COP27 > COP27 >

Une ville hôte qui donne l’exemple

Doaa Elhami , Dimanche, 06 novembre 2022

De nombreux efforts sont déployés par le gouvernement égyptien pour faire de Charm Al-Cheikh, la station balnéaire du Sud-Sinaï, une « ville verte ». Explications

Une ville hôte qui donne l’exemple

Les autorités égyptiennes ont lancé une série d’investissements visant à transformer la station balnéaire de Charm Al Cheikh en une ville verte respectant l’environnement dans le cadre d’un mégaprojet intitulé « Green Charm ». Il s’agit de plusieurs projets visant à faire de cette station balnéaire une ville touristique moderne amie de l’environnement. Les projets cherchent à lutter contre le changement climatique tout en respectant les normes écologiques. Afin que le projet soit efficace, le ministère de l’Environnement a eu recours à l’exploitation de l’énergie propre et renouvelable pour réduire les émissions carboniques polluantes. « Nous travaillons d’arrache-pied, dans le cadre des préparatifs de la COP27, pour que Charm Al-Cheikh devienne une cité verte et amie de l’environnement », souligne Yasmine Fouad, ministre de l’Environnement, expliquant avoir signé, fin mars 2022, des protocoles de coopération pour établir des centrales solaires à l’aéroport international de Charm Al-Cheikh, ainsi que sur les toits d’une dizaine d’hôtels.

Aujourd’hui déjà, la plupart des hôtels de la ville exploitent l’énergie propre au lieu des gaz carboniques. Selon l’investisseur touristique Khaled Saleh, l’utilisation de l’énergie propre est devenue une condition primordiale afin que l’établissement hôtelier reçoive l’étoile verte qui montre le degré de respect de l’environnement. Une mesure imposée par le ministère de l’Environnement et celui du Tourisme et des Antiquités dans le but de rendre Charm Al-Cheikh une ville verte.

Espaces verts et transports amis de l’environnement

Par ailleurs, dans le cadre du projet « Green Charm », le plus grand parc vert au niveau du gouvernorat a été créé, il s’étend sur une superficie de 110 km2 et pourrait accueillir jusqu’à 20 000 touristes. D’ailleurs, rendre Charm une ville verte ne se limite pas seulement à la création d’espaces verts, puisque les responsables de la ville préparent aussi la voie à l’usage des moyens de transport vert, afin de réduire les émissions carboniques qui causent le réchauffement climatique. « Charm Al-Cheikh s’intéresse depuis longtemps aux moyens de transport amis de l’environnement », a déclaré le gouverneur de Charm Al Cheikh, Khaled Fouda. Ainsi, un projet qui consiste à tracer des pistes cyclables destinées à l’usage des moyens de transport amis de l’environnement est installé dans le cadre de la préparation de la ville pour devenir un modèle de lutte contre le changement climatique. Ce qui a exigé aussi la conversion du combustible des moyens de transport public et des autobus en électrique ou en gaz naturel. « Nous avons achevé la conversion de 5 stations-services au gaz naturel et à l’électricité. Deux autres stations sont en cours d’établissement grâce au protocole signé avec le ministère du Pétrole », indique Fouda. Le gouvernement a aussi travaillé sur des initiatives d’assainissement, de gestion des déchets et de valorisation énergétique des déchets et d’augmentation de la fréquence du recyclage.

Dans le même contexte, les centres de plongée sous-marine aussi sont tenus à respecter l’environnement. « La plongée est une activité importante pour le tourisme à Charm Al-Cheikh. On travaille avec les centres de plongée afin de préserver l’écosystème marin et mettre fin aux pratiques qui nuisent aux coraux et aux créatures marines », explique Moustapha Hanafi, président de la Chambre de la plongée sous-marine et des activités maritimes.

Des plages sans déchets plastiques

La plus récente initiative lancée par le gouvernement dans le cadre du projet environnemental « Green Charm » est celle du nettoyage de cette cité balnéaire des déchets plastiques. Cette initiative est lancée par le ministère égyptien de l’Environnement, en coopération avec le gouvernorat du Sud-Sinaï, le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) et la Chambre de la plongée et des sports nautiques, et est financée par le gouvernement suisse, l’Union européenne et la Banque du Caire. « Nous avons nettoyé tout le fond de la mer des matériaux plastiques, des métaux et des pneus », souligne Marwa Wasim, entraîneuse de plongée. Cette initiative est effectuée dans les réserves naturelles de Ras Mohamad, Marina et Tina. Désormais, la mer et les plages de la ville sont propres de tous types de déchets plastiques. « Chaque tonne de sacs plastiques cause la mort et la détérioration de 3 tonnes de créatures maritimes. La perte d’une tonne de ces créatures est un grand danger pour l’écosystème », souligne la ministre de l’Environnement, Yasmine Fouad.

L’objectif de cette initiative est de protéger et préserver la biodiversité de la mer Rouge des effets nocifs des produits plastiques. Et pour concrétiser l’initiative, « le ministère a installé 3 kiosques contenant 10 000 sacs organiques fabriqués de tissu ou de papier pour les utiliser gratuitement à la place de ceux en plastique à usage unique et a fourni, également, des véhicules de distribution de sacs en papier », ajoute la ministre, déclarant avec fierté que « Charm Al-Cheikh est devenue une ville exempte des matières plastiques, notamment de sacs en plastique à usage unique ».

Selon l’expert touristique Elhami Al-Zayat, le respect des normes écologiques est d’ores et déjà un critère qui assure la compétitivité d’une destination touristique par rapport aux autres destinations touristiques du monde. « Les touristes sont devenus de plus en plus conscients de l’importance du respect de l’environnement pour leur bien-être. Ainsi, ils optent pour des destinations vertes afin de passer leurs séjours », conclut Al-Zayat.


Méga-cellule solaire qui nourrit en électricité le musée de Charm.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique