Santé > Santé >

Un lecteur de glycémie sans piqûre

Chérif Albert, Mercredi, 31 août 2022

Des étudiants de l’Université américaine ont mis au point un kit d’autosurveillance de la glycémie. Celui-ci pourrait changer la vie de 537 millions de diabétiques dans le monde. Explications.

Un lecteur de glycémie sans piqûre
Les étudiants de l’AUC étaient la seule équipe égyptienne parmi les finalistes

Cinq étudiants du département d ’ ingénierie électronique et de télécommunications de l’Université américaine du Caire (AUC) ont récemment remporté la première place au concours mondial de 2022 de l’Université Johns Hopkins pour la conception de matériel numérique de santé. Le prix les récompense pour leur appareil baptisé GlucoClip, un kit de surveillance du glucose sanguin.

Maha Shatta, Fatema Lokma, Mostafa Nosseir, Ahmed Elghoul et Seif Ahmed formaient la seule équipe égyptienne parmi les finalistes. « Nous sommes tous fiers d’avoir représenté l’AUC et l’Egypte à cette compétition internationale. Les bienfaits du GlucoClip peuvent être considérables, car le projet a le potentiel de changer la vie de 537 millions de diabétiques dans le monde », se félicite Mostafa Nosseir. Fatema Lokma souligne, pour sa part, que les méthodes de test traditionnelles peuvent créer en fait une barrière psychologique pour de nombreuses personnes, les empêchant d’effectuer des mesures régulières.


Pour plus de facilité, GlucoClip se connecte à une application mobile.

« GlucoClip fonctionne comme une alternative plus sûre, moins invasive et pratique », ajoute-t-elle. Le kit surveille les niveaux de glucose dans le sang avec un haut niveau de précision à l’aide de la spectroscopie infrarouge. GlucoClip se connecte également à une application mobile, permettant plus de facilité et de commodité dans la surveillance des niveaux de glycémie. Conçu comme un projet de fin d’études, GlucoClip a été développé par l’équipe d’étudiants sous la supervision de Hassanein Amer, professeur au département de génie électronique et de télécommunications.

« L’AUC offre une petite assistance financière à ce genre de projets, mais c’est surtout à travers ses connexions qu’elle parvient à mettre en contact les étudiants avec les entreprises pour résoudre les problèmes techniques et ceux liés à la fabrication du prototype », explique Dr Amer. « Une fois la conception terminée, les étudiants sont assistés par le Venture Lab, un accélérateur de startup créé par l’université, pour l’enregistrement et la commercialisation de leur projet », ajoute le professeur. Le concours de conception de matériel de santé de l’Université Johns Hopkins a reçu 120 projets présentés par 74 universités de 18 pays.

Lien court: