Semaine du 20 au 26 octobre 2021 - Numéro 1395
L’Egypte revient au sommet
  Le nouveau sélectionneur des Pharaons, Carlos Queiroz, a réalisé un début de rêve en s’imposant contre la Libye 1-0 à domicile et 3-0 à Benghazi pour décrocher la tête du groupe et mettre un pied dans la phase finale des qualifications pour la Coupe du monde 2022.
L’Egypte revient au sommet
Le jeune attaquant de Stuttgart Omar Marmoush a été la grande révélation des Pharaons face à la Libye.
Karim Farouk13-10-2021

L’Egypte a remis les pendules à l’heure. Victorieux de leur double confrontation face à la Libye, les Pharaons ont repris la tête du groupe F et pris une grande option pour la troisième et dernière phase des qualifications de la Coupe du monde 2022. Le technicien portugais Carlos Queiroz a, en l’espace d’une semaine seulement, séduit les Egyptiens. Il a sorti l’équipe de son incertitude, présenté le football qu’on aime et redonné aux joueurs leurs lettres de noblesse. Après seulement deux séances d’entraînement, le tacticien expérimenté (68 ans) a mené l’Egypte à l’essentiel en battant la Libye à domicile 1-0, vendredi 8 octobre. Bénéficiant de trois jours de plus, les Pharaons ont été largement dominateurs à Benghazi (3-0) dans un spectacle régalant qui a ramené aux mémoires les gloires des années 2000 avec la génération dorée de Hassan Chéhata.

« Je n’ai rien fait de magique avec les joueurs, comme je l’ai déjà dit auparavant, il n’y a pas de magie au football. Les joueurs avaient l’enthousiasme et il fallait juste le libérer. J’aimerais les féliciter pour leur performance aujourd’hui, nous avons réalisé notre objectif principal qui est de décrocher la tête du groupe avec 6 points. Le plus important, c’est de maintenir notre cadence, mais on a encore beaucoup de travail à faire et j’espère avoir plus de temps et de matchs pour travailler avec les joueurs. Nous avons à présent la Coupe arabe, puis la Coupe d’Afrique avant de disputer nos matchs de barrage pour la Coupe du monde dans 6 mois », a dit Queiroz après le match lundi.

L’empreinte de Queiroz

Si les septuples champions d’Afrique ont renversé leurs voisins libyens cette semaine, c’était par la qualité de leur jeu et leur mental. En effet, outre son soutien aux joueurs, Queiroz a procédé à quelques ajustements pour relancer cette équipe. Le jeu des Pharaons a été dominé par une très bonne possession de balle et une grande intensité dans les duels, même si le rythme baissait à certains moments. Queiroz a disputé le premier match en 4-2-3-1, avant de passer à 4-3-3 à Benghazi. Le jeune attaquant de Stuttgart (Allemagne) Omar Marmoush a été la grande révélation de Queiroz. C’est lui qui a signé le but de la victoire à domicile et qui a fait la passe décisive à Moustapha Mohamad pour marquer le deuxième but au second match. Les connexions entre le trio offensif Mohamad Salah, Marmoush et Mohamad sont plus claires et la défense est hermétique avec le duo Ahmad Hégazi et Mahmoud Hamdi. Sur les couloirs, les jeunes latéraux Ahmad Fattouh et Akram Tawfiq ont fait grande impression dans leurs débuts officiels.

Les deux matchs contre la Libye incitent à l’optimisme, mais c’est encore une oeuvre en devenir, car l’objectif ultime c’est de voir la bande de Salah assurer sa qualification pour le Mondial en mars prochain et ensuite faire une bonne performance au Qatar en hiver 2022.

L’Egypte revient au sommet


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire