Tourisme > Tourisme >

Amr Abdel-Ghaffar : L’Egypte doit, sur le plan interne, tirer profit de cette crise

Dalia Farouq, Lundi, 02 décembre 2013

Amr Abdel-Ghaffar, directeur régional Moyen-Orient à l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), explique la nécessité pour l’Egypte de se projeter dans le futur en cette période difficile.

Al-Ahram Hebdo : Comment évaluez-vous, à l’heure actuelle, la situation du tourisme en Egypte ?

Amr Abdel-Ghaffar : A très court terme, la situation est très grave à cause de la chute du nombre d’arrivées touristiques en Egypte. Mais le tourisme a démontré à maintes reprises sa résistance à des facteurs externes exogènes en Egypte comme dans le reste du monde. Le tourisme en Egypte est une histoire de réus­site. Il a été multiplié par trois lors de la dernière décennie et a traversé plusieurs crises, notam­ment celle qui a suivi l’attentat de Louqsor en 1997. Même récem­ment, depuis 2011, le tourisme en Egypte a connu une reprise notable après des événements qui ont causé la plongée du mouve­ment touristique dans le pays.

— En tant qu’expert du tou­risme, que peut faire l’Egypte pour sortir de cette impasse ?

— Dès que cette situation poli­tique se sera stabilisée et que la perception dans les différents marchés émetteurs se sera amé­liorée, le mouvement touristique reprendra en Egypte. J’observe que c’est dans ce sens que le ministre égyptien du Tourisme travaille avec un bon plan de ges­tion de crise entamé par des visites de grands marchés émet­teurs du tourisme en Egypte, afin de relever ou atténuer les restric­tions sur les voyages en Egypte. C’est ce qu’il a réalisé avec suc­cès, puisqu’en une semaine, plus de 15 pays ont supprimé ou révi­sé leurs conseils de voyage en ce qui concerne la destination Egypte. Il doit continuer dans ce sens par sa présence sur toutes les foires internationales de tou­risme, pour affirmer que l’Egypte est sûre et qu’elle attend, toujours avec hospitalité, ses visiteurs. L’Egypte doit, sur le plan interne, tirer profit de cette période de crise.

— Profiter de cette crise sur le plan interne, dites-vous. D’accord, mais comment ?

— Cette crise peut être l’oppor­tunité de repenser au modèle de développement touristique en Egypte dans le but d’être plus inclusif et de sensibiliser la plus grande partie de la population locale à l’importance du tou­risme. En outre, l’Egypte peut profiter de cette période où il n’y a pas beaucoup de touristes pour améliorer les infrastructures, retravailler sur les services offerts ainsi que perfectionner ses cadres touristiques. Une fois le tourisme de retour, l’Egypte reprendra rapidement ce qu’elle a perdu ces trois dernières années.

— Comment, selon vous, l’Organisation mondiale du tourisme pourrait-elle soutenir l’Egypte pour traverser cette crise ?

— L’Organisation mondiale du tourisme accorde actuellement l’expertise nécessaire à l’Egypte pour préparer une campagne de promotion à court terme dans les principaux marchés émetteurs du tourisme en Egypte. Nous sommes aussi en train de préparer une grande conférence qui se tiendra en Egypte pendant le mois de décembre en coopération avec le ministère égyptien du Tourisme. Cette conférence inter­nationale a pour objectif premier d’appuyer les efforts de l’Egypte pour dépasser la crise actuelle, surtout qu’elle aura pour thème l’avenir du tourisme en Egypte.

Lien court: