International > Monde >

Biden annonce la mort du chef d’Al-Qaëda

Mercredi, 03 août 2022

Le chef d’Al-Qaëda, Ayman Al- Zawahiri, a été tué dans la nuit de samedi à dimanche en Afghanistan par une frappe de drone américain, a annoncé lundi 1er août à la télévision le président américain, Joe Biden. Zawahiri était l’un des terroristes les plus recherchés au monde et les Etats-Unis promettaient 25 millions de dollars pour tout renseignement permettant de le retrouver.

Biden annonce la mort du chef d’Al-Qaëda

 Il avait pris la tête de la nébuleuse djihadiste en 2011, après la mort de Bin Laden, tué par un commando américain au Pakistan. Introuvable depuis plus de dix ans, il était considéré comme l’un des cerveaux des attentats du 11 Septembre, qui avaient fait près de 3 000 morts aux Etats-Unis. L’Arabie saoudite s’est félicitée « de la mort du chef terroriste dAl-Qaëda » responsable de « la planification et de lexécution dodieuses opérations terroristes aux Etats-Unis, en Arabie saoudite et dans plusieurs autres pays du monde », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. L’attaque au drone a été menée à l’aide de deux missiles Hellfire et sans aucune présence militaire américaine au sol, a précisé un responsable américain, preuve selon lui de la capacité des Etats- Unis « didentifier et de localiser même les terroristes les plus recherchés au monde et de prendre des mesures afin de les éliminer ». Le responsable ajoute : « Ayman Al-Zawahiri avait été repéré à de multiples reprises sur le balcon de sa résidence où il a finalement été touché par la frappe américaine dans la capitale afghane ».

Au cours du week-end, le ministre afghan de l’Intérieur avait démenti les informations faisant état d’une frappe de drone à Kaboul, indiquant à l’AFP qu’une roquette avait touché une maison vide de la capitale. Dans un communiqué publié lundi sur Twitter avant l’intervention de Joe Biden, le porte-parole des Talibans avait toutefois reconnu l’existence d’une « attaque aérienne », attribuée à un drone américain.

Joe Biden, qui était malade du Covid-19 et était soumis à un strict régime d’isolation lorsqu’il a ordonné la frappe le 25 juillet, a précisé lors de son allocution que l’opération n’avait fait « aucune victime civile ». « La présence dAyman Al-Zawahiri à Kaboul constitue une violation claire des accords conclus à Doha en 2020 avec les Talibans, qui s’étaient engagés à ne pas accueillir Al- Qaëda sur leur sol », a noté le haut responsable américain. Les islamistes afghans ont également accusé les Etats-Unis d’avoir dérogé à ces accords, en conduisant une frappe sur leur territoire.

L’annonce de lundi intervient près d’un an après le chaotique retrait d’Afghanistan des forces américaines, qui a permis aux Talibans de reprendre le contrôle du pays 20 ans après les attaques du 11 Septembre.

Lien court: