International > Monde >

Séisme : Deux points de passage ouverts pour transférer l’aide humanitaire

Mardi, 14 février 2023

Le président syrien a accepté d’ouvrir deux nouveaux points de passage transfrontaliers entre la Turquie et le nord-ouest de la Syrie pour 3 mois, afin d’acheminer l’aide humanitaire aux victimes du séisme, a annoncé lundi le secrétaire général de l’Onu.

Séisme : Deux points de passage ouverts pour transférer l’aide humanitaire
(Photo : AP)

« Je salue la décision aujourd’hui du président syrien, Bachar Al-Assad, d’ouvrir les deux points de passage de Bab Al-Salam et Al-Raee entre la Turquie et le nord-ouest de la Syrie pour une période initiale de trois mois », a déclaré Antonio Guterres dans un communiqué. Le président syrien a annoncé cette décision au chef humanitaire de l’Onu, Martin Griffiths, qu’il avait rencontré plus tôt dans la journée à Damas, et que Martin Griffiths a transmise au Conseil de sécurité qui était réuni lundi après-midi pour discuter de la situation humanitaire en Syrie, a précisé à l’AFP une source onusienne.

Avant le séisme qui a frappé la Syrie et la Turquie, la quasi-totalité de l’aide humanitaire cruciale pour plus de 4 millions de personnes vivant dans les zones rebelles du nord-ouest de la Syrie était acheminée à partir de la Turquie par le point de passage de Bab Al-Hawa, le seul autorisé par le Conseil de sécurité.

Ce mécanisme transfrontalier, créé en 2014 par une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu, est contesté par Damas, mais aussi par Moscou. Alors que les appels à ouvrir de nouveaux points de passage se sont multipliés ces derniers jours, plusieurs membres du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Royaume-Uni) ont appelé à une nouvelle résolution en ce sens. Mais l’accord de Damas rend superflue cette résolution. L’ouverture des 2 nouveaux points de passage « va permettre à plus d’aide d’entrer plus vite », s’est réjoui Antonio Guterres.

Aides arabes

Parallèlement, un avion saoudien chargé d’aide pour les victimes du séisme meurtrier a atterri mardi matin à Alep (nord), pour la première fois depuis plus de dix ans, selon le ministère syrien des Transports. Des avions chargés d’aide humanitaire se sont succédé depuis le séisme qui a fait le 6 février plus de 35 000 morts en Syrie et en Turquie, brisant l’isolement diplomatique du gouvernement syrien. L’avion saoudien est chargé de 35 tonnes de vivres, selon l’agence officielle syrienne SANA. Riyad a promis une aide aux zones tenues par le pouvoir et à celles contrôlées par les rebelles dans le nord-ouest, également durement affectées par le séisme qui a fait plus de 3 600 tués dans le pays. La région d’Alep a été durement touchée par le tremblement de terre et plus de 200 000 personnes y sont sans abri, selon l’Organisation mondiale de la santé.

En outre, le Soudan a annoncé, lundi 13 février, avoir acheminé par avion 30 tonnes d’aides humanitaires à la Syrie frappée par le séisme. L’aide envoyée à Damas comprend « 30 tonnes de nourriture, de fournitures médicales, de couvertures et d’autres matériels », et fait suite à une livraison semblable d’aide à la Turquie vendredi, a indiqué le ministère des Affaires étrangères à Khartoum. Abu-Dhabi a, de son côté, annoncé, dans un premier temps, 12,7 millions d’euros d’aide humanitaire à la Syrie avant de promettre 47 millions d’euros supplémentaires.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique