Tourisme > Voyages >

Sur les traces de Carter

Nasma Réda (avec agences), Mardi, 24 septembre 2013

Une exposition sur Toutankhamon se tient au Palexpo de Genève du 20 septembre au 12 janvier. Un événement inédit.

Sur les traces1
« De l'or partout », s'est écrié Carter, pour décrire la 1re image du tombeau.

91 ans après la découverte de la tombe de Toutankhamon par Howard Carter, les passionnés d’égyptologie ont l’occasion de chausser les bottes du célèbre archéologue britannique. Howard Carter avait franchi en 1922 les portes du tombeau de Toutankhamon et avait découvert les trésors situés dans les chambres funéraires. Aujourd’hui encore, Toutankhamon continue à éblouir les passionnés d’égyptologie à travers le monde. Toutankhamon, son tombeau et ses trésors est le nom de l’exposition qui se tiendra à Genève du 20 septembre au 12 janvier 2014 et qui renfermera des répliques des trésors de ce roi. Trop fragiles, les oeuvres originales qui se trouvent dans le tombeau du roi ne peuvent pas être déplacées.

Sur les traces logo

Le masque en or du pharaon, par exemple, ne voyage plus hors d’Egypte depuis les années 1980. L’exposition est unique bien qu’elle ne comporte pas de pièces originales, car elle retrace le parcours de Howard Carter au moment où il a découvert le tombeau de Toutankhamon en 1922 dans la Vallée des Rois. L’exposition renferme environ 1 000 répliques d’objets funéraires. Elle présente de manière instructive et divertissante l’histoire de la mise au jour du trésor funéraire. Les visiteurs découvriront la tombe dans sa configuration d’origine grâce à une archéologie virtuelle qui redonne vie à des mondes inaccessibles dans la réalité. Le public peut ainsi admirer le tombeau en trois dimensions dans l’état original.

La sobriété avec laquelle les objets sont présentés rend leur approche simple et naturelle. Peu de vitrines, mais des répliques représentées en grandeur nature, que l’on peut admirer de tout près. Les tableaux d’explication sont courts et faciles à lire. La reproduction du somptueux masque funéraire en or, les figurines dorées à la feuille et les nombreux animaux sculptés ou peints représentent autant d’objets fascinants. Spécialement conçu pour les enfants, l’audioguide gratuit distribué à l’entrée chuchote aux oreilles des jeunes visiteurs les secrets du pharaon et enrichit leurs connaissances. Entre 100 000 et 150 000 personnes sont attendues à Palexpo, selon les organisateurs. A travers des vidéos, le visiteur pourra aussi découvrir l’histoire de la famille de Toutankhamon et les premières recherches de Carter. Les chambres du tombeau présentées dans l’exposition ne peuvent être contemplées nulle part ailleurs sous cette forme, pas même en Egypte. « Cela s’explique par le fait que l’énorme trésor du jeune pharaon se déplace aux quatre coins de l’Egypte afin d’être vu par le plus grand nombre de personnes », expliquent quelques guides touristiques.

Cette exposition du jeune pharaon n’est pas la première en Suisse. Toutankhamon, son tombeau et ses trésors a été présentée au public pour la première fois à Zurich, au printemps 2008. L’exposition avait attiré plus de 150 000 visiteurs et avait été prolongée de 2 mois. « Toutankhamon, 11e roi de la XVIIIe dynastie égyptienne, est mort à l’âge de 18 ans. Il est entré dans l’Histoire, non pas par ses faits de gloire pendant son très court règne, mais par la découverte de sa sépulture et surtout du fabuleux trésor qu’elle recèle. La dernière représentation originale, qui était au Japon jusqu’à janvier 2013, a accueilli un nombre considérable de visiteurs et s’est prolongée plusieurs fois », explique Ossama Al-Nahas, directeur du secteur des antiquités récupérées au ministère d’Etat pour les Affaires des antiquités. « Une telle exposition en Suisse, même si elle ne présente au visiteur que des répliques, va attirer un nombre énorme de visiteurs », ajoute-t-il. Il s’agit en fait de l’une des plus grandes expositions itinérantes jamais créées. Avant Genève, l’exposition était passée par Munich, Barcelone, Budapest, Dublin, Séoul, Bruxelles, Paris, Prague et Berlin. Elle a été vue par plus de 4 millions de visiteurs à ce jour.

En fait, deux Allemands, Paul Heinen et Wulf Kohl, sont à l’origine de ce projet. Cette réplique du tombeau a nécessité 5 ans de préparation. Des dizaines d’artisans égyptiens ont été mis à contribution pour reproduire aux hiéroglyphes près, grandeur nature, les masques, les tombes, les trésors, les divinités et les objets de la sépulture. Cette exposition est une expérience à la fois ludique et pédagogique, pour toute la famille.

Mots clés:
Lien court: