L'invité > L'invité >

Tarek Al-Kholi : Le secteur bancaire en Egypte a une grande résilience

Mercredi, 03 août 2022

Tarek Al-Kholi, président directeur général de la banque SAIB, revient sur les plans de développement de cette institution et la performance du secteur bancaire égyptien.

Tarek Al-Kholi

Al-Ahram Hebdo : En raison notamment du Covid-19, l’environnement du travail a beaucoup changé. Quels sont, dans ce contexte, les outils bancaires présentés par la banque SAIB pour faciliter les transactions bancaires ?

Tarek Al-Kholi : La gestion des comptes bancaires par Internet et par téléphones portables a été l’un des moyens les plus importants qui ont aidé les clients à faire des transactions sans avoir besoin de se rendre à la banque. Les clients, même s’ils ne sont pas abonnés aux services électroniques, peuvent gérer leurs comptes grâce aux facilités numériques fournies par la banque en accord avec les instructions de la Banque Centrale. Signalons que SAIBANK a adopté un plan fin 2019 dont l’un des objectifs était d’augmenter le nombre de distributeurs automatiques qui sont passés de 40 à 111. Un fait qui a facilité les opérations de retrait et de dépôt.

— Quelle est la stratégie de la banque pour développer les services numériques ?

— Pour développer les services numériques, la banque a élaboré un plan qui a plusieurs objectifs, notamment l’extension du réseau de distributeurs de billets automatiques, qui comprendra 165 distributeurs fin 2022. Nous avons lancé fin 2020 un service de gestion des comptes bancaires par Internet et sur téléphone portable. La deuxième phase de ce service, destinée aux entreprises, a été lancée en avril 2022. La banque a lancé aussi un plan pour développer le centre de services téléphoniques qui s’achève fin 2022. Signalons aussi que le système électronique des files d’attente dans les agences de la banque sera prêt fin 2022. Un service de répondeur automatique a été lancé en février 2022 via WhatsApp. Nous prévoyons également le lancement du service SAIB Voice qui permet aux clients de communiquer gratuitement avec le centre de service téléphonique grâce à un téléphone installé à côté de certains distributeurs de billets, de même que le lancement du service SMS pour les clients qui souhaitent faire un suivi facile de leurs comptes et de leurs cartes. Signalons de même le lancement du portefeuille SAIB Wallet qui permet aux clients de payer plus facilement leurs factures. Enfin, la banque prévoit l’introduction d’un service de réponse automatique sur Facebook et sur Messenger.

— Pouvez-vous nous donner un aperçu du rôle de la banque en matière de responsabilité sociale ?

— La responsabilité communautaire occupe une place importante. Dans sa stratégie, SAIB a lancé des initiatives dans divers domaines. Elle a signé un protocole de coopération avec Misr Al-Kheir en vertu duquel la banque verse certaines sommes à l’institution pour contribuer à la libération des femmes endettées et emprisonnées. De plus, la banque continue de soutenir le secteur sportif via un protocole de coopération avec le ministère de la Jeunesse et du Sport à travers lequel elle apporte son soutien à plusieurs projets comme le 30 days challenge, un programme sportif virtuel qui encourage les membres de la famille égyptienne à faire du sport.

De même, la banque a lancé le premier jour du mois du Ramadan l’initiative Al-Ozouma (le festin) en collaboration avec la Banque alimentaire, et ce, pour la quatrième année consécutive. A travers cette initiative, des produits alimentaires sont distribués aux familles dans le besoin dans les villages et les hameaux dans le cadre de l’initiative Hayah Karima (vie décente), ceci en coordination avec les services concernés et les organisations caritatives tout au long du mois sacré. La banque participe d’ailleurs à Hayah Karima en organisant des séminaires éducatifs dans plusieurs villages couverts par l’initiative afin de réaliser ses objectifs.

Signalons que la banque a signé un protocole de coopération avec la Fondation Magdi Yaacoub pour les maladies cardiaques en vertu duquel elle finance des opérations de cathétérisme cardiaque pour les enfants handicapés, et contribue aussi à la construction d’une chambre individuelle au nom de la banque à l’hôpital de cardiologie international Magdi Yaacoub au Caire.

La banque a également signé un accord de coopération avec la Fondation caritative Ibrahim Badran, à travers lequel elle a équipé et envoyé huit convois médicaux dans le cadre de l’initiative Séha wa héma (santé et dynamisme), qui visite les centres de soins pour handicapés et fournit des services médicaux à plus de 500 patients dans le Grand Caire. La banque a de nombreux autres projets en cours qui seront annoncés prochainement.

— L’Etat accorde un intérêt particulier aux PME. Quelles sont les mesures que la banque SAIB a adoptées pour développer le financement de ce secteur ?

— Conformément aux directives de l’Etat et vu l’intérêt accordé à ce secteur qui a un impact important sur l’économie nationale, la banque SAIB a orienté toutes ses capacités vers le soutien des PME. Nous avons créé une unité pour financer les petites entreprises et fournir un service de soutien technique à ce secteur.

— Le secteur bancaire égyptien est connu pour sa résilience. Comment voyez-vous le rôle de la Banque Centrale d’Egypte (BCE) à cet égard ?

— Le secteur bancaire égyptien a réalisé des acquis importants tout au long des huit dernières années. Tout ceci sous l’impulsion d’initiatives importantes lancées par la Banque Centrale d’Egypte (BCE). Les indicateurs financiers ont montré que le secteur bancaire en Egypte a une grande résilience et peut assimiler les chocs. A commencer par les chocs externes comme ceux qu’on a vus en 2022 et qui sont dus à la hausse des prix des produits et des services. La BCE a su anticiper ces fâcheux événements, en prenant un certain nombre de mesures, notamment la hausse des taux d’intérêt de 300 points entre mars et juin 2022 et l’émission du certificat d’épargne à 18 % afin de préserver la stabilité du marché. Plusieurs indices montrent la solidité du secteur bancaire, comme la hausse des liquidités en monnaie locale qui sont passées de 73,92 % du PIB en juin 2013 à 88,73 % en janvier 2022. Le volume des actifs du secteur bancaire égyptien a augmenté à 8,828 trillions de L.E. en janvier 2022, contre 1,56 trillion en juin 2013.

En ce qui concerne la rentabilité des banques, la moyenne des revenus sur les actifs a atteint 1,2 % en mars 2022 contre 1,0 % en juin 2013.

La BCE a lancé également un certain nombre d’initiatives pour stimuler les secteurs industriel et agricole. Le coût de l’emprunt de ces projets a été réduit à 8 %. Rappelons également dans ce contexte l’initiative de financement du secteur touristique et celle sur le financement immobilier moyennant un taux d’intérêt de 3 % sur 30 ans à l’adresse de la classe moyenne et des couches aux revenus limités. Une autre initiative cible la classe moyenne avec un taux d’intérêt de 8 % sur une durée de 20 ans et une troisième initiative, lancée en 2016, s’adresse aux petites, moyennes et micro-entreprises.

La BCE accorde une importance majeure à l’inclusion financière. Les taux d’inclusion financière ont augmenté entre 2016 et 2021. 3,4 millions de nouveaux produits ont été émis jusqu’à la fin 2021 dont 1,1 million de comptes bancaires, 462 000 portefeuilles électroniques et 1,8 million de cartes prépayées. Ainsi, la base des bénéficiaires s’est élargie et comprend tous les segments de la société avec en tête les femmes, les jeunes et les handicapés.

— Quels sont les plans d’investissements de votre banque en Egypte ?

— Les profits nets de SAIB ont atteint 7,68 millions de dollars en mars 2022, contre 5,25 millions de dollars au cours de la même période de 2021, soit une croissance de 46 %. La banque a réussi à améliorer son service clientèle, a lancé de nouveaux produits bancaires adaptés aux besoins des clients, a renforcé l’inclusion financière et a amélioré l’environnement du travail interne.

— Quel est le cadre d’action de la banque SAIB ?

— Notre stratégie vise à développer le portefeuille de la vente en détail à l’adresse des particuliers. En parallèle, la banque entend diversifier le portefeuille du crédit et de l’emprunt aux entreprises, et surtout étendre le financement des projets nationaux. Le portefeuille des petites et moyennes entreprises est un autre centre d’intérêt, ainsi que l’achèvement du plan de transformation numérique.

Lien court:

 

Share your latest travel adventures on aotravel@ahram.org.eg