Egypte > Egypte >

Amr Hassan : L’explosion démographique dévore les efforts de développement

Malak Mostafa , Mercredi, 07 septembre 2022

La population égyptienne a crû de 250000 habitants en 50 jours. Amr Hassan, ex-président du Conseil national de la population, revient sur ce problème épineux.

Amr Hassan

Al-Ahram Hebdo : Selon les dernières statistiques de la CAPMAS, la population égyptienne a progressé de 250000 habitants en l’espace de 50 jours seulement. Que reflète ce chiffre selon vous ?

Amr Hassan: Ce chiffre est une sonnette d’alarme. Le président de la République a déclaré que, pour que les citoyens ressentent les fruits du développement économique, nous devons réduire le taux de croissance démographique à 400000 habitants par an. En réalité, en moins de 6 mois, la population a connu une croissance de 750000 habitants. C’est une augmentation très sérieuse qui met les ressources de l’Etat sous pression.

— L’Egypte a pourtant adopté une stratégie pour lutter contre la croissance démographique. Pourquoi n’a-t-elle pas réalisé ses objectifs ?

— Il y a eu en 2022 une légère diminution de 3% du taux de croissance démographique (environ 76000 naissances) par rapport à 2021. L’Etat déploie d’énormes efforts. Le problème est que ce dossier a été longtemps négligé. Et il n’est pas facile de rattraper le retard. Il n’y a aucun problème au niveau de la stratégie de lutte contre la croissance démographique. Je pense, cependant, que nous avons besoin de travailler sur la sensibilisation des femmes, surtout dans les villages pauvres. Les données qui ont été révélées indiquent que 20% des grossesses sont non planifiées et qu’une naissance sur 5 survient de manière inopinée. Les femmes tombent enceintes parce qu’elles n’utilisent pas les bons contraceptifs. Ainsi, nous avons besoin d’assurer la disponibilité des moyens de contraception dans les centres médicaux pour répondre aux besoins des femmes. Il faut, en outre, accorder une plus grande attention aux cliniques et aux centres médicaux en Haute-Egypte qui enregistrent le plus grand nombre de naissances.

— Quel impact négatif la croissance démographique peut-elle avoir sur le développement ?

— La croissance rapide de la population, qui est confinée dans moins de 8% du territoire, a toujours été une source de préoccupation pour les autorités. Elle a donné lieu à de multiples problèmes sociaux, notamment le chômage estimé à 10% de la population active, et qui touche de plein fouet les jeunes de moins de 30 ans. En 2017, le président Sissi affirmait que la surpopulation et le terrorisme constituent la principale menace pour l’Egypte. L’explosion démographique dévore les efforts de développement. Même si les réformes économiques ont donné lieu à des indicateurs positifs, elles ont du mal à offrir une bonne qualité de vie à plus de 100 millions de citoyens.

— L’Egypte peut-elle suivre l’exemple de la Chine qui a légiféré des lois pour contrôler les naissances ?

— L’exemple de la Chine et de l’Inde a souvent été évoqué en matière de lutte contre la croissance démographique. Certains appellent ainsi à promulguer une loi pour contrôler les naissances. L’idée est d’interdire aux familles d’avoir un troisième enfant sous peine de perdre tout soutien de l’Etat, notamment le droit à la gratuité de l’enseignement. Le problème en Egypte est que l’analphabétisme est très élevé. En effet, d’après le dernier recensement, l’Egypte compte 17 millions d’analphabètes. Une mesure de ce genre ne fera qu’amplifier le problème.

— « Deux, ça suffit » est l’une des initiatives lancées par l’Etat pour freiner l’explosion démographique. Cette initiative a-t-elle réalisé ses objectifs ?

— Cette initiative a connu un grand succès, incitant beaucoup de femmes à fréquenter les cliniques de planning familial et à utiliser les moyens de contraception. Il y a cependant des défis à relever comme celui des traditions. Il est extrêmement difficile de changer des concepts issus de l’héritage culturel. Nous devons davantage sensibiliser la population et améliorer les services médicaux dans toutes les régions d’Egypte.

— Que pensez-vous de l’idée de fournir aux petites familles des récompenses financières ou autres afin d’encourager la limitation des naissances ?

— J’encourage cette idée. On peut proposer une augmentation des aides sociales pour les femmes qui ont un ou deux enfants. On peut également offrir aux petites familles des voyages à La Mecque pour faire le pèlerinage.

Lien court: