International > Monde >

Optimisme américain au sujet des eaux contestées entre Israël et le Liban

Mercredi, 03 août 2022

Le médiateur américain, Amos Hochstein, a déclaré lundi rester « optimiste » quant à la possibilité de parvenir à un accord entre le Liban et Israël pour délimiter leur frontière maritime et lever les obstacles à la prospection d’hydrocarbures.

Optimisme américain au sujet des eaux contestées entre Israël et le Liban

Le Liban et Israël, deux pays voisins officiellement toujours en état de guerre, ont lancé en octobre 2020 des négociations inédites par l’intermédiaire de Washington pour régler ce différend frontalier. « Je reste optimiste quant au fait que nous pouvons faire des progrès constants comme nous lavons fait au cours des dernières semaines et jai hâte de revenir dans la région et de pouvoir prendre les dernières dispositions », a déclaré Hochstein après avoir rencontré les principaux dirigeants libanais.

Les pourparlers sur ce dossier ont été suspendus en mai 2021 à la suite de différends concernant la superficie de la zone contestée en Méditerranée. Initialement, les négociations ont porté sur une zone de 860 km2, conformément aux revendications libanaises enregistrées auprès de l’Onu en 2011. Le Liban a dit vouloir réclamer un droit supplémentaire sur une zone de 1 430 km2, qui comprend une partie du champ de Karish. Côté libanais, l’atmosphère était positive lundi après les réunions avec le médiateur américain.

« L’écart relatif aux divergences sest rétréci », a estimé le vice-président du parlement, Elias Bou Saab, chargé par le président libanais, Michel Aoun, de suivre le dossier. Les tensions entre les 2 pays avaient ressurgi début juin avec l’arrivée à proximité de Karish d’un navire affrété pour le compte d’Israël par la société d’exploration britannique Energean. Le Liban avait alors fait appel au médiateur américain en présentant une nouvelle offre de démarcation de la frontière qui ne mentionne pas Karish.

Lien court: