Semaine du 20 au 26 octobre 2021 - Numéro 1395
Jean-Luc Fournet : J’ai voulu montrer que l’invention des Egyptiens était une vraie révolution
  Jean-Luc Fournet, professeur au Collège de France et commissaire de l’exposition, revient sur l’importance du papyrus dans la diffusion de l’écrit.
Jean-Luc Fournet
(Photo : Patrick Imbert)
Doaa Elhami13-10-2021

Al-Ahram Hebdo : « Le Papyrus dans tous ses Etats, de Cléopâtre à Clovis » un titre qui laisse à penser. Pourquoi ce choix ?

Jean-Luc Fournet : Le mot « Etats » est écrit avec une majuscule. En fait, c’est un jeu de mots avec l’expression « dans tous ses états ». Une majuscule, parce que je voulais montrer que le papyrus en tant que support de l’écrit, a été utilisé dans tous les pays ou « Etats » du monde méditerranéen. On part de l’Egypte, le pays de Cléopâtre, où est né le papyrus, et on fait le tour de la Méditerranée dans le sens contraire des aiguilles d’une montre pour finir en France, le pays de Clovis. L’exposition renferme d’ailleurs un papyrus de l’époque de Cléopâtre et une charte écrite par Clovis II.

— Qui est Clovis II avec lequel finit l’exposition ?

— Clovis II est un roi mérovingien, qui a régné de 639 à 657 Ap. J.-C. Il est le fils de Dagobert, qui est lui aussi représenté à l’exposition par une autre charte renfermant sa signature.

— Pourquoi l’exposition couvre-t-elle la période allant du IIIe siècle av. J.-C. au Xe siècle de notre ère ?

— J’ai choisi cette période, en laissant de côté l’époque pharaonique, pour deux raisons : je voulais montrer quelque chose de moins connu, puisque le grand public associe toujours l’Egypte Ancienne aux pharaons en oubliant que l’Egypte a été gréco-romaine pendant près de 1 000 ans, de 332 av. J.-C. à 642 ap. J.-C. En outre, ce sont les Grecs qui ont fortement intensifié l’usage du papyrus en installant en Egypte une administration très bureaucratique qui nécessitait à tout moment le recours à des documents sur papyrus.

— Quels sont les critères de sélection des papyrus pour l’exposition ?

— Cette exposition se propose de montrer que, contrairement à l’opinion commune, l’usage du papyrus ne s’est pas limité à l’Egypte, mais qu’il a été longtemps le principal support de l’écrit du monde méditerranéen de l’antiquité au Moyen-âge. Certes inventé en Egypte, il s’est vite répandu dans le reste du monde gréco-romain — et au-delà — pour devenir le papier par excellence pour tout type d’écrits (livres et documents) avant d’être détrôné par le parchemin, puis le papier venu de Chine.

Cette exposition permet de suivre l’histoire du papyrus de l’Egypte gréco-romaine jusqu’à la France mérovingienne en passant par le Levant hellénisé, Constantinople et l’Italie romaine, byzantine et médiévale.

A part les papyrus il y a des pièces aussi différentes que des documents de l’Egypte grecque et romaine, des livres de la fameuse bibliothèque d’Herculanum d’Italie, des chartes de la chancellerie mérovingienne avec des autographes de Clovis II, de Dagobert et de Saint Eloi, des ordres d’empereurs byzantins et des bulles papales seront réunies pour la première fois.

En bref, j’ai voulu montrer que l’invention des Egyptiens, aux alentours de 3 000 av. J.-C. avait été une vraie révolution dans le domaine de l’écrit pour l’ensemble du monde méditerranéen.

— Quel est le chef-d’oeuvre de l’exposition ? Et pourquoi ?

— C’est très difficile de répondre à cette question car tous les papyrus sont intéressants d’une façon ou d’une autre. Mais si certains papyrus venant d’Egypte sont passionnants pour reconstituer la vie des anciens, les plus originaux sont probablement les papyrus d’Italie et de France, avec les chartes des papes ou celles des rois mérovingiens (les plus anciens documents de la royauté française). Ce sont des pièces très rares et qui ne sont presque jamais montrées au public.

— Est-ce que l’Egypte Ancienne, gréco-romaine, copte et arabe occupe une place importante dans l’exposition ?

— Oui, l’Egypte gréco-romaine, copte et arabe occupe toute la seconde section avec de nombreux papyrus qui montrent les langues et les écritures utilisées en Egypte durant la période couverte par l’exposition (démotique, copte, grecque, latine, pehlevi, arabe, judéo-arabe) et qui illustrent aussi tous les domaines d’activité humaine (agriculture, artisanat, art, administration, école, vie de l’esprit, etc.).

Informations pratiques

Collège de France

11, place Marcelin-Berthelot Paris.

Ouverte du 18 septembre au 26 octobre 2021.

Accès gratuit.

Horaire de visite : Tous les jours de 9h à 17h, fermée le week-end.

L’exposition est ponctuée de conférences et de visites guidées.

Toutes les informations sont disponibles sur www.college-de-france.fr.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire