Economie > Economie >

L’industrie égyptienne à l’honneur

Amani Gamal El Din , Mercredi, 29 juin 2022

L’Organisme national de la presse et les trois grandes fondations de presse publiques, dont Al-Ahram, organisent la première exposition « Fabriqué en Egypte ».

L’industrie égyptienne à l’honneur
(Photo : Mohamad Mounir)

Le coup d’envoi a été donné à la première édition de l’exposition « Fabriqué en Egypte », qui se tiendra du 3 au 5 juillet 2022, sous la houlette du premier ministre, Moustapha Madbouli, à la salle des expositions du Nouveau Caire. Lors d’une conférence de presse organisée par l’Organisme national de la presse, son président, Abdel-Sadeq Al-Chourbagui, a levé le voile sur les détails et les préparatifs finaux du lancement de l’événement, qui est un projet préparé conjointement par l’Organisme de la presse et les trois grandes fondations de presse publiques, Al-Ahram, Al-Akhbar et Al-Gomhouriya. Selon Al-Chourbagui, une feuille de route et un suivi quotidien ont eu lieu entre les trois grandes institutions en vertu desquels un protocole a été signé pour faciliter la préparation de l’événement. Pour faire réussir l’événement, une mobilisation massive a eu lieu dans la grande salle de conférences de l’organisme réunissant les présidents et rédacteurs en chef des trois fondations, ainsi que le sous-secrétaire de l’organisme, Ahmad Mokhtar, et l’un de ses membres, Walid Abdel-Aziz.

Cet événement, qui a coïncidé avec la célébration du 9e anniversaire de la Révolution du 30 Juin, est révélateur de la vision de l’Egypte 2030 qui s’emploie à donner une impulsion à l’industrie nationale. « L’essor industriel dont nous avons témoigné dans les 8 dernières années est ce qui a soutenu avec force l’idée de l’exposition. Fabriqué en Egypte est un message qui affirme le rôle des fondations nationales de presse dans le soutien aux piliers de l’Etat égyptien. Les acquis réalisés ont fait de l’industrie la locomotive du développement économique et l’un des piliers de la stabilité économique, sociale et politique », a déclaré Abdel-Sadeq Al-Chourbagui. Il explique que l’exposition sera un forum organisé chaque année et sera un miroir des acquis dans ce domaine à travers la présentation des différents organismes et entreprises publics, qui s’avèrent être les nouveaux minarets et citadelles de l’industrie et de la production dans le pays. « Nous sommes certains que le citoyen égyptien sera l’une des composantes essentielles de la réussite de l’exposition et que nombreux sont ceux qui seront présents pour être au courant des nouveautés et des avancées dans les domaines industriels toutes tendances confondues. Lorsque je dis citoyen, je ne vise pas uniquement le citoyen ordinaire, mais également la panoplie de fabricants, investisseurs et le monde des affaires. Quitte en l’occurrence à donner lieu à de nouveaux marchés, partenariats et transactions », a-t-il renchéri.


(Photo : Mohamad Mounir)

Une diversité multisectorielle

Une diversité de secteurs industriels sera présente à l’exposition. Ceux-ci ont connu une réussite malgré les circonstances de l’économie mondiale ayant découlé du confinement dû au Covid-19 et de la fermeture des chaînes d’approvisionnement mondiales; et plus tard, la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Les entreprises qui participeront à l’exposition sont au nombre de 124, entre publiques et privées, représentant les secteurs de l’agroalimentaire, l’ameublement, le textile, le pharmaceutique, les matériaux de construction, entre autres.

L’exposition sera ouverte au public qui pourra bénéficier d’une réduction de 30% sur les différents articles exposés. Guehad Al-Khadrawi, du département des expositions auprès d’Al-Ahram et le responsable technique de l’organisation de l’exposition, déclare que l’exposition sera une vraie plateforme d’expertise et d’échange d’idées. « Notre objectif était qu’elle assurerait une liaison non seulement B to B (Business to Business) afin d’avoir une idée des produits et les nouveautés des différents participants venus d’un nombre de pays et de secteurs variés, mais nous sommes soucieux d’affermir les liens B to C (Business to Client) aussi », a conclu Al-Khadrawi.

Lien court: