Sinaï aux autres gouvernorats ne manquent pas d’importance dans la mesure où ils évitent que la péninsule reste une zone isolée, propice à l’installation des groupes terroristes », explique Ban.

Des défis parmi d’autres que relève, aujourd’hui, l’Egypte, Etat, armée et peuple, pour préserver l’intégrité des territoires, la stabilité et la sécurité et développer le pays.

Lien court: