Semaine du 15 au 21 septembre 2021 - Numéro 1390
Abousir désormais reliée à Memphis
  Les vestiges d'un temple de Ramsès II, dédié au culte du dieu Rê, ont été découverts dans la région d'Abousir, non loin de Saqqara, grâce aux travaux de fouille menés par la mission archéologique tchèque.
Abousir désormais reliée à Memphis
Une pierre qui porte un surnom du roi Ramsès II. (Photo : Ministère des Antiquités)
Dalia Farouq25-10-2017

A cinq kilomètres au nord de la région de Saqqara et précisément dans la région d’Abousir, la mission archéologique tchèque vient de mettre au jour, lors de travaux de fouille, les vestiges d’un temple de Ramsès II qui remonte à la XIXe dynastie du Nouvel Empire. « Une nouvelle page dans l’histoire d’Abousir est maintenant dévoilée », souligne Miroslav Barta, directeur de la mission tchèque. En fait, c’est la première fois qu’un temple datant du Nouvel Empire soit découvert à Abousir, site connu pour sa nécropole royale, ses pyramides et ses tombes qui remontent tous à l’Ancien Empire, et plus précisément à la Ve dynastie.

Selon Barta, l’importance de cette découverte vient confirmer que la région d’Abousir fait partie de la nécropole de Memphis et a été encore utilisée jusqu’au Nouvel Empire contrairement à la thèse qui avance que cette nécropole n’a été utilisée que pendant l’Ancien Empire.

En fait, l’histoire de cette découverte remonte à 2012, lorsque la mission tchèque a découvert, lors de ses travaux de fouille au sud du site d’Abousir, des vestiges archéologiques qui indiquent l’existence d’un temple complet dans cette région. Et ce n’est qu’en 2016 que la mission a pu poursuivre ses travaux de fouille.

« Malheureusement, ce temple a été presque entièrement détruit dans l’antiquité, il n’en reste que les vestiges d’un temple dont la superficie dépassait 1 700 m2. On aurait pu avoir un autre Abou-Simbel à Abousir », se lamente Barta. En fait, la mission a découvert les bases en terre cuite du temple, l'un des pylônes du temple et quelques constructions de la cour à ciel ouvert qui mène à la salle des colonnes construites en pierre. Au fond de cette salle, la mission a découvert une pente qui mène à une chapelle répartie en trois chambres parallèles. Les gravures et les inscriptions en couleurs, toujours vives, sur les restes des colonnes et des murs de ces chambres ont beaucoup aidé à définir la datation du temple récemment découvert. « Les titres du roi Ramsès II ont été trouvés sur les poteries découvertes sur le site. Sur les murs, il y a des gravures représentant les dieux connus au Nouvel Empire comme Amon, Rê et Nekhbet, ainsi que des scènes qui représentent des rois fils du dieu Horus sur terre recevant les offrandes », continue Barta.

Pour sa part, Ahmad Mégahed, vice-président de la mission tchèque, assure que ce temple est la seule évidence sur l’activité de Ramsès II à la nécropole de Memphis et la continuité du culte du dieu Rê, le dieu soleil, qui est né dans cette région à partir de la Ve dynastie et jusqu’à l’époque du Nouvel Empire, ce qui a poussé un grand roi, tel Ramsès II, à construire un temple dédié à son culte. « Une fois découvert, le catalogage et la restauration des pièces retrouvées sur le site ont commencé et des études scientifiques concernant le temple sont en cours », souligne Mégahed, assurant que la mission tchèque poursuivra ses fouilles dans la région au sud du temple où se trouvait dans le temps le lac d’Abousir avant qu’il ne s’assèche. « Abousir est un site riche en vestiges historiques et ses trésors restent encore loin d’être tous dévoilés », conclut Mégahed.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire