Egypte > Egypte >

Entre espoir et gratitude

Nada Al-Hagrassy, Mardi, 18 septembre 2018

Depuis l’annonce de l’initiative du président, l’hôpital de l’Organisme des assurances médicales à Madinet Nasr reçoit quotidiennement plusieurs dizaines de patients. Reportage.

hopital

Dans la salle d’attente de l’hôpital de l’Organisme général des assurances médicales, une famille attend impatiemment devant le bloc opératoire. La mère, une sexagénaire d’allure modeste, ne cesse de lire des versets du Coran et de prier. Le père de famille, Mohamad, qui souffre de troubles cardiaques depuis longtemps, subit un triple pontage cardiaque. « Ce sont les assurances médicales qui l’ont transféré à cet hôpital. Ici, on nous a dit qu’il avait besoin d’un triple pontage », dit-elle.

Depuis plus d’un an et demi, elle attendait que le cardiologue l’examine et fixe la date de l’opération. Une souffrance qui s’est dissipée en un clin d’oeil grâce à l’initiative du président Sissi. « Mes cousins ont mis sur le site du ministère de la Santé les données concernant l’état de santé de mon père.

En quelques jours, j’ai reçu un coup de fil de l’hôpital qui m’a informé qu’une date a été fixée pour examiner mon père et l’opérer », affirme Abdel-Rahman, le fils de Mohamad, qui ne cache pas sa surprise par rapport à la rapidité des procédures. « Tous les examens et toutes les analyses médicales ont été faits dès l’entrée de mon père à l’hôpital, et le lendemain, il a été opéré », remercie Abdel-Rahman, incapable de contenir ses larmes en appelant le reste de la famille pour leur annoncer la réussite de l’opération.

La famille n’a rien payé pour cette opération qui coûte 30 000 L.E. « On opère presque une demi-douzaine de cas quotidiennement. La plupart sont des cas de pontage cardiaque », explique le cardiologue Nabil Riyad, en pressant le pas vers la salle d’opération. Halim Guirguis, un autre patient originaire de la Haute-Egypte, entre dans la salle d’attente soutenu par ses deux filles. « Mon père souffre depuis quelques années de troubles hépatiques. Lorsque j’ai enregistré son nom sur le site du ministère de la Santé, je ne croyais pas que ça allait marcher. Or, j’ai été surprise par la rapidité des procédures lorsqu’ils m’avaient contactée pour hospitaliser mon père la veille », avoue l’une des filles. Elle ajoute que son père reçoit un service de santé de qualité. « Recevoir des soins médicaux gratuits et de qualité était pour nous un rêve qui s’est concrétisé avec l’initiative du président de la République », dit la fille, avant de se demander pourquoi ce genre de service n’est pas la règle, mais l’exception.

Lien court: