Santé > Santé >

L’Ebola menace à nouveau l’Ouganda

Chérif Albert, Mercredi, 19 octobre 2022

Confronté à une épidémie d’Ebola depuis le 20 septembre, le gouvernement ougandais a confiné les deux districts centraux de Mubende et Kassanda.

L’Ebola menace à nouveau l’Ouganda

Le président ougandais, Yoweri Museveni, a ordonné, samedi, le confinement de deux districts à l’épicentre de l’épidémie d’Ebola en cours, avec interdiction des déplacements, couvre-feu et fermeture des lieux accueillant du public. Selon les chiffres du ministère de la Santé publiés samedi, la fièvre hémorragique a causé la mort de 19 personnes, alors que 58 cas ont été confirmés dans le pays depuis le signalement du premier malade, le 20 septembre. Des professionnels de santé figurent parmi les victimes.

Les autorités affirment que les cas sont concentrés dans les districts centraux de Mubende et Kassanda. Lors d’une allocution télévisée, Yoweri Museveni a ordonné le confinement immédiat des deux districts, avec couvre-feu du crépuscule à l’aube, interdiction de déplacement et fermeture des marchés, bars et églises pour 21 jours. Les transports de marchandises restent autorisés à sortir des deux zones, mais tous les autres transports sont suspendus. Yoweri Museveni avait déjà ordonné à la police d’arrêter toute personne suspectée d’avoir contracté Ebola et qui refuserait d’être mise à l’isolation.

Il n’existe pour l’heure aucun vaccin contre la souche du virus Ebola dite « souche soudanaise », qui sévit en ce moment dans ce pays. « Malheureusement, les vaccins contre Ebola, qui ont été si efficaces pour contrôler les récentes épidémies d’Ebola en RD Congo, ne sont pas efficaces contre le type de virus Ebola qui est responsable de l’actuelle épidémie en Ouganda », a déploré le chef de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une réunion ministérielle d’urgence contre l’épidémie qui a eu lieu la semaine dernière. Il a néanmoins annoncé que des essais cliniques de vaccins contre cette souche d’Ebola pourraient débuter « dans les prochaines semaines » en Ouganda.

« Notre principal objectif maintenant est d’aider le gouvernement de l’Ouganda à rapidement contrôler et contenir cette épidémie, et à stopper sa propagation aux districts et aux pays voisins », a expliqué Dr Tedros à des journalistes. Le risque de transmission inter-pays est « élevé à cause des mouvements entre l’Ouganda et d’autres pays », a-t-il estimé. La semaine dernière, les Etats-Unis ont décrété un dépistage plus strict des voyageurs en provenance d’Ouganda.

L’Ouganda, pays d’Afrique de l’Est, a connu plusieurs épidémies d’Ebola, dont la dernière en 2019. Souvent fatal, ce virus a été découvert en 1976 et sévit surtout dans l’Ouest du continent. La pire épidémie dans cette zone, entre 2013 et 2016, a fait plus de 11300 victimes. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements et diarrhées. Les personnes infectées ne deviennent contagieuses qu’après l’apparition des symptômes, après une période d’incubation allant de 2 à 21 jours.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique