Santé > Santé >

Covid long: Des effets encore mal connus

Chérif Albert, Mercredi, 21 septembre 2022

Les scientifiques se penchent sur un éventuel lien entre le Covid long et les tendances suicidaires des personnes qui en sont atteintes. Pour ce faire, il faut remonter aux causes profondes de la maladie.

Covid long: Des effets encore mal connus
La fatigue est un symptôme courant chez de nombreuses personnes atteintes du Covid long. (Photo : AFP)

Il n’y a pas de données fiables sur la fréquence des suicides chez les malades atteints du Covid long. Mais un lien de cause à effet n’est pas exclu, loin s’en faut. Suite à des preuves d’une augmentation des cas de dépression et de pensées suicidaires chez les personnes atteintes de Covid, ainsi qu’un nombre croissant de cas de suicide, plusieurs chercheurs commencent à étudier un lien potentiel. «  Je suis sûr que le Covid long est associé à des pensées suicidaires, à des tentatives de suicide, à des plans de suicide et au risque de décès par suicide. Nous n’avons tout simplement pas de données épidémiologiques », a déclaré Leo Sher, psychiatre au Mount Sinai Health System à New York, qui étudie les troubles de l’humeur et les comportements suicidaires.

Aussi, des recherches menées en Grande-Bretagne et en Espagne ont révélé un risque de suicide multiplié par six chez les patients atteints d’encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC), une autre maladie post-virale présentant des symptômes similaires à ceux du Covid long, par rapport à la population générale.

Le Covid long est une condition médicale complexe qui peut être difficile à diagnostiquer, car elle présente une gamme de plus de 200 symptômes dont certains peuvent ressembler à d’autres maladies: de l’épuisement et des troubles cognitifs à la douleur, la fièvre et les palpitations cardiaques, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Alors que de nombreux patients atteints de Covid se rétablissent avec le temps, environ 15% présentent encore des symptômes après 12 mois, selon l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l’Université de Washington. Au niveau mondial, on estime que près de 150 millions de personnes ont développé un Covid long au cours des deux premières années de la pandémie. Toujours selon l’IHME, le long Covid réduit en moyenne la santé globale de 21 %, tout comme la surdité totale ou une lésion cérébrale traumatique.

Certains experts s’attendaient à ce qu’Omicron soit moins susceptible de causer un Covid long, les données officielles du Royaume-Uni publiées ce mois-ci ont révélé que 34% des 2 millions de patients atteints de Covid long dans le pays ont développé leurs symptômes après une infection à Omicron.

Le temps est une denrée rare pour un nombre croissant de personnes souffrant depuis longtemps de Covid qui disent manquer d’espoir et d’argent, selon les experts de la maladie. Dans de nombreux pays en développement, le manque de surveillance du Covid long rend l’image encore plus trouble, a déclaré Murad Khan, professeur de psychiatrie à l’Université Aga Khan de Karachi, au Pakistan, qui fait partie d’un groupe international d’experts recherchant le risque de suicide lié au Covid-19. « Nous avons un énorme problème, mais nous n’en connaissons pas l’ampleur », reconnaît-il. A ce jour, il n’existe aucun traitement approuvé du Covid long dont les symptômes débilitants de la maladie peuvent empêcher les personnes atteintes de mener une vie normale.

Parmi les questions-clés actuellement examinées par les chercheurs : le risque de suicide augmente-t-il potentiellement chez les patients parce que le virus modifie la biologie du cerveau? Ou est-ce que la perte de leur capacité à fonctionner comme ils le faisaient auparavant pousse les gens au bord du gouffre, comme cela peut arriver avec d’autres problèmes de santé à long terme ?

Une étude publiée la semaine dernière dans Lancet Psychiatry a souligné des risques accrus de certains troubles cérébraux deux ans après l’infection par le coronavirus, jetant un nouvel éclairage sur les aspects neurologiques et psychiatriques à long terme du virus.

Sur la trace du virus

A la question de savoir si le virus modifie le cerveau, Richard Gallagher, professeur agrégé de pédopsychiatrie à la NYU Langone Health, a déclaré qu’il y avait des preuves que le Covid pouvait provoquer une inflammation cérébrale (qui a été liée au suicide et à la dépression) même chez les personnes qui avaient eu une forme relativement bénigne de la maladie. « Il peut y avoir des effets toxiques directs du virus, et une partie de celui-ci sera une inflammation », a-t-il déclaré.

La Long Covid Research Initiative, qui comprend des centres universitaires américains de premier plan, vise à répondre à une question-clé sur la cause du Covid long, à savoir si des fragments de coronavirus persistent dans les tissus de certains individus. « La première chose que vous devez savoir dans le cas du Covid long est si les patients ont toujours le virus en eux ou non », a déclaré Dr Amy Proal, une experte des maladies chroniques associées aux infections, qui servira de directrice scientifique de l’initiative. « Un nombre croissant de preuves indique la présence de virus dans les tissus qui continuent de provoquer une réponse du système immunitaire », a-t-elle déclaré.

S’il est prouvé que la persistance virale cause un long Covid, l’initiative de recherche vise à tester des traitements antiviraux, ainsi que d’autres types de médicaments qui modulent le système immunitaire.

Lien court: