Egypte > Egypte >

De Sousa prêche la paix et la tolérance

May Al-Maghrabi, Mardi, 17 avril 2018

Lors de sa visite en Egypte, le président portugais a rencontré le grand imam d'Al-Azhar. Une rencontre placée sous le signe du vivre-ensemble et de la lutte contre le fanatisme.

De Sousa prêche la paix et la tolérance

Les Européens, qui nient que les musulmans constituent une partie intégrante de l’Europe, ont tort », « Le respect mutuel est le pilier du vivre-ensemble », « Il faut lutter pour un meilleur monde et les jeunes, partout, doivent refuser toute forme de discrimination ». Ces paroles du président portugais, Marcelo Rebelo De Sousa, prononcées lors de son allocution jeudi 12 avril à l’Université d’Al-Azhar, résument sa vision sur les relations entre l’Orient et l’Occident, entre l’islam et les autres religions. Répondant à une question sur sa position vis-à-vis de la décision du président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, De Sousa n’a pas hésité à afficher son rejet catégorique.

« La position de mon pays est fixe sur cette question. On reconnaît le droit de la Palestine à un Etat dont la capitale est Jérusalem. Et c’est pourquoi le Portugal ne transférera pas son ambassade à Jérusalem », a affirmé De Sousa. Accueilli cordialement par le grand imam d’Al-Azhar, le cheikh Ahmad Al-Tayeb, le président De Sousa a fait une allocution à l’Université d’Al-Azhar intitulée « La Vision d’un enseignant et d’un chef d’Etat », en présence d’un parterre de hauts responsables, d’oulémas et d’étudiants d’Al-Azhar et de nombre de ministres, d’ambassadeurs et de personnalités publiques. « Ici à Al-Azhar, je me sens dans mon pays. L’Université Al-Azhar est riche d’Histoire, de cultures et de civilisations. La vie m’a appris à accepter l’autre avec toutes ses différences. Egyptiens, Grecs et Romains font partie intégrante de la civilisation humaine. Or, c’est impossible que tout le monde soit identique », a dit De Sousa. Il a également appelé à lutter contre l’islamophobie et contre l’isolement de tout genre.

Et de souligner que depuis la fondation du Portugal, l’islam a eu un profond impact sur la société portugaise. Son discours s’est focalisé sur l’entente qui doit régir les relations entre les adeptes des différentes religions et cultures. « Je suis professeur avant d’être président. Ainsi, j’ai fondé ma carrière sur la liberté de croyance et d’idéologie puisque l’université est un lieu d’études, mais aussi d’échanges de points de vue et de liberté d’expression », a-t-il dit. Il a jugé nécessaires le développement des sociétés pauvres, terrain fertile pour l’épanouissement de l’extrémisme, ainsi que le renforcement du dialogue interreligieux. Le président portugais a dit apprécier le rôle d’Al-Azhar en tant que minaret de l’islam modéré. « Je remercie le grand imam d’Al-Azhar pour ses efforts dans la lutte contre le fanatisme et dans la diffusion d’une culture de paix et de tolérance », a salué le président De Sousa, annonçant que son pays décernera un insigne au grand imam en guise d’appréciation.

Mots clés:
Lien court: