Egypte > Egypte >

L’Egypte réaffirme son soutien à la Palestine

May Al-Maghrabi, Mardi, 23 avril 2019

Lors de leurs entretiens effectués dimanche 21 avril au Caire, le président Abdel-Fattah Al-Sissi et son homologue palestinien, Mahmoud Abbas, ont abordé la situation en Palestine, les moyens d’y instaurer une paix équitable et d’alléger la souffrance des Palestiniens.

L’Egypte réaffirme son soutien à la Palestine
Le président Sissi avec son homologue palestinien, Mahmoud Abbas.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu, dimanche 21 avril, son homologue palestinien, Mahmoud Abbas, pour discuter des derniers développements de la situation en Palestine. Lors de sa visite au Caire, Abbas a aussi participé à la session extraordinaire de la réunion du Conseil de la Ligue arabe, au niveau ministériel, consacrée aux derniers développements de la question palestinienne, tenue dimanche 21 avril à la demande de l’Autorité palestinienne. Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et son homologue palestinien, Riyad Al-Maliki, le chef du service de renseignements, Abbas Kamel, le secrétaire général de l’Organisation de Libération Palestinienne (OLP), Saeb Ereikat, ainsi que l’ambassadeur palestinien en Egypte, Diab Al-Louh, ont assisté à la session des pourparlers entre les deux présidents Sissi-Abbas.

Lors de la rencontre, les deux présidents ont passé en revue les derniers développements de la situation dans les territoires palestiniens, notamment dans la bande de Gaza, sur fond de recrudescence d’affrontements entre le Hamas et les forces d’occupation israéliennes. Les efforts de l’Egypte en matière de réconciliation interpalestinienne ont été soulignés ainsi que les défis auxquels fait face actuellement l’Autorité palestinienne.

Face à ces multiples défis entravant la relance du processus de paix israélo-palestinien, le président Sissi a affirmé à son hôte le plein soutien de l’Egypte à la cause palestinienne et aux droits du peuple palestinien à un Etat indépendant dans les frontières de 1967, avec Jérusalem pour capitale.

De son côté, Abbas a salué « les efforts que déploie l’Egypte à divers niveaux, tous dans le but de régler la cause palestinienne et protéger les droits du peuple palestinien. Il a de même souligné l’importance d’intensifier les négociations avec le président Sissi sur ce dossier », comme a rapporté le porte-parole de la présidence, Bassam Radi.

Défis de taille

Les défis auxquels l’Autorité palestinienne est confrontée, notamment en ce qui concerne les répercussions de l’annonce d’Israël du gel de 138 millions de dollars qu’il devait verser à l’Autorité palestinienne, ont été au centre des discussions entre les deux présidents. A noter que le gouvernement israélien doit reverser régulièrement à l’Autorité palestinienne la TVA et les droits de douane qu’il prélève sur les produits importés par les Palestiniens. Mais en juillet 2018, le Parlement — la Knesset — a voté une loi visant à geler ces versements à hauteur du montant des allocations accordées par l’Autorité palestinienne aux auteurs d’attaques anti-israéliennes et à leurs familles. Elle n’avait jamais été appliquée jusqu’alors. La semaine dernière, le premier ministre, Benyamin Netanyahu, a annoncé son intention de le faire après le meurtre d’une jeune Israélienne par un Palestinien à Jérusalem. Sur ce sujet, le président Sissi a affirmé l’engagement de l’Egypte de « négocier avec toutes les parties concernées en vue d’éviter la détérioration de la situation ».

Les efforts égyptiens pour rétablir la stabilité dans la bande de Gaza ont été aussi abordés lors de la réunion. « Les efforts de l’Egypte visent toujours à maintenir la sécurité et la stabilité à la bande de Gaza ainsi qu’à y améliorer les conditions humanitaires et économiques », a indiqué le président Sissi. Par ailleurs, le président Sissi a affirmé à Abbas que l’Egypte poursuivra ses efforts en vue d’achever le processus de réconciliation entre les factions palestiniennes et parvenir à un consensus politique et ce, « dans le cadre d’une vision unifiée entre toutes les forces et factions palestiniennes, et conformément à une stratégie égyptienne portant sur le soutien du rôle de l’Autorité palestinienne à la bande de Gaza et l’avortement des tentatives de consacrer la séparation entre la Cisjordanie et la bande de Gaza », comme a affirmé le président Sissi. Pour rappel, depuis la détérioration des relations entre le Fatah et le Hamas en 2007, Le Caire joue le rôle de médiateur entre les deux parties, un rôle qui a connu des succès, mais n’a pas abouti jusqu’à présent à l’achever.

Par ailleurs, dans le cadre des engagements de l’Egypte envers la cause palestinienne, le président Sissi a fait savoir que Le Caire poursuit ses contacts avec les parties concernées et les Etats donateurs pour déterminer les mécanismes aptes de résoudre la crise financière qu’endure l’Office de secours et de travaux des Nations-Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient, (l’Unrwa), depuis la décision américaine prise en août 2018 d’arrêter ses contributions financières à l’office. « Et ce, en vue d’aider l’Unrwa à continuer à accomplir son rôle humanitaire », comme a indiqué le président Sissi. Aidant environ 5 millions de réfugiés palestiniens, l’Unrwa est financé presque entièrement par des contributions volontaires d’Etats. Depuis la décision américaine, l’Egypte négocie avec tous les acteurs internationaux les moyens de le soutenir. Des dossiers qui expliquent l’intensification des concertations entre les présidents Sissi et Abbas, en ce moment critique en Palestine.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique