Dossier > Dossier >

Trois mois de violence

May Al-Maghrabi, Mardi, 12 novembre 2013

Un rapport de « l’Indice de la démocratie », organisme créé en 2006 et qui évalue le niveau de démocratie des pays souverains, présente le bilan des accrochages survenus depuis l'évacuation des sit-in des partisans de Morsi. Lecture en chiffres

1072 : Ce sont les actes de violence commis depuis août dernier (date du délogement violent des sit-in pro-Morsi à Rabea et Nahda au Caire) et jusqu’à fin octobre. En pourcentage : 52 % au mois d’août, 21 % au mois de septembre et 27 % en octobre.

133 : C’est le nombre d’actes terroristes perpétrés depuis août dernier. Au mois d’octobre, 40 attaques terroristes ont visé les bâtiments publics et de sécurité. Les opérations terroristes ont augmenté de 26 % par rapport au mois de septembre où ont eu lieu 54 attaques terroristes contre les policiers et les militaires.

6150 : C’est le nombre des victimes entre morts et blessés en trois mois. 432 victimes en octobre dont 32 morts. Le mois d’août a été le plus sanglant avec 718 décès et 5 000 blessés.

25 : Ce sont les gouvernorats qui ont été le théâtre d’actes de violence et de terrorisme. Le Caire arrive en premier avec 37 actes de violence en octobre, suivi par Daqahliya (29 incidents). Outre 10 autres gouvernorats du Delta où se sont multipliés les incidents sanglants pour enregistrer 77 % de l’ensemble d’actes de violence au mois d’octobre.

10 : C’est la baisse du nombre des opérations terroristes. Sous les feux des projecteurs depuis le mois de septembre, le nord du Sinaï, théâtre d’attaques terroristes visant les forces armées et les postes de police, a connu une régression relative des opérations en octobre avec 28 attaques par rapport à 38 en septembre.

362 : Ce sont les cas d’accrochages entre les Frères musulmans d’une part et les citoyens, les forces de l’ordre et les étudiants d’autre part. Au mois d’octobre, il y a eu 190 accrochages dont la majorité (101 cas) a eu lieu entre les manifestants des Frères musulmans et les citoyens contre 55 en août. C’est un indice qui révèle la colère contre les Frères alimentée par les médias publics et privés suite à leur diabolisation systématique. Mais le plus inquiétant quant à ce phénomène, est le manque de tolérance réciproque entre les deux camps, note le rapport.

64 : C’est le nombre d’universités qui ont connu des accrochages entre les étudiants pro et anti-Morsi depuis la rentrée en septembre. La tension entre les Frères et les forces de l’ordre s’est poursuivie. En revanche, le rapport enregistre 6 accrochages opposant les Frères à la police en septembre, et 15 en octobre.

1116 : C’est le total des manifestations et contestations en octobre dont 462 menées par les Frères musulmans avec une hausse de 15 % par rapport au mois de septembre. Le mois d’août a été plus tumultueux avec 1 064 manifestations des Frères. Les protestations des activistes ont baissé au mois d’octobre (42 manifestations) par rapport au mois précédent (46), tandis que les contestations ouvrières ont augmenté notablement en octobre (46 contestations contre 29 en septembre).

10 : Ce sont les chefs d’accusation retenus contre les cadres de la confrérie. Incitation à la violence, incitation à la perturbation de la stabilité du pays, détention et torture de citoyens aux alentours du palais présidentiel en décembre 2012 ainsi qu’à Rabea et Nahda, attaques et sabotages des établissements publics, complicité de meurtre de manifestants à Ittihadiya (palais présidentiel) et devant le siège de la confrérie au Moqattam, port et usage illégal d’armes, terrorisation des citoyens, attaques contre la police et l’armée, rassemblements et atteinte à la sécurité nationale.

Lien court: