Culture > Livres >

Le néo-Wafd, un demi-siècle d’histoire

Hoda Ghali , Mercredi, 22 juin 2022

Sénateur, vice-président du parti libéral Al-Wafd et essayiste, Khaled Qandil tente à travers son ouvrage de tracer l’histoire de son parti politique, entre 1952 et l’an 2000.

Le néo-Wafd, un demi-siècle d’histoire

A travers son nouveau livre Al-Wafd Al-Gadid : Hikayet Nisf Qarn (le néo-Wafd : histoire d’un demi-siècle, 1952-2000), Khaled Qandil cherche à mettre les points sur les i. Il esquisse les principales phases de l’histoire du parti politique du Wafd depuis la Révolution des Officiers libres en 1952 et jusqu’à l’an 2000.

En cinq chapitres, il aborde le conflit entre les partisans du Wafd et les représentants de l’autorité, au lendemain de la Révolution de Juillet 1952, les derniers jours de l’un de ses éminents leaders, Al-Nahhas pacha, la dissolution du parti en 1953, puis son retour à la vie politique sous Sadate. Et ce, en se servant notamment de documents issus des archives wafdistes.

Le livre propose également une annexe de photos rares, retraçant en images l’histoire du parti et de ses figures de proue, dont notamment Saad Zaghloul (1858-1927), Al-Nahhas pacha (1879-1965) et Fouad Séragueddine (1911-2000). « Je pense que personne d’autre n’a mieux incarné la philosophie d’Al-Wafd que Fouad Séragueddine, soit lorsqu’il était au sein du gouvernement, soit lorsqu’il faisait partie des rangs de l’opposition. Cette philosophie peut se résumer par la lutte contre le colonisateur », écrit Khaled Qandil. L’ouvrage évoque le retour de la formation politique à l’ombre du multipartisme adopté par Sadate, et ce, grâce aux efforts de Séragueddine, en 1978, qui l’a rebaptisé néo- Wafd.

L’auteur aborde également de nombreux faits importants, entre 1952 et 2000, en les plaçant dans un contexte politique plus large et en les expliquant, selon le cheminement du mouvement nationaliste égyptien. Le livre s’ouvre sur le limogeage du dernier premier ministre wafdiste, Moustapha Al-Nahhas pacha, après l’incendie du Caire en 1952, et se termine par la mort de Fouad Séragueddine en l’an 2000. Entre les deux événements, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. « Le 11 novembre 1976, le président Sadate a annoncé, au cours d’un discours prononcé à l’Assemblée du peuple, le retour conditionné du pluralisme politique », précise Qandil.

Le multipartisme de Sadate

Bien que l’idée fût basée sur la création de plusieurs ailes au sein d’une seule organisation (représentée à l’époque par l’Union socialiste en 1974), elle s’est cependant transformée en mars 1976, pour englober des formations politiques représentant la droite, le centre et la gauche. Ce fut une première tentative de sortir de l’ombrelle du parti unique. Mettant en garde la jeunesse contre les mensonges historiques, l’auteur essaye d’y présenter sa version de ce qui s’est passé, en invitant les jeunes générations à mieux connaître des aspects importants de l’histoire du parti Al-Wafd, toujours présent sur l’échiquier politique.

Al-Wafd Al-Gadid : Hikayet Nisf Qarn (le néo-Wafd : histoire d’un demi-siècle, 1952-2000), de Khaled Qandil, aux éditions Al-Ahram.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique