Egypte > Egypte >

Ali Abdel Nabi : Al-Dabaa donnera un énorme coup de pouce au développement économique et technologique de l’Egypte

Samar Zarea , Mercredi, 22 juin 2022

A l’approche du coup d’envoi de la centrale nucléaire d’Al-Dabaa, l’ancien chef de l’Autorité égyptienne des centrales nucléaires (NPPA), Ali Abdel Nabi, revient sur les enjeux de ce projet.

Ali Abdel Nabi

Al-Ahram Hebdo : L’Entreprise russe Rosatom a annoncé que l’Egypte est sur le point de poser la première pierre de la centrale nucléaire d’Al-Dabaa. Que signifie cela ?

Ali Abdel Nabi : Effectivement, la construction devrait officiellement commencer comme prévu, à la première moitié de juillet. Cela signifie que l’Egypte est sur le point de mettre en exécution son premier projet nucléaire, avec un coût total de 30 milliards de dollars. Cette centrale, qui se compose de 4 unités, chacune d’une capacité de 1 200 mégawatts, et équipées du réacteur de troisième génération qui sera opérationnel en 2028, va être construite à Al-Dabaa dans le gouvernorat de Marsa Matrouh sur la côte méditerranéenne, à environ 250 km à l’ouest d’Alexandrie. Cette centrale est le fruit d’un travail conjoint entre l’Egypte et l’entreprise Rosatom qui est l’une des plus importantes entreprises russes de production de combustible nucléaire. Selon un accord de coopération signé entre les gouvernements de la Russie et de l’Egypte en 2017, Rosatom se charge de construire la centrale, de fournir également tout le combustible nécessaire à son fonctionnement, et elle soutiendra en plus l’Egypte dans le cadre de la formation de spécialistes, et l’exploitation et l’entretien de la station durant les dix premières années de son fonctionnement.

— Pourquoi l’Etat a choisi la Russie comme partenaire dans ce projet ?

— La Russie est l’un des pays les plus avancés et les plus développés dans ce domaine. Il s’agit du seul pays qui fabrique 100 % des composants des centrales nucléaires. De plus, le contrat entre les deux parties prévoit l’octroi d’un prêt à l’Egypte de 25 milliards de dollars, avec des conditions préférentielles, pour couvrir 85 % des travaux, et le reste du financement devant être couvert par des investisseurs privés égyptiens. C’est en 2029 que l’Egypte doit commencer à rembourser ce prêt accordé, au taux de 3 % par an.

— En quoi la construction d’une telle centrale est-elle importante ?

— L’industrie nucléaire est l’industrie de l’avenir. Non seulement parce qu’elle constitue une source permanente et peu coûteuse d’électricité, mais la centrale nucléaire d’Al-Dabaa donnera un énorme coup de pouce au développement économique et technologique en Egypte. Cette industrie sera introduite dans les usines égyptiennes, ce qui contribuera à élever le niveau des industries pour atteindre le rang mondial, et par conséquent, augmenter les opportunités d’exportation et le revenu national en devises fortes et va accroître les opportunités de travail. Ainsi, la possession de la technologie nucléaire contribue à la réalisation des objectifs du plan de développement durable de l’Egypte 2030 et va placer l’Egypte au rang des Etats développés.

— Comment expliquez-vous le choix du site d’Al-Dabaa ?

— Les déterminants de la sûreté nucléaire sont à la base du choix des emplacements des centrales nucléaires. En Egypte, tous les sites disponibles sur la côte méditerranéenne et la côte de la mer Rouge ont été mis à l’étude. 23 d’entre eux ont été sélectionnés et enfin le site d’Al-Dabaa a été choisi. Cet endroit et ses caractéristiques sont conformes aux exigences de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), en plus, il est proche des interconnexions ferroviaires et routières, ce qui facilitera le déplacement de et vers la centrale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique