International > Monde Arabe >

A Tikrit, le calme avant la tempête

Mardi, 03 mars 2015

La photo de ce soldat iraqien allongé, tranquille, près de Tikrit, semble être à l’image de l’am­biance qui règne aujourd’hui dans la province de Saladin : le calme avant la tempête.

A Tikrit, le calme avant la tempête
(Photo : Reuters)

En effet, l’ar­mée iraqienne épaulée par une milice chiite vient de lancer une offensive dans cette province sun­nite, l’un des bastions de l’Etat Islamique (EI), au nord de Bagdad où les djihadistes tiennent une bonne part, dont Tikrit. Mais cette offensive n’est pas sans risque : les forces gouvernementales ont déjà tenté à plusieurs reprises de reprendre Tikrit, dont l’Etat islamique s’est emparé en juin dernier, mais le mouvement a conservé ses positions dans la province de Saladin et a même gagné du terrain dans celle d’Anbar, à l’ouest.

Autre risque encore plus important : celui de susciter davantage de divisions confessionnelles. En effet, Hadi Al-Ameri, commandant des unités de mobilisa­tion populaire (chiite) et figure centrale de la lutte en Iraq contre l’EI, a appelé samedi la population de Tikrit à quitter la ville « pour venger Speicher » (une base militaire proche de Tikrit où plusieurs centaines de nouvelles recrues, essentiellement chiites, avaient été enlevées avant d’être exécutées au cours des premiers jours de l’offensive ful­gurante de l’EI lancée en juin 2014). Les milices chiites ont toujours promis de venger les exécutions de Speicher, suscitant des craintes de mas­sacres visant la population sunnite dans le cas d’une reprise de Tikrit. D’autant que certaines tribus sunnites de la région ont été accusées d’être impliquées dans le massacre de Speicher.

Lien court: