Egypte > Egypte >

Egypte-Yémen: Vers une coopération plus élargie

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 15 juin 2022

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu cette semaine au Caire le président du Conseil présidentiel yéménite, Rachad Al-Alimi. Au centre des discussions: la coopération conjointe et la sécurité en mer Rouge.

Egypte-Yémen  : Vers une coopération plus élargie
L’Egypte soutient l’unité et la stabilité du Yémen.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a souligné le soutien de l’Egypte aux efforts du Conseil présidentiel yéménite (CLP) récemment mis en place « pour parvenir à une solution politique juste et durable à la crise yéménite ». Ces propos sont intervenus lors d’une rencontre qui a rassemblé, le 12 juin, le chef de l’Etat et le président du CLP, Rachad Al-Alimi, au palais d’Al-Ettéhadiya. Le président Sissi a souligné l’importance de faire avancer le processus politique au Yémen. Il a également exprimé son plein soutien à l’unité, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale du Yémen, affirmant que la stabilité du Yémen est d’une grande importance pour l’Egypte et le monde arabe dans son ensemble. Le président a salué le prolongement de la trêve parrainée par l’Onu et annoncée début juin au Yémen, appelant les différentes parties à respecter l’accord.

Al-Alimi était arrivé vendredi soir au Caire en provenance de Bahreïn dans le cadre d’une tournée régionale. Le CLP a été mis en place en avril dernier pour succéder au président Abd-Rabbo Mansour Hadi. Le porte-parole de la présidence, Bassam Rady, a affirmé que la réunion a porté sur la coopération entre les deux pays, la sécurité en mer Rouge et les moyens d’aider le Yémen à surmonter la crise actuelle. Le président Sissi a ainsi affirmé que « l’Egypte n’épargnera aucun effort pour soutenir le Yémen », soulignant la volonté de l’Egypte de former des cadres yéménites dans divers domaines, ainsi que son soutien aux efforts internationaux visant à surmonter la crise humanitaire au Yémen. Pour sa part, Al-Alimi a souligné son aspiration à intensifier la coopération avec l’Egypte à différents niveaux. « L’Egypte est le pays qui a contribué à la reconstruction des institutions de l’Etat en 1962 », a-t-il dit. Et d’ajouter qu’aujourd’hui, l’Egypte soutient toujours le Yémen pour restaurer l’Etat et renverser le coup d’Etat soutenu par l’Iran.

Il a exprimé son aspiration à ce que le Yémen bénéficie de l’expérience égyptienne en matière de reconstruction et de développement. « L’expérience égyptienne est unique et une source d’inspiration pour tout le monde arabe ».

Assurer la sécurité régionale

Soulignant l’importance de cette visite, le professeur de sciences politiques à l’Université du Caire Tarek Fahmy explique que l’Egypte est un acteur principal dans la restructuration de la scène politique au Yémen et tente de parvenir à un accord entre les rebelles houthis et le gouvernement en place. La sécurité et la stabilité du Yémen sont d’une importance capitale pour l’Egypte et l’ensemble du monde arabe. « Le Yémen surplombe l’entrée sud de la mer Rouge et le détroit de Bab Al-Mandab. Toute crise de nature sécuritaire autour de la mer Rouge affecte directement la sécurité nationale égyptienne. D’où l’importance pour l’Egypte et aussi pour les pays du Golfe de maintenir la stabilité au Yémen. Il s’agit aussi de réduire le rôle de l’Iran dans la région à travers le soutien au CLP mais aussi aux pays du Golfe », précise Fahmy.

Sur la voie de la reconstruction

Pour Mona Soliman, spécialiste des relations internationales à l’Université du Caire, la question de la reconstruction du Yémen s’est imposée aussi sur l’agenda de cette visite. « Le Yémen essaye de bénéficier de l’expérience de l’Egypte qui a connu un grand élan en matière de développement dans plusieurs secteurs », explique Soliman. Elle ajoute que, depuis l’arrivée d’Al-Alimi au pouvoir en avril dernier, le Yémen connaît une situation relativement calme à la lumière de la trêve parrainée par l’Onu entre le gouvernement yéménite internationalement reconnu, soutenu par l’Arabie saoudite et les Houthis, en guerre depuis 2015. Une situation que le gouvernement en place essaye de maintenir et de prolonger. « Le Yémen veut bénéficier de l’expérience de l’Egypte en matière d’éducation, de santé et de reconstruction dans les gouvernorats libérés sur son territoire », ajoute-t-elle. Pour l’Egypte, la stabilité du Yémen garantit la liberté de navigation en mer Rouge et dans le détroit de Bab Al-Mandab.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique