Egypte > Egypte >

Profonde réforme scolaire

Malak Mostafa , Mercredi, 05 octobre 2022

La rentrée scolaire est marquée par la mise en place de nouvelles mesures destinées à réformer le système éducatif.

Profonde réforme scolaire
La nouvelle année scolaire est placée sous le signe d’une nouvelle approche pédagogique.

Samedi 1er octobre, 58807 écoles publiques et privées ont ouvert leurs portes pour accueillir quelque 25 millions d’élèves. L’année scolaire 2022-2023 a démarré dans le cadre de la réforme du système éducatif, y compris l’application du système japonais « Toktasso », d’une journée sportive et culturelle, la mise en place de nouveaux programmes et d’un système d’évaluation, l’annonce des liens électroniques des nouvelles plateformes éducatives et l’apprentissage de la langue chinoise. « Le ministère accorde cette année un grand intérêt à la technologie et à l’apprentissage interactif de façon à découvrir et développer les talents des élèves », a déclaré jeudi le nouveau ministre de l’Education, Réda Hégazi, lors d’une conférence de presse sur les nouveaux règlements régissant l’éducation. Il y a affirmé la suppression de l’apprentissage par coeur et l’introduction d’un nouveau cours sur les compétences de recherche qui exigera des élèves l’élaboration d’une recherche chaque semestre sur les défis actuels, tels le changement climatique, les projets nationaux et autres.

Le système d’apprentissage et d’évaluation a aussi changé. Dès la maternelle et jusqu’à la troisième primaire, il n’y aura ni examens, ni devoirs, alors que les élèves de quatrième et cinquième années ne passeront qu’un seul examen chaque mois, un examen de mi-année et un autre à la fin de l’année. Leur système d’évaluation ne sera pas par notation, mais par des couleurs qui représentent le niveau de chaque élève. Ainsi, la couleur bleue représentera une note entre 85 et 100, la couleur verte de 65 à moins 85, la couleur jaune de 50 à moins 65 et la couleur rouge de 1 à moins 50. De plus, le résultat ne comptera pas uniquement sur les examens, mais aussi sur les activités sportives, culturelles et artistiques.

A partir de la sixième primaire et jusqu’à la deuxième secondaire, les élèves auront des examens aux mois d’octobre et de novembre, un examen de mi-année et celui de la fin d’année. Concernant le bac, 85 % des examens seront sous forme de choix multiples et 15% de rédaction et seront tous corrigés par voie électronique. Il a été aussi décidé d’assouplir les programmes de la quatrième et la cinquième primaire. Une mesure saluée par Hassan Chéhata, professeur de programmes éducatifs et membre de conseils nationaux spécialisés. « Cette simplification ne touchera pas au contenu fourni aux élèves, mais se fera à travers des formes plus simples, raccourcies et ciblées », explique-t-il. Il trouve par ailleurs qu’il était positif de changer le système d’apprentissage et d’évaluation au cycle primaire de façon à se focaliser sur le contenu pédagogique et non pas sur les notes et les examens. « C’est une bonne décision d’annuler les examens et les devoirs pour les élèves à ce cycle, ce qui permettra de rendre l’apprentissage un plaisir et non pas un fardeau comme auparavant, surtout à cet âge précoce qui a besoin des moyens plus attirants », juge l’expert.

Nouvelles activités

Sur un autre volet, un jour par semaine sera consacré aux activités artistiques, sportives et culturelles. Pour garantir la réussite de cette réforme, le ministère de l’Education a conclu un accord de coopération avec le ministère de la Jeunesse et du Sport et celui de la Culture afin de fournir aux écoles les instruments de musique et les équipements sportifs. Cette mesure, destinée à développer les talents et les connaissances des élèves, est saluée par la députée Saboura Al-Sayed, membre de la commission de l’éducation. « Le sport et la musique nourrissent l’âme et aident à motiver l’élève à étudier et à travailler de manière plus positive », explique-t-elle. D’ailleurs, le système d’enseignement japonais « Toktasso » sera introduit dans les écoles dans le but de développer les compétences des élèves via une méthode d’enseignement stimulant la créativité et développant la personnalité des élèves. Le système se base sur l’apprentissage à travers des activités collectives, des programmes qui mesurent la compréhension et l’interactivité des élèves. Des stages de formation pour les professeurs sur le « Toktasso » ont déjà commencé.

L’instauration d’écoles d’excellence est une autre nouveauté de cette année scolaire. L’expérience a commencé dans 3 243 écoles et devra être généralisée au cours des prochaines années. Ces écoles dotées d’équipements technologiques, d’espaces d’activités et de gymnases offrent, selon le ministère, une éducation de qualité pour les élèves, y compris l’apprentissage de langues étrangères. Le nombre d’élèves par classe y est réduit et les frais de scolarité sont à la portée de la classe sociale moyenne, puisqu’ils varient entre 1400 et 2200 livres égyptiennes selon le cycle scolaire. L’enseignement d’une langue étrangère s’y fera à partir de la quatrième primaire. « C’est une excellente initiative d’offrir à la classe moyenne un système éducatif similaire aux écoles internationales à des frais convenables », salue Al-Sayed. En somme, cette nouvelle gamme de mesures vise à dynamiser le processus éducatif à travers la réforme des programmes et des méthodes d’apprentissage, ainsi que l’accroissement des activités scolaires.

Lien court: