Egypte > Egypte >

Un acte désespéré

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mardi, 01 janvier 2019

Un attentat contre un bus transportant des touristes vietnamiens à Guiza a fait 4 morts le 28 décembre. Il s'agit d'une tentative désespérée de discréditer les efforts de lutte antiterroriste en Egypte.

Un acte désespéré
L'attentat est la première attaque visant des touristes en Egypte depuis juillet 2017. (Photo : Reuters)

Trois touristes vietnamiens ainsi que leur guide égyptien ont été tués, le 28 décembre, dans l’explosion d’une bombe rudimentaire, lors du passage de leur bus à Marioutiya près du site des pyramides de Guiza. 9 autres touristes et le chauffeur du bus ont été blessés. L’attentat a eu lieu à 18h. Il s’agit de la première attaque visant des touristes en Egypte depuis juillet 2017. Accompagné des ministres de la Santé et du Tourisme, le premier ministre, Moustapha Madbouli, a exprimé ses condoléances aux familles des victimes évoquant un « incident regrettable ». Or, il a exclu que cet attentat puisse affecter le tourisme, secteur-clé de l’économie en Egypte. « Il n’y a pas un seul pays où il ne se produit pas d’attaque », a déclaré le premier ministre. Le Vietnam a également condamné l’attaque. Dans une déclaration officielle, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lê Thi Thu Hang, a affirmé : « Le Vietnam condamne l’acte terroriste qui a tué et blessé plusieurs Vietnamiens innocents, et demande à l’Egypte d’identifier les coupables et de les juger ».

Concernant le timing de cette attaque, l’expert des mouvements terroristes Ali Bakr explique : « Même si l’attentat n’a toujours pas été revendiqué, on peut deviner que ses acteurs sont de petits groupes terroristes comme Hasm ou Liwä Al-Sawra. Ces groupes profitent de certaines occasions comme les fêtes coptes pour provoquer des troubles et nuire à l’image du pays. Etant donné que la sécurité est renforcée devant les églises en raison des célébrations des fêtes de Noël, ils ont visé ce bus touristique ».

Toujours selon l’expert, malgré les pertes désolantes qui ont résulté de cet attentat, c’est une preuve concrète de la faiblesse des groupes qui l’ont perpétré. « L’Egypte a réussi à couper les sources de financement du terrorisme. L’engin utilisé, qui est une bombe artisanale en est la preuve. Ces groupuscules n’ont plus les moyens de se procurer des armes sophistiquées ou des explosifs comme ils le faisaient autrefois », souligne Ali Bakr.

Le tourisme, une cible-clé

Un avis partagé par l’expert sécuritaire Hatem Saber : « Les terroristes ont essayé de porter atteinte à l’économie en ciblant le tourisme. C’est le moyen le plus facile de faire pression sur un pays et de perturber ses relations avec l’étranger. Et cela non seulement en Egypte, mais dans le monde entier ».

Il explique que ces groupes sont conscients que le tourisme est un secteur-clé de l’économie et que l’Egypte déploie de grands efforts pour redresser ce secteur. L’Egypte a connu ces derniers mois un regain du tourisme avec 8,2 millions de visiteurs en 2017, selon les chiffres officiels. Un effort que l’Egypte tente de poursuivre pour atteindre les 14,7 millions de touristes enregistrés en 2010.

Selon Saber, les terroristes n’ont pas réussi à atteindre leur but : « Tous les pays du monde sont conscients que les attaques terroristes ne peuvent pas être empêchées à cent pour cent. Et tous les pays du monde sont témoin des grandes réalisations de l’Egypte dans le domaine de la lutte antiterroriste ».

Selon les agences de voyages égyptiennes, aucun touriste n’a fait part de son intention d’annuler sa réservation en Egypte. Ce n’est pas tout, dans une image émouvante et en réponse à l’attaque, des touristes vietnamiens en vol de montgolfière ont insisté sur le fait de poursuivre leur visite à Louqsor et ont diffusé leurs images, le 31 décembre, levant le drapeau égyptien, envoyant ainsi au monde entier un message de paix et de sécurité.

La lutte se poursuit

Les forces de sécurité poursuivent leur guerre contre le terrorisme. Au lendemain de l’attentat, les forces de sécurité ont tué 40 terroristes dans des raids en Egypte, dont 30 dans la région de Guiza et 10 dans le Nord-Sinaï. Ils planifiaient une série d’agressions contre le secteur du tourisme, les lieux de culte chrétiens et les forces de sécurité. Le ministère n’a pas lié directement les raids policiers à l’attaque de vendredi qui n’a toujours pas été revendiquée.

Lien court: