Economie > Economie >

Une décision très attendue

Marwa Hussein , Mercredi, 22 juin 2022

La décision de la Réserve fédérale américaine d’augmenter les taux d’intérêt plus que prévu laisse les économistes divisés sur la réaction de la Banque Centrale d’Egypte (BCE), lors de sa réunion du 23 juin.

Une décision très attendue

Le 15 juin, la Réserve fédérale américaine (FED) a annoncé la plus grande hausse des taux d’intérêt sur le dollar en 28 ans. Les responsables américains ont relevé le taux de référence de 75 points de base pour atteindre une fourchette cible de 1,5 à 1,75 %, la plus grande hausse des taux d’intérêt depuis 1994. « La Banque Centrale est très attentive à l’inflation et agira rapidement pour maîtriser les prix », a déclaré le président de la Fed, Jerome Powell, tout en évoquant la perspective d’une deuxième hausse de 75 points de base lors de sa prochaine réunion en juillet, déclarant que 50 ou 75 points de base « semblent probables ». Powell a pourtant souligné qu’il ne s’attendait pas à ce que des mouvements de cette ampleur soient courants. Selon, la newsletter économique Enterprise, les taux américains vont être nettement plus élevés que prévu d’ici la fin de l’année : « Les décideurs envisagent désormais des taux se terminant en 2022 à 3,4 % et 3,8 % à la fin de 2023, nettement supérieurs aux 1,9 % et 2,8 % prévus en mars ». Selon une note de Prime Holding, la Fed a décidé de donner plus de poids à l’inflation qu’à la croissance. « Dans une tentative de devancer l’inflation avec un objectif de 2 %, la Fed a décidé de relever les taux d’intérêt plus rapidement qu’on ne le pensait auparavant, ce qui finira par ralentir l’économie américaine. La crainte ici est que l’économie ne se refroidisse plus rapidement que prévu, entraînant ainsi une récession avant même que la Fed ne s’en rende compte », conclut la note de Prime. Il est prévu que le comité des politiques monétaires de la Banque Centrale d’Egypte (BCE), qui décide des taux d’intérêt, se réunit jeudi 23 juin. Prime prévoit à l’occasion une hausse de 100 points de base, autrement dit de 1 %. « Notre vision initiale était de deux hausses de 100 points de base, une en août et une autre en novembre 2022. Cependant, compte tenu de la hausse plus élevée que prévu des taux de la Fed et puisque la prochaine réunion de la BCE n’aura lieu que deux mois plus tard, nous pensons maintenant que la BCE pourrait trouver opportun d’empêcher l’inflation de devenir incontrôlable en Egypte en précipitant la hausse de ces taux qui était prévue pour le reste de l’année », prévoit Prime. « En d’autres termes, nous pourrions nous attendre à une hausse de 100 points de base de la part de la BCE, d’autant plus que les récentes adjudications du Trésor n’ont été que partiellement réalisées en raison de rendements bien plus élevés que prévu », conclut la note de Prime.

En mai dernier, la Banque Centrale a surpris la plupart des analystes en annonçant une hausse de 200 points de base, la plus forte augmentation des taux d’intérêt en près de cinq ans dans le but de juguler l’inflation et de restaurer l’attrait de ses obligations nationales pour les investisseurs étrangers. Alors que les économistes prévoyaient une hausse de 2 % au cours de l’année, la Fed américaine avait relevé le 4 mai son taux d’intérêt de référence au jour le jour d’un demi-point de pourcentage. Les taux d’intérêt de la BCE sur les dépôts et les prêts sont actuellement de 11,25 % et de 12,25 %, respectivement. En mars denier, elle avait relevé les taux d’intérêt de 100 points de base.

Avis divergents

Les économistes divergent sur la décision attendue de la BCE. Beltone Financial Holding, à titre d’exemple, prévoit que le comité des politiques monétaires (MPC) maintiendrait les taux d’intérêt inchangés lors de sa prochaine réunion compte tenu du ralentissement du rythme d’augmentation du taux d’inflation en mai. L’inflation globale annuelle en Egypte a atteint 13,5 % en mai dernier, contre 13,1 % en avril. Elle reste inférieure aux prévisions selon lesquelles elle devrait atteindre 15 %. Par ailleurs, l’inflation mensuelle a augmenté de 1,1 % en mai, contre 3,3 % en avril. Beltone a souligné que l’impact sur l’inflation de la décision de mai du comité de relever les taux d’intérêt mettra du temps à apparaître pleinement, ce qui rend la BCE susceptible de maintenir le taux d’intérêt lors de sa prochaine réunion du 23 juin.

Selon un sondage réalisé par Enterprise, cinq des huit analystes et économistes interrogés par Enterprise voient le comité des politiques monétaires maintenir les taux lors de sa réunion de jeudi. « La crainte que les investisseurs étrangers quittent le pays est devenue moins importante car la majeure partie de ces flux de portefeuille a déjà disparu au cours des derniers mois », a déclaré l’expert bancaire Hany Aboul Fotouh à Enterprise, qui s’attend à ce que le MPC laisse les taux inchangés. D’autres analystes pensent le contraire. « Bien que nous connaissions les coûts des taux d’intérêt élevés sur le front budgétaire, nous pensons que la BCE pourrait préférer agir avec audace … avec une autre hausse considérable des taux pouvant atteindre 200 points de base », a déclaré Esraa Ahmed, économiste chez Al-Ahly Pharos, qui avait participé au sondage d’Enterprise. La hausse des coûts de l’énergie sera prise en compte : Arqaam prévoit une hausse de l’ordre de 150 à 200 points de base lors de la prochaine réunion de la BCE, invoquant la nécessité de maîtriser l’inflation résultant de la hausse des coûts de l’énergie. Contrer l’inflation, contenir les dépenses publiques ou réduire le déficit du compte courant, plusieurs facteurs pourraient affecter la décision de la BCE attendue par les différents acteurs du marché.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique