Francophonie > Francophonie >

La parole est aux élèves !

Mercredi, 15 juin 2022

Le cinquième concours de rédaction d’Al-Ahram Hebdo, organisé au niveau des écoles francophones, porte cette année sur le thème du sport. Six écoles y participent. Voici une sélection des meilleurs articles.

Une compétition à vous glacer le sang

Une compétition à vous glacer le sang

Tout le monde connaît les Jeux Olympiques (JO) d’été mais il existe aussi les Jeux Olympiques d’hiver, qui ne sont pas aussi populaires. Qu’est-ce donc que les JO d’hiver ? Qui y participe? Qui les a créés? Allons répondre à ces nombreuses questions.

L’histoire des JO d’hiver

Avant l’existence des Jeux Olympiques (JO) d’hiver, peu de sports hivernaux étaient incorporés dans de grandes compétitions. On avait essayé d’inclure quelques-uns aux JO en 1920 mais on a décidé que c’était une meilleure idée de créer toute une compétition avec les sports hivernaux. En 1924, dans la ville française de Chamonix, les premiers JO d’hiver ont lieu. Il y avait seulement 258 athlètes venant de 16 pays différents, principalement européens (Suède, Yougoslavie, Italie…). Ils ont participé à 9 disciplines et 5 sports, maintenant appelés les sports originaux des JO d’hiver : le bobsleigh, le patinage, le hockey sur glace, le curling et le ski nordique.

Les JO d’hiver aujourd’hui

Aujourd’hui, les JO d’hiver ont lieu tous les 4 ans, pendant environ deux semaines en hiver, et sont composés de plus de disciplines, plus de pays et plus de participants. Aux JO d’hiver les plus récents, du 4 au 20 février 2022, à Pékin, il y avait presque 3000 participants, venant de 91 nations jouant 15 disciplines et 7 sports, dont ceux mentionnés ci-dessus avec, en plus, la luge et le snowboarding. Pour la première fois, Haïti et l’Arabie saoudite y ont participé, mais sans connaître un grand succès. La Norvège garde sa réputation de meilleur pays en matière de sports d’hiver avec 37 médailles, dont 16 d’or. De plus, plusieurs nouveaux records sont établis, comme le snowboardeur japonais Kaishu Hirano, qui fait «  un backside air trick » à une hauteur de 7,4 mètres !

Les athlètes

Au cours des dernières décennies, il y a eu plein d’athlètes spectaculaires aux JO d’hiver. Cette année à l’épreuve de biathlon, où l’on fait du ski en tirant avec un fusil de biathlon sur des cibles, Marte Olsbu Roiseland, une athlète norvégienne, gagne une médaille d’or dans le sprint de 7,5 km et plusieurs autres dans de différentes courses. En 2018, on a aussi Tessa Virtue et Scott Moir, des partenaires canadiens en patinage artistique, qui aident le Canada à gagner la première place avec un score de 118.10. Tu peux aussi participer aux JO, l’essentiel c’est d’essayer malgré les difficultés. Si tu veux, tu peux !

Haya Ezzeldin, 4e D; Lycée International Balzac.

Le football féminin

Il existe beaucoup de sports différents. Et dans cet article je vais vous parler du football féminin: son début, ses premières équipes, cinq des plus remarquables joueuses et quelques bénéfices d’un sport pareil.

Dès l’apparition du football au XIXe siècle en Angleterre, le public féminin s’est passionné ! Et ainsi, dès la fin du XIXe siècle, les premiers matchs féminins y sont disputés.

Le premier match féminin se déroula le 30 septembre 1917 à Londres. Il mettait aux prises deux équipes de Femina sport. Les deux sélectionnés: une du nord de l’Angleterre, l’autre du sud. Le nord s’est imposé sur le score de 7-1 grâce aux efforts de leur gardienne.

Les cinq joueuses les plus remarquables des années 2000 sont: Fara Williams, qui a joué 172 matchs, 40 buts entre 2001 et 2019. Jill Scott, 151 matchs, 24 buts et elle jouait depuis 2006. Karen Carney, 144 matchs, 32 buts entre 2005 et 2019. Alex Scott, 140 matchs, 12 buts depuis 2004 jusqu’à 2017. Et à la fin, Casey Stoney, 130 matchs, 6 buts et depuis 2000 jusqu’à 2017.

Maintenant voici trois bénéfices du football. Premièrement, le foot aide à améliorer l’endurance et à renforcer la capacité de la personne à supporter, puisqu’il est un sport collectif basé généralement sur la course. Deuxièmement, il constitue une manière amusante et facile pour perdre du poids. Une seule heure d’entraînement, des graisses indésirables se perdent. Et troisièmement, il améliore le rythme cardiaque, la respiration et la résistance osseuse.

Bref, le football a beaucoup d’avantages, et puisqu’il est un genre de sport facile et amusant, alors pas de souci si les femmes aussi veulent y participer. Cela ne va rien changer, ni dans les avantages ni dans les règles.

Hala Sany, 5e primaire,  Recto Verso

La pratique sportive

Le sport est l’activité physique visant à améliorer sa condition physique et l’ensemble des exercices physiques se présentent sous forme de jeux individuels ou collectifs. Il y a 7 types de sport.

Sports de force Sports de raquettes

Sports collectifs Sports individuels

Sports de combat Sports de glisse

La danse

Les historiens conviennent que le sport est né au XVIIIe siècle en Angleterre dans le contexte de la Révolution industrielle et du capitalisme émergent, toujours en Grande-Bretagne, mais cette fois dans les grandes écoles suite à un moment de réforme.

Le sport acquiert une dimension pédagogique. Les premiers Jeux olympiques étaient l’athlétisme. Il y a aussi des sportifs qui sont meilleurs dans le monde comme :

Michal Fred Phelps: il est le meilleur nageur du monde.

Rafael Nadal: il est le meilleur joueur du tennis.

Il y a aussi du bien dans la pratique sportive :

1. Réduction du risque de développer des maladies chroniques.

2. Réduction du risque d’obésité ou d’embonpoint.

3. Réduction de l’anxiété, de la dépression et du désespoir.

4. Promotion du bien-être psychologique.

Et comme il y a des avantages, il y a aussi des inconvénients :

On peut avoir une fracture, de la fatigue, une entorse, des lombalgies, on peut avoir même une usure des articulations.

Les dernières études scientifiques montrent que les activités physiques et sportives peuvent contribuer à lutter contre le Covid-19 car le sport participerait à l’augmentation des défenses immunitaires, mais aussi à une meilleure efficacité des vaccins.

A mon avis, le sport diminue le stress et c’est bon pour le moral, et à la fin je vous conseille de bien manger pendant vos périodes d’entraînement et de compétitions.

Yara Amr,  6e primaire; Ecole Moderne D’Egypte (MSE).

Le sport, c’est bon pour la santé !

 Le sport se rapporte à toute activité physique qui vise à améliorer les compétences physiques, la santé, tout en amusant participants et spectateurs. Dans cet article, je vais vous présenter quelques informations à propos du sport, ainsi que les avantages d’un entraînement régulier et les inconvénients d’une mauvaise pratique.

Commençons par la différence entre « le sport et l’activité physique ». L’exercice physique comprend les tâches de la vie quotidienne, comme le ménage, les courses, le travail physique ... L’exercice physique simple se pratique sans équipement, règle de jeu, ou notion de compétition. En revanche, le sport est un ensemble d’exercices physiques se pratiquant sous forme de jeux individuels ou collectifs pouvant donner lieu à des compétitions.

Les sports les plus pratiqués en Egypte sont le football, le basket-ball, le handball, le squash, la musculation, le golf, la natation et la gymnastique. Mais d’après le site Layalyna, le plus pratiqué en Egypte est le football, comme dans la plupart des pays du monde.

Concernant les avantages du sport, grâce à l’activité physique, le corps va sécréter des endorphines qui vont faire ressentir une grande sensation de bien-être et de plaisir. Ces sensations vont également favoriser la confiance en soi et éloigner les idées noires.

Le sport est un excellent moyen d’intégration sociale pour les personnes handicapées. Face à leurs difficultés d’agir comme tout le monde, elles ont besoin d’activités permettant de libérer leur énergie et leur donnant la possibilité d’interagir normalement avec les autres. Parfois, elles peuvent devenir indépendantes et n’ont plus besoin de personne. Un bon exemple est la championne égyptienne Randa Tag Al Din honorée par 5 médailles entre or, argent et bronze aux Jeux paralympiques 2016 à Rio de Janeiro, Brésil.

Poursuivons avec les effets nocifs causés par le sport excessif. Le sport est reconnu pour contribuer à une bonne santé générale. Mais trop de sport peut également engendrer des effets pervers, notamment une résistance à l’insuline semblable à celle du diabète.

Si la pluralité des activités physiques est bonne pour la santé, avec certaines activités physiques pénibles que nous faisons au travail le résultat va être tout à fait le contraire.

Une étude de l’Institut national pour la recherche médicale (Inserm) portant sur les activités physiques de 100000 volontaires âgés entre 50 et 70 ans a montré que les effets dépendent de l’âge de la personne et de la nature de l’activité. Les participants qui ont une activité physique pénible au travail présentent des artères carotides plus rigides et plus sujettes aux troubles contrairement à ceux qui font du sport classique (par exemple de la course à pied) ou de loisir.

Le sport est pratiqué partout dans le monde. S’il a de nombreux avantages, le sport excessif a aussi quelques inconvénients remarquables. Alors, pour profiter du sport le plus possible, il faut être modéré. A mon avis, je crois que tout ce qui dépasse ses limites se retourne contre soi.

Habiba Sany,  3e préparatoire  Recto Verso.

Le sport

1. C’EST QUOI LE SPORT ?

1. Activité physique visant à améliorer sa condition physique.

2. Ensemble des exercices physiques se présentant sous forme de jeux individuels ou collectifs, donnant généralement lieu à compétition, pratiqués en observant certaines règles précises.

3. Chacune des formes particulières de cette activité.

4. Familier. Toute activité nécessitant à la fois du savoir-faire et une particulière attention à ce que fait le partenaire: Avec lui, la conversation est un sport.

2. QUELLE EST L’HISTOIRE DU SPORT ?

L’histoire du sport est un champ de l’étude historique qui se concentre sur l’évolution des pratiques sportives. L’homme ayant un goût presque inné pour le jeu, il est assez logique de retrouver des pratiques de ce type sous toutes les latitudes et à toutes les époques. Dans certaines civilisations les traces de ces expériences restent tenues, les historiens qui s’appuient sur l’ensemble des sciences auxiliaires de l’histoire (archéologie, épigraphie, paléographie, etc.) parviennent à mettre en lumière certaines pratiques sportives. Pour les périodes plus récentes, les sources sont logiquement plus nombreuses, et il convient alors d’opérer des tris sélectifs.

3. QUI SONT LES MEILLEURS SPORTIFS MONDIAUX ?

On a dans le football Lionel Messi. On a dans le basket Michel Jordan. On a dans le kick-boxing Taison.

4. LE SPORT A-T-IL DES AVANTAGES? LESQUELS? ET DES INCONVÉNIENTS? LESQUELS?

Les valeurs éducatives, sanitaires et sociales du sport ne sont plus à prouver. Mais il est aujourd’hui recommandé de pratiquer en priorité une activité physique et/ou sportive sans risque ajouté sur la santé.

Lorsque vous faites travailler trop votre corps, alors vous risquez de ne pas pouvoir récupérer suffisamment d’énergie pour affronter votre journée. Cela peut aussi avoir des conséquences négatives au niveau mental, telles que les problèmes de comportement et le manque de sommeil.

5. LE SPORT PEUT–IL COMBATTRE LE COVID-19? COMMENT?

Oui, la pratique du sport pourrait vous aider à mieux vous défendre face à cette menace. Selon l’étude, l’activité physique modérée booste votre système immunitaire (vos défenses face aux maladies). Autrement dit, vos capacités à faire face aux agressions extérieures que votre organisme va rencontrer.

6. QUE PENSES-TU DU SPORT ?

Je pense que le sport est très nécessaire dans la vie humaine.

Fais du sport pour une vie saine.

Yahia Mahmoud Mohamed Sayed, 4e primaire Ecole Moderne D’Egypte (MSE).

Le monde du sport est rempli d’histoire et de signification. Chaque époque enrichit le sens des pratiques sportives.

« On peut parfaitement lire l’état d’une société, ses valeurs, son idéologie, non pas à travers le sport lui-même, mais à travers son utilisation ». Interview de Thierry TERRET, professeur d’histoire des sports à l’Université C. Bernard.

Le sport dans l’Egypte Antique: Le reflet du pouvoir

Aujourd’hui n’est plus aujourd’hui, vous voyagez dans le temps et êtes désormais en 2100 av. J.-C. L’aventure commence. Vous êtes en Egypte où la pratique sportive est d’actualité. La lutte et la boxe sont des jeux pratiqués par les hommes, tandis que les femmes exercent la danse. Vous découvrez vite qu’en atterrissant à cette époque vous êtes devenue le pharaon d’Egypte avec beaucoup de responsabilités! Vous êtes chef de guerre et devez manifester votre vigueur en combattant les animaux : chasser la sauvagine, pêcher dans les marais de Fayoum et tirer les gazelles à Gizeh. Les activités physiques comme la chasse aux fauves permettent de rappeler au peuple votre habileté infaillible.

Le sport dans la Grèce antique: Une éducation à la guerre

Continuez votre aventure pour atterrir en 490 av. J.-C., en Grèce. Les Athéniens sont en guerre contre les Perses près de Marathon. Philipidès, un messager de Marathon, est venu prévenir les Athéniens de leur victoire. Grâce à cet exploit les jeux antiques donnent désormais l’avantage aux épreuves de course. Vous observez que le sport en Grèce n’a pas la même importance qu’en Egypte. Les activités sportives apparaissent sous forme d’entraînement militaire. Ici, le sport sert à l’éducation pour créer des soldats. L’apparition des Jeux Olympiques en 776 av. J.-C. donne un aspect festif au sport, c’est surtout une compétition cultuelle. Elle permet également aux Grecs d’en tirer un profit politique : c’est un moyen d’éviter les guerres.

Le sport dans la Rome antique: L’incarnation de la violence

Vous fermez les yeux. Dès lors que vous les ouvrez, vous voyez un char vous foncer droit devant. Vous l’évitez et êtes content d’être vivant. Vous déduisez que vous êtes à Rome. En effet, la Rome antique est marquée par les courses de char et les grands spectacles sportifs avec combat de gladiateurs et de fauves. Vous découvrez rapidement que, là où vous êtes, le sport récréatif est dérisoire et essentiellement incarné par les gladiateurs considérés comme non-citoyens. Une question vous vient à l’esprit: « Comment le sport récréatif à Rome a-t-il évolué jusqu’à nos jours ? ».

Ibtissam Ouaret,  3e C  Lycée Balzac.

La santé mentale chez les athlètes

Les athlètes ne sont pas à l’abri des problèmes de santé mentale simplement parce qu’ils pratiquent des sports. Etre un athlète peut être extrêmement difficile pour la santé mentale d’une personne, étant donné les pressions pour performer dans le jeu ainsi que dans le reste de sa vie publique. En plus des entraînements et des compétitions, les étudiants-athlètes font face à des pressions supplémentaires pour maintenir leurs notes. Lorsque les athlètes sont blessés, ils ont le temps de récupérer, mais que se passe-t-il si les blessures ne sont pas visibles ?

Les athlètes ne sont pas à l’abri du stress de la vie. En tant que tels, ils vont faire face aux mêmes problèmes que tout le monde. Beaucoup supposent que les problèmes de santé mentale chez les athlètes sont rares, car ils sont considérés comme des individus en excellente santé physique. Lorsqu’un athlète subit une blessure physique, il y a souvent une équipe de personnel médical comprenant des médecins, des entraîneurs et des physiothérapeutes employés pour assurer un rétablissement rapide. Cependant, lorsqu’un athlète éprouve un problème de santé mentale, le processus de traitement n’est souvent pas aussi similaire. La maladie mentale dans le sport est souvent négligée et un athlète peut ressentir un sentiment de solitude et d’abandon.

Ajoutez ensuite l’état d’esprit perfectionniste de nombreux concurrents. C’est une force puissante, mais cette motivation peut aussi laisser les athlètes insatisfaits, peu importe leurs performances. Au minimum, si votre esprit est plein d’autres choses, cela peut simplement être une distraction. De plus, les étudiants-athlètes ont moins de temps pour créer des liens sociaux en dehors de leur sport. Ils peuvent également avoir une crise d’identité et d’estime de soi en plus de tout cela. Lorsque les étudiants-athlètes subissent des blessures importantes, telles que des blessures au genou associées à la perte de temps due au sport, ils peuvent souffrir à la fois physiquement et émotionnellement avec une diminution de leur qualité de vie. Cela peut conduire à la dépression et à l’anxiété et à toute autre chose.

Des athlètes professionnelles comme Naomi Osaka et Simone Biles qui ont récemment partagé leurs batailles en matière de santé mentale dans les médias populaires n’ont été qu’un petit pas vers la réduction de l’écart dans la façon dont la société perçoit le traitement de la santé mentale. L’un des olympiens les plus connus, Michael Phelps, a parlé de ses problèmes de santé mentale, de toxicomanie et de dépression. Des centaines d’athlètes commencent à parler de leurs problèmes de santé mentale pour semer le monde même s’ils sont des athlètes, ils sont aussi des humains et font face aux mêmes problèmes que tout le monde.

Personne ne remet en question un athlète qui prend le temps de se remettre d’une entorse à la cheville ou d’un poignet cassé. Ces blessures sont faciles à voir et ne peuvent pas être ignorées. Mais qu’en est-il lorsque les athlètes doivent s’éloigner en raison de leurs besoins en matière de santé mentale? La dépression et l’anxiété ne sont pas diagnostiquées sur une radiographie ou une IRM, mais elles peuvent être aussi dangereuses qu’une blessure physique. Trop souvent, ces problèmes sont ignorés. Nous devons commencer à nous soucier davantage de la santé mentale des athlètes.

Sarah Ahmed Abdou, L’école Capital Internationale, en Terminale.

Quitter la terre pour atteindre le ciel

On pratique le sport avec plaisir. Il nous offre un passe-temps qui peut se prolonger. Il permet une évasion facile à cause de l’effort et de l’attention qu’il réclame, ce qui nous aide à oublier nos problèmes. Il nous donne beaucoup d’énergie.

Mais pourquoi certains ne pratiquent pas un sport ?

Douter, toujours douter …

Ne pas pouvoir, ne plus être capable ! Cette idée à elle seule peut nous gâcher la vie et limiter nos perspectives. Exaspérante pour certains, elle peut même devenir handicapante pour d’autres. Il y a des personnalités qui doutent perpétuellement : elles aimeraient s’affirmer davantage pour véritablement prendre leur place dans ce monde. Et plus le temps passe, plus il devient difficile de remonter la pente.

Il faut parfois un électrochoc. Cet électrochoc peut être un sport: le parachutisme est idéal dans ce domaine. C’est un sport qui demande une bonne dose de courage et qui sort des zones de confort. Quitter la terre pour atteindre le ciel, se sentir vivant, fort, capable de tout, c’est ce qu’on veut exactement.

Mais où peut-on pratiquer le parachutisme ?

Skydive du Pharaon, saut en parachute au-dessus des pyramides d’Egypte, et survoler les pyramides peut être un rêve pour beaucoup de gens. Ce pourrait être l’un des meilleurs endroits au monde pour ce sport à la quatrième édition du festival annuel Jump like a Pharaoh (sauter comme un pharaon).

Venant des quatre coins du monde, ils ont eu l’opportunité de sauter en parachute dans la région des pyramides, l’une des plus mythiques du monde. Sous les tentes étalées au pied des pyramides, sur lesquelles on voyait le logo du festival et celui des sponsors, les concurrents venaient se préparer chaque jour.

Plus de mille sauts ont été effectués au cours de la semaine du festival. L’avion effectue normalement un demi-tour dans la zone de largage. Et les parachutistes remplissent le ciel. A chaque saut, les tenues des parachutistes de différentes couleurs forment une espèce de magnifique arc-en-ciel.

Le parapentiste Fabien Duperrier est aussi un adepte du parachutisme qui a l’occasion de faire de belles sessions un peu partout dans le monde. Dernièrement, il s’est rendu en Egypte pour faire le « saut du Pharaon » avec Skydive Egypt …

Un de mes sauts en Egypte, largué au-dessus des pyramides à 4500 mètres depuis le célèbre Hercule C 130 de l’armée de l’air. Ce saut, au niveau du paysage avec Hawaï et Dubaï, est un de mes plus beaux sauts car j’en ai pris plein la rétine. Juste incroyable de faire du parachutisme sur ce lieu magique historique ! Et il y a aussi d’autres endroits pour y sauter comme Charm, Hurghada, etc.

Le propos n’est pas, bien entendu, de dire que chacun doit s’élancer d’un avion, mais plutôt qu’au quotidien nous devrions nous questionner quant à nos envies, avant de nous restreindre d’emblée.

Jana Abdel Moneïm Mohamed, 2e préparatoire, Saint-Vincent Miami.

Le sport et l’argent, un lien dangereux

Le sport est une offre de succès aux jeunes, les met en valeur, les aide à mieux comprendre leur identité et à forger leur personnalité. Il faut d’abord rappeler que le sport a une très grande importance dans notre vie quotidienne et représente une activité au cours de laquelle la violence et l’agressivité peuvent se libérer sous forme de jeux. Mais que se passe-t-il quand l’argent devient un des facteurs essentiels et principaux dans ce domaine ?

En fait, l’argent est un facteur fondamental pour le développement du sport. C’est un lien complexe et très dangereux car l’argent sera omniprésent dans le sport. On peut affirmer en toute certitude que le sport business n’a jamais autant flambé (sponsoring, budgets, transferts...). D’abord, puisque les spectateurs veulent toujours savoir beaucoup sur la vie des sportifs de haut niveau, donc les médias s’immiscent de plus en plus dans leurs vies pour un maximum de bénéfices. A titre d’exemple, on peut citer les conférences de presse qui sont tenues après un match, une course …

Des problèmes commerciaux

Passons ensuite à la commercialisation du sport et des joueurs. En ce qui me concerne comme fan, un des principaux problèmes avec la commercialisation, c’est que l’augmentation des coûts s’est répercutée sur nous. Considérons par exemple les prix des chemises de l’équipe et même l’abonnement des chaînes sportives. Il est important de souligner ensuite que les équipes sportives sont conçues comme des entreprises comme les autres et qu’elles ont besoin de gagner leur vie et survivre. La seule solution réside dans la hausse des salaires des joueurs, l’amélioration des installations et la sélection de nouveaux joueurs, ainsi que la vente des espaces publicitaires qui entourent le stade pour augmenter les revenus et le sponsoring comme le logo du sponsor sur le maillot, l’uniforme de l’équipe et les panneaux d’affichage autour du stade.

Des joueurs célèbres

En plus, dans le domaine sportif on peut citer le plus célèbre jeu sportif, le football. Tout le monde l’aime mais avez-vous pensé une fois quel est le salaire des joueurs, les célèbres et professionnels, en particulier Ronaldo et Mohamed Salah? Il dépasse les millions! C’est pour cela que beaucoup de jeunes qui savent bien jouer un jeu sportif veulent être des joueurs professionnels et ne veulent plus travailler dans les métiers traditionnels comme un médecin ou un ingénieur …

Enfin, pour ma part, je pense que le sport est une activité qui doit être essentielle dans notre vie quotidienne car il améliore le fonctionnement du coeur et de l’activité sanguine, diminue les risques de cancer et développe la force. Mais vous devez toujours vous rendre compte que l’argent occupe une place très importante dans le sport.

Jana Elmongui, 1re secondaire,  Ecole Girard.

Le sport pour les handicapés n’est pas une impossibilité

 Le sport est un ensemble d’exercices physiques que tout le monde pratique régulièrement de même que les personnes en situation de handicap et actuellement nous distinguons leur intégration dans ces activités sur lesquelles les magazines sportifs jettent la lumière. C’est palpable qu’il existe de divers types de sport soit individuel ou collectif s’accordant aux capacités de ces personnes qui souffrent de handicap physique ou intellectuel, notamment le blind tennis, le golf, l’escrime et le basket-fauteuil. Et la France a créé une association en 1954 qui est devenue en 1977 la Fédération Française Handisport (FFH) qui vise le développement du sport pour les personnes présentant une déficience, elle compte plus de 35 000 exerçants et environ 700 clubs dans 45 disciplines sportives. Mais quels sont les aspects positifs de la pratique du handisport ? Joue-t-il un rôle primordial pour les handicapés ?

Tout d’abord, le sport n’a pas été créé spécifiquement pour les personnes qui souffrent d’une entrave, ou pour contribuer à leur insertion dans la société et à la popularisation de leur situation. Par conséquent, cela sera une bonne initiative afin d’apprendre à vivre ensemble. Par exemple, les gens de nos jours sont devenus plus conscients à leur regard sur les jeunes en cas de handicap de crainte qu’ils ne soient blessés. Ensuite, cet exercice permet la concurrence entre ces jeunes et les autres du milieu ordinaire, ce qui vise à évincer les différences et valoriser leurs compétences. De plus leur succès devient médiatique, dont tout le monde parle, ce qui leur donne confiance en soi, comme la présentatrice Essaad Younes qui a présenté des handicapés qui ont affronté des lacunes pour devenir des champions sportifs.

Par ailleurs, la pratique du sport a des bénéfices mentaux pour les handicapés. Elle est considérée comme un traitement primitif pour améliorer leur comportement, leur concentration. En outre, elle a des bienfaits physiques tels que la lutte contre la sédentarité et le développement de la force musculaire par exemple, en roulant le fauteuil en athlétisme.

En guise de conclusion, il est indispensable que les handicapés aient le droit de pratiquer le sport et de participer aux compétitions, notamment aux Jeux paralympiques. En plus, il est essentiel que nous lancions des campagnes de sensibilisation auprès des élèves à l’école pour les inciter à bien traiter les handicapés, de même encourager les handicapés à exercer le sport car personne ne peut nier ses effets utiles. J’ai la conviction que tout le monde peut l’exercer comme le champion Ibrahim Hamouta, et qu’avec l’espoir et l’affrontement pas d’impossibilité comme l’écrivain Marc Levy a déclaré : « Rien n’est impossible, seules les limites de nos esprits définissent certaines choses comme inconcevables ». Les handicapés sont spéciaux et le sport les aide à être estimés.  

Chérie Ossama, 3e préparatoire, Ecole Girard.

La natation

La natation est l’un des sports les plus populaires et les plus pratiqués par les athlètes, car certains d’entre eux le considèrent comme le summum du plaisir et un sport qui leur procure de l’activité. Premièrement, la natation a de nombreux avantages selon la recherche médicale spécialisée : elle aide à contrôler la pression du sang et à renforcer le muscle cardiaque. Elle agit également pour réduire les taux de cholestérol élevés chez l’homme, en plus d’améliorer et stimuler la circulation sanguine dans le corps du nageur. Elle aide encore l’esprit à se reposer, si tu pratiques la natation chaque jour ça va t’aider à brûler entre 250 et 500 calories. Pour cette raison, la natation est considérée comme l’un des meilleurs exercices pour brûler les graisses, renforcer les poumons et assouplir les différents muscles du corps. En plus, les lois sur la natation interdisent d’attraper la ligne du couloir pour pousser les nageurs eux-mêmes et il ne faut pas marcher sur le fond de la piscine. C’est interdit d’utiliser les outils ou les appareils pour nager comme les palmes, pagaies ou autres outils.

Les nageurs doivent porter des maillots en tissu, pour les hommes ils doivent porter de la taille aux genoux mais les femmes doivent porter de la poitrine aux genoux.

Alors, il y a des genres dans la natation que tu peux faire comme la natation brasse : dans ce type de nage la poitrine du nageur touche la surface d’eau et il sort une partie de sa tête de l’eau. La natation du dos : dans ce type de nage le nageur nage sur son dos et dans les compétitions il y a des natations du dos 100 mètres, 200 mètres, 50 mètres.

La natation des papillons : dans ce type de nage le nageur frappe l’eau avec ses bras vers l’avant et après il les pousse vers l’arrière. La natation libre : dans ce type de nage, le nageur peut nager comme il veut.

Ensuite, nous vous dirons des conseils sur la natation : d’abord on ne doit pas faire de la natation immédiatement après avoir mangé. Quand la piscine contient du chlore il faut prendre une douche après avoir nagé, essayer de ne pas avaler l’eau de la piscine. Le nageur doit porter les lunettes de natation en plongeant pour augmenter la vision et pour éviter les rougeurs et les brûlures des yeux. Il ne faut pas nager dans les piscines quand il fait froid pour éviter les maladies.

A la fin, voici quelques noms des champions qui ont gagné des médailles, comme le champion du monde dans la natation libre le joueur Michael Fred Phelps qui est devenu le champion du monde dans ce sport après avoir gagné vingt-trois médailles olympiques dont dix-neuf aux Jeux olympiques d’Athènes de 2004.

Il y a aussi Debbie Meyer, elle est parmi les meilleures nageuses du monde. Elle est une nageuse américaine, elle est la première femme à remporter 3 médailles d’or en 3 compétitions de natation en une seule édition de Jeux olympiques. Abdel-Latif Abou-Heif, c’est un nageur égyptien. La Fédération internationale l’a appelé le plus grand nageur de l’histoire, ainsi que le crocodile du Nil et le nageur du XXe siècle, alors qu’il s’est fait connaître dans les années cinquante et soixante en tant que champion des courses internationales de longue distance et a traversé la Manche 3 fois et remporté le Championnat du monde 5 fois de suite.

Lana Mohamed Lasheen, 1re préparatoire, Saint-Vincent Miami.

Comment le trouble de l’alimentation affecte-t-il les athlètes ?

 

Bien que personne ne puisse revenir en arrière et prendre un nouveau départ, tout le monde peut commencer à partir de maintenant et prendre une toute nouvelle fin. Comme nombreux le savent, la pratique de sports présente de nombreux avantages. Les enfants qui font du sport font régulièrement de l’exercice et développent de nouvelles amitiés avec les membres de l’équipe. Faire du sport peut renforcer l’estime de soi. Il enseigne également le travail d’équipe et des leçons de leadership. Mais parfois, les athlètes concernés peuvent faire partie d’une équipe qui se concentre beaucoup sur la performance ou sur l’apparence de ces derniers. Cela peut avoir un effet négatif. Dans certains cas, cela peut déclencher un trouble de l’alimentation. On peut donc se demander : comment ce trouble de l’alimentation affecte-t-il les athlètes ?

Cest quoi les troubles alimentaires ?

Les troubles de l’alimentation désignent des perturbations graves du comportement alimentaire. Le comportement est considéré comme normal parce qu’il est différent des pratiques alimentaires habituelles, mais surtout parce qu’il a des répercussions négatives sur la santé physique et mentale de l’individu.

MILLIARD DE PERSONNES DANS LE MONDE SOUFFRENT DE FAIM CHRONIOUE. 1 MILLIARD DE PERSONNES SONT EN SURPOIDS

Pour commencer, on parle de dérèglement alimentaire quand un athlète se préoccupe énormément du contenu calorique de ses aliments, saute des repas, coupe certains aliments ou fait de l’exercice pour « brûler » des calories pour faire en sorte que son corps ait une certaine apparence. Cela conduit à un trouble de l’alimentation. Les troubles alimentaires que l’on retrouve chez les sportifs sont surtout l’anorexie et la boulimie.

Dans les cas d’anorexie mentale, qui est un grave trouble psychique, la nécessité de perdre du poids est au centre des pensées et des actions de la personne qui en est atteinte. Chez celle-ci, la distorsion de l’image du corps est associée à une peur disproportionnée de prendre du poids. La boulimie est, de son côté, caractérisée par des crises de gavage, pendant lesquelles des quantités inhabituelles de nourriture sont consommées dans un temps limité. Afin de contrebalancer la prise de poids qui en découle, la personne se fait vomir volontairement, fait usage de laxatifs, ou, parfois, se soumet à des séances intensives d’exercice physique.

« La première richesse est la santé ». Il n’y a pas de cause unique aux troubles de l’alimentation, beaucoup de choses peuvent sensibiliser les gens et les exposer au risque de développer des troubles de l’alimentation. Ceux-ci sont appelés facteurs de stress. Les agents stressants qui peuvent accroître le risque chez un athlète de développer un dérèglement d’habitudes alimentaires sont nombreux, comme une faible estime de soi et/ou le fait de se comparer elle-même avec les autres ou par exemple les taquineries à propos du poids et de la taille à l’école et au sein de la famille.

Les conséquences d’un trouble de l’alimentation chez les athlètes sont nombreuses. Les troubles de l’alimentation ont des effets négatifs sur la santé d’un athlète. Plus de personnes meurent d’anorexie que de toute autre maladie mentale. Les complications médicales peuvent affecter n’importe quel système organique et peuvent aller d’un léger dysfonctionnement à la mort, selon la gravité de la maladie. Un trouble de l’alimentation doit être traité rapidement. Mais comment soigner ces troubles ? L’association de plusieurs thérapies est en général efficace. De plus, avoir un entraîneur qui a une influence positive et ne fait jamais des commentaires négatifs sur le poids. Il faut travailler avec un entraîneur qui met l’accent sur la motivation et l’enthousiasme et non sur la taille et la forme du corps.

Ahmed Mamdouh, Classe de terminale L’école Capital Internationale.

Lien court: