Economie > Economie >

L’or, un investissement pas si sûr

Gilane Magdi , Mercredi, 10 août 2022

L’investissement dans l’or connaît un ralentissement en raison de la difficulté à prévoir les cours dans l’avenir et de la hausse continuelle des intérêts bancaires. Explications.

L’or, un investissement pas si sûr
Le mouvement de vente et d’achat connaît un ralentissement au sein des bijouteries.

Chercher les prix quotidiens de l’or fait, depuis quelque temps, partie des habitudes des Egyptiens. Certains n’ont cessé d’appeler les bijouteries ou de les visiter pour savoir le moment opportun d’investir dans le métal jaune, considéré comme étant une valeur de refuge en temps d’inflation. «  Le comportement des clients a beaucoup changé au cours des six derniers mois et en particulier depuis le déclenchement de la guerre russe en Ukraine en février. Ils sont devenus plus susceptibles d’investir dans les lingots et les pièces d’or pour se prémunir contre la baisse de la valeur de leur argent due à l’inflation », raconte à l’Hebdo Issa Al-Awam, vendeur dans la bijouterie Al-Qasr. Il explique que le mouvement de vente et d’achat s’est beaucoup ralenti au cours des deux derniers mois en raison de la fluctuation des prix de l’or au niveau mondial et national et de la difficulté de prévoir ses prix futurs sous l’effet de la conjoncture économique mondiale. « Mais l’appétit des clients pour investir dans les lingots et les pièces d’or n’a pas disparu car l’or reste le refuge de valeur au moment de guerre et de crise économique », renchérit-il.

Le prix de l’or en Egypte est normalement lié aux cours mondiaux, ainsi qu’à la valeur du dollar. Son prix a connu une grande hausse au cours des trois mois suivant le déclenchement de la guerre en Ukraine, pour atteindre son niveau le plus élevé pendant le mois de mai. Depuis, les prix n’ont cessé de baisser pour atteindre actuellement des niveaux considérés comme étant plus bas aux yeux des investisseurs qui ont acheté à des prix trop élevés, réalisant ainsi de grandes pertes. C’est l’exemple notamment de Mona Fahmy qui a raconté à l’Hebdo qu’elle avait acheté deux pièces d’or d’une livre à 19000 L.E. il y a deux mois. « Aujourd’hui, elles valent 16000 L.E. seulement. C’est-à-dire que j’ai perdu 3000 L.E. et je suis obligée de les garder », se plaint-elle en notant qu’elle a cédé le choix d’investir en or et elle préfère déposer son argent à la banque pour profiter de la hausse des intérêts bancaires.

Facteurs internes et externes

Le prix de la pièce d’or d’une livre de 8 grammes atteint actuellement 8 700 L.E. contre 9200 en mai et 6600 L.E. en février. « En cas d’achat, il faut ajouter 200 L.E. En cas de vente, c’est au prix du jour », explique Abanoub, un vendeur au sein d’une bijouterie. Le gramme d’or 24 carats atteint actuellement 1207 L.E. contre 1275 L.E. en mai et 947 L.E. en février. Le prix du gramme 18 carats est de 902 contre 964 L.E./gramme en mai et 712 L.E. en février. Au niveau mondial, le site du Conseil mondial de l’or a indiqué que le prix de l’once d’or a atteint son pic de 2039 dollars le 8 mars dernier. Depuis cette date, le prix avait fluctué entre la hausse et la baisse, pour atteindre actuellement 1 775 dollars. « La hausse quotidienne des prix du métal jaune pendant les trois mois suivant la guerre a incité les investisseurs en Egypte et partout dans le monde à investir dans l’or et en particulier dans les lingots et les pièces d’or avec l’espoir de réaliser des gains rapides. Cependant, l’appétit pour l’investissement a diminué en raison de la baisse des prix et de l’incapacité à prévoir ses trajectoires futures », a noté à l’Hebdo Hany Milad, président du département de l’or auprès de l’Union des chambres commerciales.

Le métal jaune a été soumis à de nombreux changements mondiaux et locaux, affectant ainsi ses prix et l’investissement dans les lingots et les pièces d’or au cours de la dernière période. La politique de resserrement monétaire des Banques Centrales, consistant ainsi à augmenter les intérêts bancaires pour lutter contre l’inflation galopante, a limité l’appétit des investisseurs pour l’achat d’or et ils se sont tournés vers les certificats de dépôt à taux d’intérêt élevé. La Banque Centrale d’Egypte (BCE) a augmenté les intérêts bancaires de 3% au cours de cette année à la suite des décisions de la Banque fédérale américaine d’augmenter les intérêts sur le dollar. Il est prévu que la BCE va décider une nouvelle hausse des intérêts bancaires à l’issue de sa réunion qui se tiendra le 18 août prochain. « La BCE pourrait augmenter ses intérêts bancaires de 1% dans la prochaine réunion à la suite de la décision de la Banque fédérale américaine d’augmenter l’intérêt sur le dollar de 0,75 % pour la quatrième fois en 2022 », prévoit Hany Guéneina, un expert économique. La hausse des intérêts bancaires est décrite par Hany Tawfiq, membre au conseil d’administration de la société Egypt Venture Capital, comme étant le premier ennemi de l’or. Et ce, car la hausse du taux d’intérêt sur le dollar décidée par la Banque fédérale américaine va inciter les investisseurs à investir dans les titres financiers américains plutôt qu’en or, entraînant ensuite le recul de son prix au niveau national. « Donc, les prix de l’or vont tomber tant qu’il y aura une vision de l’entrée du monde en récession », prévoit Hany Tawfiq.

Lien court: