Semaine du 28 juillet au 3 août 2021 - Numéro 1383
Sherif El-Eryan 20 athlètes sont capables de monter sur le podium
  Sherif El-Eryan, secrétaire général du Comité olympique égyptien, évoque les détails de la délégation égyptienne et la chance de l’Egypte aux JO de Tokyo. Entretien.
Sherif El-Eryan
Doaa Badr14-07-2021

Al-ahram hebdo : Parlez-nous de la délégation égyptienne qui ira à Tokyo …

Sherif El-Eryan: L’Egypte sera présente aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo avec la plus grande délégation de son histoire. 136 Egyptiens, dont 50 dames et 86 hommes, sont qualifiés pour les JO dans 23 disciplines, plus 12 athlètes remplaçants. Ce nombre est le plus grand dans notre histoire, puisque lors des JO de Rio de Janeiro en 2016, la délégation égyptienne, qui était la plus grande à l’époque, était composée de 120 athlètes. Ce nombre nous permet d’avoir 113 chambres en plus pour les entraîneurs, la délégation administrative et les médecins. Ainsi, la délégation égyptienne sera composée d’un peu moins de 300 personnes, mais selon les procédures du comité organisateur, nous avons un nombre maximum de chambres pour la délégation administrative et les entraîneurs, soit 74 personnes qui seront logées à l’intérieur du village olympique.

Quelle est l’importance de ce grand nombre d’athlètes égyptiens qualifiés ?

— L’Egypte ne peut pas figurer parmi les grandes nations au tableau des médailles finales des JO, mais on peut présenter une grande délégation aux JO. L’Egypte est la première nation arabe et la 2e africaine derrière l’Afrique du Sud. En fait, je suis totalement pour l’idée de permettre à tous les athlètes qualifiés d’aller aux JO. Il faut savoir qu’un petit pourcentage des athlètes du monde peut se qualifier pour les JO. La participation aux JO est en soi un grand honneur pour les sportifs.

Quand les Egyptiens partiront-ils pour Tokyo ?

— La première délégation administrative est partie le 10 juillet avec en tête le vice-président de la délégation et 4 employés pour recevoir les chambres de la délégation égyptienne. Et la première délégation des athlètes partira le 17 juillet, elle regroupe les équipes de football, handball, tennis, boxe, escrime, taekwondo, tir, voile, natation, gymnastique, tennis de table et judo. La dernière délégation égyptienne partira le 31 juillet avec l’équipe de cyclisme.

Quelles sont les procédures sanitaires appliquées à Tokyo ?

— Alors que le gouvernement japonais a décrété la mise en place d’un état d’urgence sanitaire à Tokyo jusqu’au 22 août pour faire face à la recrudescence des cas du Covid-19 et du variant Delta, Tamayo Marukawa, ministre des JO, a annoncé jeudi 8 juillet qu’il n’y aurait pas de spectateurs lors des épreuves. Ainsi, l’événement sportif planétaire sera organisé avec des précautions sanitaires très strictes. Les pays sont répartis en catégories, selon la propagation du Covid-19. Chaque athlète doit arriver à Tokyo 5 jours avant sa compétition et partir 48 heures après la fin de sa compétition. Les athlètes doivent effectuer un test PCR chaque jour ou tous les 3 jours, selon la catégorie du pays dont ils sont originaires.

La préparation des sélections égyptiennes a-t-elle été affectée par le Covid-19 ?

— Il faut savoir que l’Egypte est parmi les pays les moins affectés par le Covid-19 sur le plan du sport. Les athlètes égyptiens ont bien préparé ces jeux, beaucoup mieux que d’autres pays. Quand tout était suspendu dans la plupart des pays européens, l’Egypte a pu organiser toutes les compétitions nationales et internationales.

Quelles sont les chances de l’Egypte à Tokyo ?

— Si l’haltérophilie égyptienne avait été présente, il aurait été facile de faire des pronostics et de dire que l’Egypte pourrait réaliser mieux que les 5 médailles obtenues aux JO d’Athènes en 2005. Mais avec l’absence de l’haltérophilie, on souhaite réaliser mieux que les 3 médailles obtenues à la dernière édition à Rio en 2016. L’Egypte possède à Tokyo 20 athlètes capables de monter sur le podium, tels Giana Farouk, Aly El-Sawy et Feryal Ashraf en karaté, Azmy Mehelba en tir, Hedaya Malak et Seif Eissa en taekwondo, Mohamed Ibrahim et Abdel-Latif Manie en lutte, Ahmed Elgendy et Ahmed Ashraf en pentathlon moderne, Farida Osman en natation, Alaa Aboul-Kassem en escrime, l’équipe d’équitation et les deux sports collectifs, le handball et le football .


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire