Semaine du 20 au 26 octobre 2021 - Numéro 1395
Voyager sous les casques
  Le festival D-CAF propose au public de découvrir des oeuvres de réalité virtuelle, un moyen d’expression de plus en plus en vogue.
Voyager sous les casques
X Ray Fashion. (Photo : Bassam Al-Zoghby)
May Sélim13-10-2021

Durant la pandémie, la Réalité virtuelle (VR) est devenue un moyen d’expression primordial. De plus en plus, des artistes et experts en VR développent des jeux et des expériences qui permettent de vivre une expérience en 3D. Dans une salle bien équipée du bâtiment Al-Consoliya (anciens locaux du consulat de France au Caire, récemment rénovés, à la rue Sekkat Al-Fadl), se tient une expérience visuelle, inspirée des nouveaux médias. Il s’agit d’Embraces (étreintes) de la Danoise Sarah Koppel, un jeu de dessin associé à l’animation par une application téléchargeable sur les téléphones portables (ndlr : l’exposition s’est tenue jusqu’au 10 octobre à Consoliya, puis est reprise du 16 au 22 au Victoria Rooftop).

Sur le mur, s’affiche une série de dessins. A l’aide de l’application téléchargée, le spectateur scanne un dessin. Celui-ci se transforme en un autre sur l’écran du téléphone, en changeant de format. Ainsi, deux oiseaux deviennent une femme et son enfant ou un couple qui s’aime, etc. Les images révèlent de différentes formes d’étreintes, traduisant le besoin d’amour, d’intimité, le besoin de l’autre tout court.

En coopération avec l’Institut français d’Egypte, D-Caf propose également une sélection de documentaires français de VR. Il suffit de porter un casque pour plonger dans tout un autre monde. Puis, dans la même salle, on découvre l’univers imaginaire de Omar Kamel avec l’installation Oculus Quest. Une série de jeux avec les équipements nécessaires (casques de VR, dispositifs en main) permet aux visiteurs de prendre part au jeu. Ensuite, on vit une autre expérience intense grâce à X Ray Fashion, une installation documentaire de VR, réalisée par Francesco Carozzini, qui aborde l’industrie polluante du prêt-à-porter en Inde. Toujours à l’aide d’un casque approprié et d’autres équipements, on se retrouve, comme par enchantement, en Inde, dans une usine de prêt-à-porter. On voit les ouvriers, on sent la chaleur de l’usine et la mauvaise aération, on a même l’impression d’avoir les pieds mouillés, le sol de l’usine ressemblant à un marécage. « C’est un moyen de sensibiliser les gens. Pendant le confinement, on est parvenu à réduire la présence physique des individus dans un lieu ou un autre, et on a eu recours à des biens d’équipements spécialisés afin de leur permettre d’explorer de nouvelles expériences visuelles et auditives », souligne Manyone, designer de cette VR interactive. Une belle occasion de jouer.

Du 16 au 20 octobre, l’exposition se déplacera au Victoria Rooftop, 42 rue Abdel-Khaleq Sarwat. de 16h à 22h.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire