Semaine du 24 au 30 novembre 2021 - Numéro 1400
Une embarcartion sort de sables à Saqqara
  Une barque funéraire de 18 mètres de long remontant à l'Ancien Empire (2650-2150 av. J.-C.) a été découverte la semaine dernière par la mission archéologique tchèque dans la région d'Aboussir.
Une embarcation sort de sables à Saqqara
Nasma Réda17-02-2016

La nécropole d’Aboussir, située à Saqqara, révèle de nouveaux secrets. Non loin du mastaba AS 54 appartenant à un haut dignitaire de la IIIe dynastie (2650-2575 av. J.-C.) de l’Ancien Empire dont le nom reste inconnu, la mission archéologique tchèque a mis au jour la semaine dernière les restes d’une barque funéraire de 18 m de long. Lors des travaux de nettoyage habituels au côté sud de ce mastaba découvert en 2009, exactement à 12 m, des traces de bois se sont révélées. Poursuivant les fouilles, la mission tchèque dépendant de la faculté des lettres de l’Université Charles de Prague, dirigée par Miroslav Barta, a découvert, enterrées au sol, les chevilles en bois en plus des cordes qui attachaient les planches du bateau. « Le sable et les pierres du désert ont conservé d’une manière extraordinaire tous les matériaux en bois qui formaient le bateau et ont aussi préservé les cordes qui maintenaient les planches formant le corps de la barque dans leur position initiale », a déclaré Miroslav Barta, chef de mission tchèque. La mission a également trouvé, lors de ses fouilles, des poteries à l’intérieur de cette embarcation.

D’après le ministre égyptien des Antiquités, Mamdouh Al-Damati, cette découverte est exceptionnelle car « c’est l’unique et le plus ancien bateau découvert complet, de cette époque ». Trouver ce bateau près d’un tombeau non royal prouve l’importance et la relation intime du propriétaire de ce mastaba avec le roi et sa famille. Le nom du propriétaire de ce mastaba reste énigmatique pour les chercheurs. « Bien que nous opérions dans cette région depuis plus de six ans, nous n’avons jamais découvert ni le nom, ni les titres du propriétaire du mastaba à cause de l’état désastreux de la chapelle où il s’y trouve », a souligné le chef de la mission.

Cette barque non seulement démontre l’importance du propriétaire du mastaba mais également indique que de telles embarcations ne sont pas nécessairement autour des pyramides royales comme le supposaient les archéologues. Avant cette découverte, les archéologues n’ont jamais trouvé de barque complète, sauf celle solaire du roi Chéops de la IVe dynastie, découverte en 1954 près de la pyramide de Chéops. « Cette découverte contribuera à mieux comprendre les techniques de construction des bateaux dans l’Egypte Ancienne aussi bien que leur utilisation et les croyances funéraires de cette époque », a souligné Barta.

Bien que le nom du roi Houni, dernier roi connu de la IIIe dynastie, ait été trouvé gravé sur les poteries découvertes à l’intérieur du mastaba, les archéologues assurent que cette tombe ne lui appartient pas. « Le mastaba et la barque datent tous les deux de la fin de la IIIe ou du début de la IVe dynastie (2575-2465 av. J.-C.), plus précisément vers 2550 av. J.-C. Le mastaba n’est pas royal et appartient à un haut fonctionnaire ou une personne très proche du roi Houni », a assuré Mahmoud Afifi, directeur du secteur des monuments égyptiens au ministère.

Tout au long des 40 ans de fouille de la mission archéologique de l’Institut tchèque d’égyptologie sur le site de la nécropole d’Aboussir, des trésors inestimables ont été mis au jour. Les archéologues tchèques ont découvert en 2015 la tombe royale de la reine Khentkaous III, la tombe de Shepseskaf Ankh, qui était médecin de la Haute et de la Basse-Egypte pendant la Ve dynastie (2495-2345 av. J.-C.). Au cours des années 2012 et 2013, la mission a mis au jour la tombe de la princesse pharaonique Seretnebti et d’autres.

Miroslav Barta prédit de nouvelles excavations sur le site. « Sur le lieu de découverte d’un bateau, il peut y en avoir d’autres », a-t-il dit, enthousiaste. De plus, il a promis que pendant la saison du printemps 2016, l’Institut tchèque d’égyptologie lancera un projet, en collaboration avec des experts de l’Institut Nautique d’Archéologie (INA) de l’Université A&M du Texas, pour étudier les techniques utilisées dans la construction de la barque.

Aboussir

Une embarcation sort de sables à Saqqara

Situé à 20 km au sud-ouest du Caire, non loin du plateau des pyramides, Aboussir est l’un des sites archéologiques les plus importants d’Egypte. Il renferme différents types de monuments : les pyramides de plusieurs pha­raons de la Ve dynastie, en plus des tombeaux de rois, de reines et de hauts dignitaires. Faisant partie de la capitale Memphis, ce site fut énormément utilisé depuis la fin de la IIIe dynastie jusqu’à la VIe dynastie. Lors du Moyen Empire, cette nécropole a été abandonnée.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire