Semaine du 15 au 21 septembre 2021 - Numéro 1390
Aux JO, le taekwondo honore l’Egypte
  Le taekwondo égyptien a réalisé un exploit aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo en décrochant deux médailles de bronze par ses vedettes Hedaya Malak et Seif Eissa.
Aux JO, le taekwondo honore l’Egypte
Hedaya Malak (à droite) et Seif Eissa ont permis à l’Egypte de figurer au tableau des médailles.
Doaa Badr28-07-2021

La salle couverte de Makuhari Messe, qui a témoigné de la compétition de taekwondo aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo qui se déroule du 23 juillet au 8 août, était pleine de vivacité lundi 26 juillet lors des matchs de médailles de bronze des deux taekwondoïstes égyptiens Hedaya Malak (-67 kg) et Seif Eissa (-80 kg). Bien que ces jeux se déroulent sans spectateurs à cause de la pandémie de Covid-19, l’enthousiasme était là, avec les encouragements de la délégation égyptienne. Et les supporters étaient de haut niveau : le ministre de la Jeunesse et du Sport, Achraf Sobhi, et son assistant Abdel-Awal Mohamad, le président du Comité olympique égyptien, Hesham Hatab, le secrétaire général du comité, Sharif El Eryan, le président de la Fédération égyptienne de taekwondo, Amr Selim, et plusieurs membres de la délégation égyptienne. Leur présence n’était pas sans récompense, puisque les deux athlètes égyptiens ont remporté chacun une médaille de bronze sous la houlette de l’encadrement technique composé du Mexicain Oscar Salizar et des entraîneurs Mohamed Magdi et Ousama Elsayed.

Doublé de Hedaya Malak

Hedaya Malak a réalisé un exploit en remportant sa deuxième médaille olympique. Aux JO de Rio 2016, Malak avait décroché la médaille de bronze en catégorie de -57 kg. Aujourd’hui à Tokyo, dans une nouvelle catégorie de poids, elle a décroché sa deuxième médaille olympique en remportant la bronze de la catégorie de -67 kg, après avoir battu en match de médaille l’Américaine Paige Mcpherson 17-6. Le parcours de la championne égyptienne n’était pas facile, elle a commencé la journée en battant la Française Magda Wiet Henin sur le score de 11-6. Un match difficile, l’athlète française étant médaillée de bronze aux Mondiaux et possédant plusieurs médailles au Grand Prix. De plus, le directeur technique de la sélection française est l’Espagnol Rosendo Alonso qui était l’ancien directeur technique de l’équipe égyptienne et qui a conduit Malak à la médaille de bronze à Rio. Mais l’Egyptienne était prête pour son adversaire et a bien contrôlé le match avec son coach Oscar Salizar. En quarts de finale, Malak a été battue par la Britannique Lauren Williams, championne d’Europe, sur le score de 12-13. La qualification de la Britannique à la finale a permis à Hedaya Malak de jouer des matchs de repêchage. Donc, elle a battu en repêchage l’athlète de Tonga 9-0 et s’est qualifiée pour jouer le match de la médaille de bronze contre l’Américaine Paige Mcpherson qu’elle a battue 17-6.

Hedaya Malak est considérée comme la pionnière du taekwondo égyptien ; à 28 ans, mariée, elle décroche sa deuxième médaille olympique. Elle possède aussi un palmarès exceptionnel avec un grand nombre de médailles dans différents tournois internationaux en plus d’une médaille d’argent à la finale du Grand Prix 2016.

Seif Eissa, des efforts récompensés

A 23 ans, Seif Eissa a réalisé son rêve, relégué depuis longtemps en montant sur le podium olympique. Eissa a décroché la médaille de bronze de la catégorie de -80 kg après avoir battu en match de médaille le Norvégien Richard Andre Ordeman sur le score de 12-4. Durant toute la journée, Eissa a prouvé son niveau en jouant des matchs d’un très haut niveau. En huitièmes de finale, il a écrasé facilement l’Australien Jack Marton sur le score de 11-1. Puis, il a continué son élan en quarts de finale en battant l’Italien Simone Alessio, champion du monde 2019 en -74 kg, sur le score de 6-5. Son match en demi-finales était le plus difficile en affrontant l’athlète du Comité olympique le Russe Maksim Khramtcov, numéro 1 mondial, champion du monde 2017 et vainqueur d’un grand nombre de Grand Prix. Eissa a été battu par le Russe sur le score de 1-11 et a joué le match de la médaille de bronze qu’il a remporté sous la direction de son entraîneur Mohamed Magdi qui l’a conduit durant tous ces matchs.

Aux JO, le taekwondo honore l’Egypte
Le ministre de la Jeunesse et du Sport, Achraf Sobhi, célèbre les deux médailles olympiques.

Cette médaille est une récompense pour le champion qui a réalisé plusieurs exploits durant sa carrière sportive. 2014 marque la naissance de ce champion : lors de sa première participation en sélection nationale et à 16 ans, il a remporté la médaille de bronze aux JO de la jeunesse de Nanjing, soit une première pour le taekwondo égyptien, pour annoncer la naissance d’un jeune champion talentueux. A partir de cette date, il ne cesse de glaner les médailles dans les compétitions africaines, arabes, internationales et même les Grands Prix. En 2016, il a échoué à se qualifier pour les JO de Rio en terminant 3e des éliminatoires africaines. Mais il a poursuivi son élan pour devenir le premier Egyptien à remporter 4 médailles aux Grands Prix avec 2 médailles d’argent en 2017 et 2019 et 2 médailles de bronze en 2018. De plus, il a décroché une médaille d’argent à la finale du Grand Prix 2016 et il a occupé la tête du classement mondial de la catégorie de -74 kg pour 3 mois en 2017. Ainsi la médaille olympique de Seif Eissa n’était pas une surprise, mais plutôt une récompense.

Les deux autres athlètes égyptiens qui ont disputé les JO, Nour Hussein et Abdelrahman Wael, ont eux aussi réalisé une bonne performance en perdant avec une petite différence. Wael a terminé à la 9e place, tandis que Nour Hussein s’est classée à la 11e place.

Ainsi, le taekwondo égyptien possède 4 médailles de bronze olympique dans son histoire depuis l’introduction de la discipline aux JO de Sydney 2000, une par Tamer Salah aux JO d’Athènes 2004, 2 par Hedaya Malak aux JO de Rio 2016 et de Tokyo 2020 et une par Seif Eissa aux JO de Tokyo. « Le taekwondo a prouvé qu’il est une des plus grandes disciplines de l’Egypte, je suis très fier de la performance de tous mes athlètes et je remercie tous ceux qui ont contribué à cet exploit : les membres du conseil d’administration de la Fédération égyptienne, l’encadrement technique, le ministre de la Jeunesse et du Sport, Dr Achraf Sobhi, et le Comité olympique égyptien présidé par Hesham Hatab », souligne Amr Selim, président de la Fédération égyptienne.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire