Culture > Arts >

Le monde se joue en VR

May Sélim, Mercredi, 26 octobre 2022

Les nouvelles expériences d’art visuel et de jeux numériques ont attiré un large public de jeunes à la dixième édition du Festival du centre-ville sur les arts contemporains (D-CAF), qui se tient jusqu’au 30 octobre. Voyage dans le temps entre les anciens bâtiments du Caire.

Le monde se joue en VR
Casque et lunettes pour voir un film époustoufiant. Au passage Kodak. (Photo : Mohab Mohamed)

Le passage Kodak, à la rue Adly, connaît un va-etvient inhabituel. Cet espace  normalement tranquille n’est plus le même. Une foule compacte fait la queue afin de découvrir les deux jeux VR  (réalité virtuelle), créés par des artistes  égyptiens dans le cadre du Medrx,  un laboratoire de VR organisé par le  collectif Medrar en mai dernier et animé  par le Néerlandais Daniel Ernst.  Il s’agit d’Abanos (ébène) d’Ahmed  Nader et La Banque de fortune d’Aya  Tarek. Un chat se faufile clandestinement  entre les jambes, jusqu’à atteindre le  terrain du VR. Portant des casques et  des lunettes Oculus Quest, chacun des  spectateurs est carrément installé dans son monde virtuel. Les habitués du  festival D-CAF ont déjà expérimenté les  VR l’an dernier, ils viennent exprès cette  fois-ci, de Maadi ou d’Héliopolis, afin  de découvrir les nouveautés VR de cette  édition. 

Certains sont simplement attirés par  la foule et veulent explorer ce qui se  passe, alors que d’autres avancent à  pied, suivant les guides du D-CAF, leur  montrant où et comment se divertir.  Abanos nous plonge dans un univers  composé de statues mythiques, colorées,  dans des dispositions variées. Elles se  trouvent dans l’eau ou pivotant en l’air,  mais en circulant parmi elles, il faut  vraiment faire attention, pour ne pas  sortir du terrain de jeu.

Dans le jeu La Banque de fortune,  on jette des dés virtuels à l’aide d’un  contrôleur. Gagnant, on choisit notre  destination, pour y plonger grâce à la  technique 3D. On peut donc se retrouver  au Caire, au pied des pyramides, ou à  New York, au Times Square. 

Jouer avec un robot au ping-pong  virtuel semble être une expérience  épuisante. Impossible de s’en sortir  gagnant. Portant les lunettes Oculus  Quest et le contrôleur en main, vous avez  la sensation d’être dans un terrain de jeu  réel, sauf que l’adversaire est un robot  assez rodé. Les tournois finissent donc en  cinq minutes, néanmoins, le jeu ne vous  laisse pas indifférents, avec quelques  gouttes de sueur sur le front. 

Projection de films

Autre expérience intéressante est celle  de la projection de films internationaux  en VR. L’Odyssée de Lumière de  Tokyo s’avère être une expérience  extraordinaire. Vous êtes plongés dans  une suite de séquences focalisées sur les  lumières et les néons de Tokyo. Vous avez  l’impression d’être vraiment sur place  et vous vivez l’expérience de manière  intense au point d’avoir le vertige pendant  quelques secondes. Vous êtes entourés de  gratte-ciel, de voitures, de trains. Vous  accélérez sans connaître votre destination.  Tout bouge très vite, de quoi rendre le  rythme du film époustouflant. 

Plusieurs personnes demandent au  personnel de D-CAF des informations  sur les lunettes de VR, les jeux et  les films, alors que d’autres vont  directement sur Internet, afin de mieux  comprendre le monde fascinant de la  technologie 6DOF ou « six degrés de  liberté ». Ce terme fait référence aux  façons dont vous pouvez vous déplacer  et interagir avec votre environnement.  Le 6DOF est composé de trois degrés  de liberté de translation et trois degrés  de liberté de rotation. De quoi vous  donner la capacité d’avancer ou de  reculer, de vous rapprocher ou de vous  éloigner d’un objet. 

Les guides du D-CAF annoncent  une pause de 45 minutes. Les casques  doivent être rechargés pour répondre  aux attentes des prochains visiteurs.  Les queues se poursuivent entre 17h  et 22h.

Lien court: