Egypte > Egypte >

Vers une gestion plus responsable de l’eau

Yasser Moheb, Mardi, 27 février 2018

Tenue les 25 et 26 février à Louqsor, la conférence « L’Egypte peut avec les fils du Nil » a réuni un panel d’experts et de scientifiques égyptiens. L’accent a été mis sur les défis de l’agriculture, de l’irrigation et de la gestion des ressources hydrauliques.

Misr tastatie be Abnaa Al-Nil (l’Egypte peut avec les fils du Nil) était le thème-titre d’une conférence tenue les 25 et 26 février à Louxor, à l’initiative du ministère d’Etat pour l’Immigra­tion et les Affaires des Egyptiens à l’étranger, en partenariat avec la Banque Centrale égyptienne. Responsables politiques, diplo­mates, militaires et experts se sont ainsi retrouvés pour discuter de plusieurs thèmes, dont la gestion responsable de l’eau. Débats en séances plénières, entretiens en marge de la conférence et discus­sions de couloirs, les occasions d’échange n’ont pas manqué lors de ce troisième rendez-vous regroupant les scientifiques et les experts égyptiens en provenance du monde entier sous la devise Misr Tastatie (l’Egypte peut).

Consacrée aux problèmes de l’agriculture et de l’irrigation, la conférence, tenue sous les auspices du président égyptien Abdel-Fattah Al-Sissi, a été clôturée par la ministre d’Etat pour l’Immi­gration, l’ambassadrice Nabila Makram. Makram a déclaré que l’organisation de cette conférence avec la participation de nom­breux ministres confirme la volonté de l’Egypte de surmonter ses problèmes hydriques et de développer les systèmes d’agriculture et des communautés agricoles. « Les conférences intitulées Misr Tastatie s’inscrivent dans le cadre des directives du président Al-Sissi au gouvernement de faire participer les savants et les personnalités éminentes égyptiennes au règlement des problèmes de leur patrie, et ce, conformément aux objectifs de la stratégie de développement durable Egypte 2030 », a souligné la ministre. Et d’ajouter: « Le fait de rassembler en une seule conférence ce grand nombre de savants et d’experts égyptiens, qui ont réalisé de grands acquis dans les domaines de l’agriculture, de l’irrigation, de la gestion des ressources hydriques et du règlement des pro­blèmes de manque d’eau, cela prouve l’intérêt qu’accorde l’Etat et sa direction au développement et à la bonification des terres égyptiennes et aux grands projets nationaux ainsi qu’aux divers dossiers relatifs à l’eau et au fleuve du Nil comme source de vie pour les Egyptiens».

La conférence s’appuyait surtout sur les expertises de savants et d’experts égyptiens résidant à l’étranger et en Egypte, en vue de donner des sortes de prescriptions relatives aux défis de la gestion de l’eau et à l’avenir du développement en Egypte. Au nombre de 23, les scientifiques et experts égyptiens résidant à l’étranger ont tous souligné l’importance croissante de la maî­trise de l’eau sur un plan national, régional et continental. Et ce, en vue d’en exploiter pleinement le potentiel pour l’agriculture et l’énergie, afin que ces deux secteurs puissent assurer la sécu­rité alimentaire et les besoins croissants de l’Egypte en ali­ments, énergie et développement durable.

Lutte contre le gaspillage

Ayant pour titre « Le dessalement de l’eau. Une exigence et des défis », le rapport préparé par l’expert égyptien Mohamad Daoud, professeur au Centre national des recherches de l’eau aux Emirats arabes unis, plante le décor alarmiste d’un monde en pénurie d’eau. Le document s’interroge sur la volonté des différentes entités à coopérer pour trouver des sources d’eau différentes de celles du Nil. « Les ressources hydriques de l’Egypte, à 92,5 % issues du Nil, sont insuffisantes pour répondre aux besoins crois­sants du pays, qui risque une pénurie d’eau », indique le rapport. L’expert égyptien dresse le tableau idyllique d’une Egypte dans laquelle « la gestion ferme des ressources et la lutte contre le gaspillage sont à l’ordre du jour ». La consommation d’eau annuelle de l’Egypte, dont plus de 85% va au secteur agricole, excède les ressources du pays. Un problème qui risque de s’ac­croître vu la forte croissance démographique.

Quant au scientifique Assem Abou-Hatab, il a lui aussi déclaré lors de sa présentation que « le manque d’eau est l'une des menaces les plus sérieuses qui pèsent sur l’agriculture et l’envi­ronnement de plusieurs pays de la région, en particulier l’Egypte, étant donné que l’agriculture absorbe plus de 80% de la consom­mation des ressources d’eau et que son défi a toujours consisté à produire plus d’aliments pour satisfaire les besoins d’une popula­tion en expansion ». Selon l’expert, les prévisions en matière de croissance démographique indiquent que les besoins alimentaires doubleront au cours des prochaines années.

Pour sa part, Dr Salem Chohan, expert hydraulique tra­vaillant en Somalie, souligne le fait que le défi est de taille pour l’agriculture mondiale. « Alors qu’il faudra doubler la produc­tion à l’horizon 2050 pour nourrir les futurs 9 milliards et demi d’humains, les scénarios climatiques annoncent tous une baisse des ressources en eau douce disponibles dans la plupart des régions ». Les techniques d’irrigation apparaissent comme l’une des solutions pour l’adaptation de l’agriculture aux chan­gements climatiques et naturels, permettant de tripler la pro­ductivité des terres et d’assurer un certain pourcentage de la production alimentaire. Améliorées dans le souci de gérer durablement les ressources en eau et d’assurer un partage équi­table avec tous les autres domaines d’utilisation, les techniques d’irrigation ont fait de nets progrès. Des progrès devenus indis­pensables pour l’Egypte: méthodes économes en eau, réutili­sation des eaux usées et mise en place de nouveaux modes de gouvernance.

En résumé, la conférence Misr Tastatie be Abnaa Al-Nil a mis l’accent sur le renforcement de la productivité agricole en Egypte, en se fondant sur l’irrigation et le drainage. Presque toutes les présentations et études exposées ont abordé principalement le rôle indispensable de la science face aux changements climatiques, l’amélioration de la gestion de l’eau dans l’agriculture et les liens entre l’eau, l’alimentation et l’énergie. Tant d’approches et de recherches vraiment importantes en quête de solutions effi­caces pour le bénéfice de tous.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique