Dimanche, 03 décembre 2023
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Les principaux attentats anti-coptes

Mardi, 11 avril 2017

Au cours des dernières années, la communauté copte a été particulièrement visée par la violence terroriste. Rétrospective.

6 janvier 2010 :

Des hommes armés ouvrent le feu sur des fidèles, à la sortie dans une église de Nag Hammadi, à Qéna en Haute-Egypte. Les fidèles venaient de célébrer la messe du Noël copte. La fusillade a fait 7 morts et 10 blessés.

Nuit du 31 décembre 2010

au 1er janvier 2011 :

Un attentat fait 23 morts et 79 blessés, en grande majorité chrétiens, à la sortie d’une église copte après la messe du Nouvel An à Alexandrie, deuxième ville du pays. Les autorités attribuent l’attentat, non revendiqué, à un kamikaze guidé depuis l’étranger.

Août 2013 :

Des dizaines d’églises, de maisons et de commerces appartenant à des coptes sont attaqués et incendiés, notamment en Haute Egypte, durant les semaines qui suivent la dispersion de deux importants rassemblements pro-Morsi au Caire en août.

20 octobre 2013 :

Une attaque visant l’église de la Vierge au Caire lors d’un mariage copte fait 4 morts.

11 décembre 2016 :

Un attentat-suicide contre l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul fait 29 morts. L’édifice est contigu à la Cathédrale Saint-Marc, siège du pape de l’Eglise copte orthodoxe. L’attentat, qui a eu lieu en pleine célébration, est revendiqué par l’EI du Sinaï. Le même groupe qui a tué 7 coptes dans la péninsule provoquant la fuite de centaines de familles chrétiennes résidant dans le Nord-Sinaï.

9 avril 2017 :

A 10h, une première bombe explose dans l’église de Saint-Georges à Tanta, dans le Delta du Nil, et fait 28 morts et 30 blessés. Une deuxième bombe a visé une église d’Alexandrie, avec pour bilan provisoire 17 morts et 35 blessés. L’Etat islamique revendique les deux attentats via son agence de propagande Amaq.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique