Panorama africain > >

Perspectives de croissance

Mercredi, 15 juin 2022

Le rapport de la BAD sur les perspectives économiques en Afrique a publié ses projections de croissance du PIB réel des régions et de certains pays d’Afrique. Au niveau des régions, c’est l’Afrique de l’Est qui affiche la meilleure performance (4,7%), devant l’Afrique centrale (4,6%), l’Afrique du Nord (4,5%), l’Afrique de l’Ouest (4,1%) et l’Afrique australe (2,5%).

Perspectives de croissance

 Au niveau des pays en 2022, la meilleure performance revient au Rwanda, avec une hausse de son PIB de 10,0%, en affichant une croissance de 6,9%. Le gouvernement rwandais mise sur les services, l’industrie et l’agriculture et leurs chaînes de valeur pour booster son économie, ce qui devrait porter la croissance à 7,9% en 2023.

En Afrique du Nord, l’Egypte affiche aussi de très bonnes performances. « La seule puissance économique du continent revient à l’Egypte grâce à la solidité de sa croissance, tirée, entre autres, de ses découvertes de gaz, accompagnée d’une production en forte augmentation, et à l’attractivité de son économie due à la dévaluation de sa monnaie, ce qui a ramené du tourisme et des investissements directs étrangers », indique le rapport qui a relevé ses projections de croissance du PIB réel de l’Egypte à 5,7% en 2022 avant de ralentir à 5,1% en 2023. Il a également relevé ses estimations de la croissance du PIB réel de l’Egypte en 2021 à 3,3%, contre 3,2% projetés un an plus tôt. « Parce que l’Egypte a fait preuve de résilience face à la crise depuis 2020, ses perspectives économiques sont favorables avec l’engagement du gouvernement à mettre en oeuvre la deuxième phase des réformes structurelles, annoncée en mai 2021 », explique le rapport, qui note aussi que l’Egypte est très vulnérable au changement climatique. « L’Egypte occupe la 120e place sur l’Indice mondial des risques climatiques (GCRI) 2021, mais au cours des dernières années, elle a réduit ses émissions de CO2 par habitant. Ses secteurs les plus sensibles sont l’eau et l’agriculture », indique le rapport, soulignant que l’amélioration de la gestion des ressources en eau est essentielle pour le pays, car l’agriculture est un secteur-clé qui fournit des moyens de subsistance à 55% de la population et emploie 23,3% de la main-d’oeuvre.

Le Maroc devrait connaître la plus faible croissance de la région à cause de la sécheresse actuelle dans le pays, faisant tomber la production agricole à 30 millions de quintaux. Pour 2023, c’est le Sénégal qui devrait afficher la meilleure croissance du continent avec un PIB en hausse de 8,2%, grâce à son entrée dans le cercle des exportateurs d’hydrocarbures (pétrole et gaz), au développement de projets d’infrastructures (ports, autoroutes, énergie…) et à l’agriculture.

Lien court: