Voyages > Tourisme >

Olivier Messmer : Nous développerons une nouvelle offre touristique

Doaa Elhami , Mercredi, 15 juin 2022

Olivier Messmer, directeur du projet « La gestion intégrée du tourisme culturel », explique les objectifs de cette initiative appliquée au Caire historique et à Louqsor.

Olivier Messmer

Al-Ahram Hebdo : Quel est le but des ateliers organisés avec des artisans du Caire historique et de Louqsor ?

Olivier Messmer: Les ateliers visent à les aider à entrer en contact avec le marché touristique. Au début, nous avons organisé des rencontres avec les habitants pour leur expliquer les objectifs du programme et pour mieux comprendre leurs besoins. Nous organiserons ensuite des cours de formation dans différents domaines, notamment en marketing dont ils ont vraiment besoin pour bénéficier de l’industrie touristique.

— Comment ce projet propose-t-il d’offrir un nouveau produit touristique ?

— La durée de séjour d’un touriste au Caire est très courte. Elle est moins d’un jour pour visiter le Musée égyptien et les pyramides. Le touriste part ensuite à la découverte d’autres destinations en Egypte. Ce projet vise à développer une nouvelle offre au niveau du Caire pour que les touristes y restent plus longtemps. L’idée est d’utiliser le centre historique, qui est un patrimoine très riche, pour en faire un produit touristique. Et là, le développement du produit et du circuit qu’on proposera aux tour-opérateurs conduira à prolonger le séjour du touriste au Caire pour deux, même trois jours. Et plus les touristes vont rester au Caire, plus il y aura des bénéfices économiques pour les acteurs du Caire, notamment les communautés. Ainsi, on invitera les tour-opérateurs à comprendre le but de notre projet pour ensuite, à leur tour, transmettre cette expérience à leurs clients.

— Le projet vise-t-il à former des guides touristiques parmi la communauté locale ?

— Cela dépend du ministère du Tourisme. Aujourd’hui, il y a un cadre légal très précis pour accéder à la profession de guide touristique, qui demande de nombreuses années d’études. Mais on peut aider les gens de la communauté à devenir « des guides de destinations ». Ce sont des personnes disponibles dont la mission est d’amener des touristes au niveau du centre. C’est un travail qui se fera en coopération avec le ministère du Tourisme et la police touristique, pour assurer la sécurité du touriste et assurer la qualité de l’information qui lui est donnée.

— Avez-vous l’intention d’élargir ce projet à d’autres destinations en Egypte ?

— On l’espère. Après la fin d’un projet pilote, comme le nôtre, il est toujours préférable de focaliser sur l’impact et le succès. On amène aujourd’hui une méthodologie nouvelle en Egypte en installant une nouvelle voie de développement. Espérons, par la suite, que le gouvernement inclue de nouvelles régions à développer en utilisant cette même méthodologie.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique