Dossier > Dossier >

Egypte : Chronologie des représailles islamistes

Marianne Ramsès, Mardi, 31 décembre 2013

Depuis la destitution de Morsi, les actes terroristes sont incessants. Outre le Sinaï qui a vu le plus grand nombre d'attaques, le Delta et Le Caire commencent à être victimes de ce fléau, visant à la fois civils, policiers et militaires.

Chrono.
Une voiture piégée visant le cortège du ministre de l'Intérieur. (Photo : AP)

24 juillet : Une bombe à retardement explose dans un poste de police à Mansoura, ville du Delta du Nil, faisant un mort et une vingtaine de blessés.

14 août : Des partisans de la confrérie prennent d’assaut le poste de police du village de Kerdassa (Guiza), tuant 16 officiers et recrues, peu après le début la dispersion des sit-in des Frères musulmans à Rabea Al-Adawiya et à la place Al-Nahda au Caire.

16 août : Lors d’une manifestation pro-Morsi se dirigeant vers la place Ramsès, des parti­sans des Frères armés tirent au fusil d’assaut depuis le pont du 15 Mai dans le centre du Caire, sur les habitants de la rue 26 Juillet. Au moins 3 personnes trouvent la mort.

5 septembre : Une voiture piégée explose au passage du cortège du ministre de l’Intérieur, Mohamad Ibrahim, dans le quartier de Madinet Nasr, au Caire. Le ministre en sort indemne alors qu’une personne est tuée et une vingtaine d’autres blessées. L’attentat est revendiqué par le groupe d’Ansar Beit Al-Maqdes.

7 octobre : Une attaque de roquette vise l’an­tenne satellite de Maadi, quartier huppé du Caire, sans faire de victimes. L’attaque est revendiquée par les brigades Al-Fourqane.

20 octobre : Des hommes cagoulés ouvrent le feu sur une foule sortant d’un mariage célé­bré dans l’église de la Vierge d’Al-Warraq, à Guiza. Bilan : 4 morts et 18 blessés.

17 novembre : Mahamad Mabrouk, officier de la police antiterroriste et en charge du dos­sier de la confrérie des Frères musulmans, est assassiné dans sa voiture par des hommes cagoulés. L’assassin est arrêté quelques jours plus tard.

20 novembre : Des inconnus lancent une grenade sur un poste de contrôle routier dans le quartier de Aboud, au Caire. 4 policiers sont blessés.

16 décembre : Des membres de la confrérie des Frères musulmans poignardent à mort un chauffeur de taxi, partisan de l’armée à Mansoura, pour avoir fait le signe de la vic­toire contre les Frères musulmans.

24 décembre : Un attentat à la voiture piégée est perpétré devant le quartier général de la police de Daqahliya, faisant 16 morts et une centaine de blessés, sans compter les dégâts matériels. L’attentat est revendiqué par le mouvement djihadiste Ansar Beit Al-Maqdes.

26 décembre : Une bombe artisanale explose près d’un bus de transport public dans le quartier de Madinet Nasr au Caire, faisant 5 blessés. Près du lieu de l’explosion, les artificiers désamorcent une autre bombe télécommandée.

29 décembre : Une voiture piégée explose non loin d’un bâtiment des services de rensei­gnements militaires à Anchas dans le gouver­norat de Charqiya. 4 soldats ont été blessés.

Lien court: